Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesHHate Forest › Nietzscheism

Hate Forest › Nietzscheism

cd • 9 titres • 50:21 min

  • 1Carl Orff - Fortuna Imperatrix Mundi05:38
  • 2Annihilation03:27
  • 3The Wood Brothers04:42
  • 4Scythia07:05
  • 5Shining Abyss04:25
  • 6Aryosophia06:55
  • 7Nietzscheism07:13
  • 8Black God06:26
  • 9Burning Churches04:30

enregistrement

Compilation de quatre EPs, "Resistance" (enregistré au printemps 2004), "Darkness" (enregistré en automne 1998-hiver 1999), "Blood and Fire" (enregistré en hiver-printemps 2001), et "Ritual" (enregistré au printemps 2001).

line up

Alzeth (guitare sur les extraits de "Darkness"), Thurios (guitare, voix sur les extraits de "Darkness", "Blood and Fire", "Ritual"), Roman Saenko (guitare, basse, voix).

remarques

Réédition vinyle en 2009, réédition cd par Osmose en 2013, toutes deux avec des pochettes différentes. La réédition vinyle comporte une piste bonus, "To Those Who Came Before Us" extraite de la compilation "Tormenting Legends I".
*La présence de Hate Forest sur ce site ne signifie en aucun cas l'adhésion, même partielle, de la rédaction de Guts of Darkness aux idées véhiculées par le groupe.

chronique

Ben alors ? Comme ça le black metal rend plus Übermensch ? J'sais pas, mais vu le nombre de références à Nietzsche dans le genre, et notamment chez Hate Forest, ben ptet que le black metal fait lire Nietzsche, qui sait. Et donne des noms à des compilations d’EPs comme celle-ci. Et une compilation de black metal qui commence par un extrait bien long de Carmina Burana, j’ai envie de dire : ce n’est pas très orthodoxe ! Et là, ce n'est vraiment pas un petit extrait, c’est toute l’ouverture du machin de Carl Orff, les deux séquences de Fortuna Imperatrix Mundi pour être précis. OK. Et après ? Après, eh bien il y aura non pas deux, ni trois, mais quatre EPs à la suite, en fait tous ceux sortis par la Forêt de la Haaaaaine, et dont la succession n’est pas du tout chronologique, on commence par le dernier Resistance bien brutal et abscons, puis on enchaîne avec le premier Darkness, plus inquiétant, crade et saturé, puis le troisième Blood and Fire, tourbillonnant, particulièrement torturé et suffocant, et enfin le deuxième Ritual, ambient très inspiré par les grillons et Vikernes, sortis la même année que Blood and Fire. Merci Hate Forest, de la part des chroniqueurs qui essayent d’y voir plus clair dans votre discographie aussi fournie que la moustache d’un certain philosophe à la fois très prolixe et solitaire. Peut-être est-ce un clin d’œil à une vision en spirale voire « gammée » de l’existence et du monde ? Je dis gammée, parce que, on sait, on peut être de gauche et aimer Nietzsche, et on peut être d’extrême droite et en faire tout un pâté, genre eh ! C’est quoi cette pochette : un mec à poil avec une grosse épée qui coupe les vieilles certitudes et la tête de ceux dont les poils dépassent du haut de la meute pour en faire une révolution nationale et socialiste ? Bref, voilà pour l’orientation politique, je vais arrêter de geindre, car comme dirait le vieux Fred « c’est juste bon pour les anarchistes et les chrétiens de chouiner. Ça rend la vie moins pénible aux faibles ». Je paraphrase, pas taper. Et si on arrête de se prendre la tête sur l’idéologie déglinguée à coups de marteaux qu’est-ce qu’on écoute ? Ben de la haine, du blast, de la saturation, des moments plus lo-fi que d’autres, souvent les plus oppressants pour moi et un art de la répétition que je retrouve toujours chez les projets de Saenko, même s’il n’est pas tout seul dans la barque de l’éternel retour dans les charts black metal, je sais, mais c’est un peu comme Shatraug en Finlande, Phil Anselmo aux États-Unis ou Charles Pasqua en France, on le retrouve fourré partout, et ça devient ainsi plus commode, on peut tout mettre sur le dos du même mec, et hop ! C’est pratique. Et en tout cas, ce qui est encore plus pratique et malin, c’est de sortir quatre EPs qui pourraient se retrouver sur un album, mais les sortir sur une compilation plus tard, comme ça on peut tout écouter sur le même machin, et clac ! C’est le crépuscule du découvert bancaire, ecce homo, celui qui fait des dépenses raisonnées pour avoir sa dose de musique négative, asphyxiante, méchante, sanguinaire, haineuse, claustrophobe, réactionnaire, païenne et misanthrope. Sur ce, je vais me boire un petit café. Pourquoi ? Ben parce que, comme dirait Paul Valéry, « Nietzsche n'est pas une nourriture - c'est un excitant. »

note       Publiée le dimanche 6 novembre 2016

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Nietzscheism".

notes

Note moyenne        5 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Nietzscheism".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Nietzscheism".

Demonaz Vikernes › dimanche 13 décembre 2020 - 22:14  message privé !

Nouvel album à noël !

Note donnée au disque :       
Klarinetthor › dimanche 13 novembre 2016 - 01:40  message privé !

oui on voit bien ca, sur l'ambient (concernant Urfaust aussi, et pourtant ce sont deux groupes que j'adore; mais que je prefere quand ils enfoncent la dague bien profond dans le sternum); et concernant c'te video... oui la forme est degueulasse, ce que tu decris est un exemple typique de mansplaining, il interrompt son interlocutrice XY je ne sais combien de fois alors qu'elle en sait bien plus que lui. Mais ca relance tout de meme l'idee de nietscheisme " de gauche " qui est totalement combattue; ouate the phoque? demander a Julien Rochedy il est philosophe en chef et pas d'accord...

Note donnée au disque :       
Rastignac › samedi 12 novembre 2016 - 22:39  message privé !
avatar

J'ai essayé de regarder la vidéo youtube, mais le grand mec n'arrête pas de couper la parole à la prof qui pourtant dit des choses intéressantes. C'en est même gênant, il fait deux fois sa taille, parle deux fois plus fort, mais pour dire deux fois moins de choses. Mais plus fort. Sinon, c'est sûr que des bons EPs mis bout à bout font une bonne compilation. Ici, ce sont des bons EPs. Même l'ambient je le trouve cool. Pardon, "nietzschéen".

Note donnée au disque :       
Klarinetthor › lundi 7 novembre 2016 - 16:23  message privé !

bon sinon sur le fond, je relance Arte, c'est plus coherent avec mon bagage social (hum); quand le paris du 4 au 20eme me manque, je me mets ma ptite dose: https://www.youtube.com/watch?v=wfI.... Et quand aux compil souvent moisies, je ne souscris pas du tout a ca - j'imagine que tu ne parlais que du BM, demonaz. Tous les groupes qui font des bons EP et demos finissent par faire des bonnes compils (Urfaust, Leviathan, Isengard...)

Note donnée au disque :       
Demonaz Vikernes › lundi 7 novembre 2016 - 15:52  message privé !

Hate Forest fait partie de ces rares groupes dont mêmes les compilations sont chaudement recommandables. Et ce Nietzscheism est probablement la meilleure d'entre elles, évitant de mettre la main sur tous ces EPs qui ne sont pas donnés. Je possède l'original, sans l'excellent "To Those Who Came Before Us" que l'on trouve de toute façon sur la plupart des éditions CDs de Scythia donc pas nécessaire de la retrouver ici. L'EP Darkness est inutile (les titres proviennent de Scythia justement) en plus d'avoir une prod dont je n'arriverai jamais à passer outre. Blood and Fire propose 2 titres assez classiques - le premier plus réussi que le second. Ritual nous offre 2 titres dans la veine de The Gate, mais en plus court - pas une mauvaise chose. Un premier titre bien réussi, et un deuxième titre vraiment excellent. Enfin Resistance, probablement le meilleur EP de cette compilation. Un premier titre efficace qui fait très "Sorrow" (jusqu'à la coupure brutale et désagréable) et un Wood Brothers à placer parmi les meilleurs titres du groupe. Reste l'intro, longue et inutile. Vraiment une excellente compilation indispensable pour tous les amateurs du groupe qui ne possèdent pas les 7". J'aurai juste préféré voir The Gate inclus à la place de Darkness/Carl Orff.

Note donnée au disque :