Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesPPorta Nigra › Fin de siècle

Porta Nigra › Fin de siècle

cd | 7 titres | 50:58 min

  • 1 Dekadente Nächte [07:26]
  • 2 Megalomaniac [07:07]
  • 3 Der Spiegel [06:10]
  • 4 Absinthfee [03:44]
  • 5 Das Aas der Meere [08:59]
  • 6 Fin de Siècle [07:23]
  • 7 Tod meiner Lust [10:09]

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

"Enregistré par Markus N. à la fin de l'été 1902 à Coblence sous le patronage de Guillaume II, Empereur allemand."

line up

O. (batterie, voix), Gilles de Rais (guitare, basse).

Musiciens additionnels : Stefan H. (guitare, [1,2,7]), Steve S. (voix [2], chœurs [1]), Birthe K. (voix [2,7]), Flor-Estelle B. (violon [3]).

remarques

Illustration par Valnoir.

chronique

La fin de siècle... synonyme pour beaucoup de l'Autriche-Hongrie de Kokoschka ou de Freud, germe à la fois de l’invocation de l’inconscient, et du débourrage de toutes les haines possibles... et c’est aussi le nom du premier album de Porta Nigra, groupe allemand déjà abordé par ici, plus fasciné par le Guillaume que par Sissi ou François-Joseph, obnubilé par cette période s’écoulant entre l’effondrement du bonapartisme face au gros Bismarck, et de la partie de ping-pong bien sanglante en découlant, bel exemple de story telling allant jusqu’au bout de son déroulement, c’est à dire, entre autres, l’anéantissement total de l’espoir en une humanité se comprenant comme entité aimante, voire même intéressante tout court. Mais trêve de billevesées de comptoir, ici, l’important, c’est aussi l’amour de la musique. Donc si vous aimez la musique qui se rapproche d’un black metal baroque, d’un dark metal assez rond et empreint de cette atmosphéritude qu’on peut retrouver dans nombre de groupes de metal goths teutons, Porta Nigra peut être pour vous l'accès à de nombreuses simili-siestes passées à écouter doucement plusieurs gars éructer en allemand de nombreux mots très complexes à propos du stupre, et de la fornication propres à toutes les ambiances pré-apocalyptiques, faisant soi le précepte « vaut mieux rire que s’en foutre », ou plutôt : « vaut mieux s’en foutre, peut-être, mais fais tourner la bouteille d’éther, c’est marée basse ». Enfin, empreint d'un esprit image d’Épinal fascinant (m'étonnerait que mes aïeux se soient prélassés dans des alcôves veloutées, en compagnie de Sherlock Holmes et de Thomas Mann...), Porta Nigra restera ce drôle de groupe de steampunk, mais plus Kaiser que Jules Verne, recyclant tous les clichés possibles et les cartes postales étalées sur le vieux bureau de votre arrière-grand père ayant ramené ce regard torve depuis les tranchées de Verdun...

note       Publiée le mardi 1 novembre 2016

partagez 'Fin de siècle' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Fin de siècle"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Fin de siècle".

ajoutez une note sur : "Fin de siècle"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Fin de siècle".

ajoutez un commentaire sur : "Fin de siècle"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Fin de siècle".

Demonaz Vikernes › mercredi 2 novembre 2016 - 08:20  message privé !

J'avais bien aimé le 7", mais sur la durée ça m'ennuie.

Note donnée au disque :