Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesGGFOTY › VIPOTY

GFOTY › VIPOTY

  • 2016 • PC Music PC006 • 1 Téléchargement Web

téléchargement • 4 titres • 10:35 min

  • 1All the Love I Had2:58
  • 2Amazing3:03
  • 3Got My Chad1:47
  • 4Poison2:47

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

line up

Polly-Louisa Salmon

remarques

chronique

Styles
electro
pop
ovni inclassable
Styles personnels
bubblegum bass synth-punk

Sur GFOTY, il y aurait beaucoup à dire. Sur son DJ set au Boiler Room qui donne au trollage de nouvelles lettres de noblesse par exemple. Ou sur ce court-métrage qui accompagne la sortie de son premier EP, VIPOTY, et dans lequel il est question de döppelganger voleuse de petit-copain (presque une histoire à la Momus) et d’empoisonnement dans un Starbuck (de fait une forme de redondance), avec à peine un extrait ou deux de la musique en question. Les formats, avec GFOTY, on n’est plus à ça prêt. Même ses interviews pourrait faire l’objet de chroniques. De l’art total ? Plutôt du lard ou du cochon, sans pouvoir trancher. Polly est-elle vraiment cette petite idiote ultra-matérialiste obsédée par sa propre image et dont la superficialité s’élève à des altitudes stratosphérique, ou simplement un OMNI (pour rester dans les acronymes) où il est impossible de démêler sarcasme et sincérité. Une chose est sûre, cette fille est un peu ravagée. Trop d’app sur son iPhone, sans doute. Alors elle veut son Chad (prénom ridicule, au passage). Alors une ballade pathétique et sentimentale qui serait orchestrale en d’autres espaces-temps, mais là tout est en pointillisme électro-putasse-moche, clinquant en miniature, et sous la protection glossy et kawaii d’un portable dernière génération, la trivialité, voire la vulgarité d’une nana qui balance du « I’ll be busy fucking another guy » au milieu d’un coulis de miel rosâtre. GFTOY se touche l’égo, remise dans son Cloud les sonorités les plus bubblegum-bass acidulées qui n’apparaissent qu’à la toute fin. C’est que la Polly, en fait, est en colère. Sombre. Méchante. Le fameux « Drown her in my tears » du Cake Mix n’était pas un accident. « Amazing » fait des bulles avec un chewing-gum bileux, « tu devrais être en feu, en feu, en feu » dit-elle à son Chad, que tout le monde aime parce qu’il est tellement stupide (admirez sa tête de gland de boys-band dans le court-métrage). Polly se la joue satanique. Sa voix change de genre à la faveur de pitch tripotés. GFOTY se lance des likes sur un refrain synth-sautillant en mini-bits acides, se vautre en dubstep caverneux, la bubblegum-bass prend des airs de martelage ahuri. Et relance la ritournelle idiote du refrain, aussi bête et insistante qu’un thème des Lemmings. On la retrouve bien là, GFOTY. Mais Polly est pleine de surprise. Faudrait arrêter de la confondre avec son personnage. Preuve en est, le tour de force de « Got My Chad ». Avec son chant approximatif sur une mélodie sentimentale au piano, accompagné de coups de semonces d’une batterie chargée à bloc et d’ornement mini-psyché, on se croirait chez les Flaming Lips. Pendant cinquante secondes. Et puis ça vire à une Bohemian Rhapsody version bonzaï en à peine plus d’une demi-minute, qui s’explose dans un feedback crade, annonçant la suite. Parce que si VIPOTY se pare d’atours bling-bling, c’est pour mieux tromper son monde. « Poison », c’est Polly empoisonnée, empoisonnante, synth-punk, hystéro, sans jamais manquer d’y foutre encore un refrain qui marque. Avant de pousser et re-découper un cri de vengeance qui va se perde dans l’éther numérique puis retomber comme un couperet en une série de bonne claques. GFOTY vient de vous recracher son bubblegum à la gueule.

note       Publiée le dimanche 23 octobre 2016

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "VIPOTY".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "VIPOTY".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "VIPOTY".

Klarinetthor › lundi 24 octobre 2016 - 17:37  message privé !

et en fait t'as completement raison c'est le point crucial de son univers : comment occuper ses journees quand tu n'est pas sur guts, tu n'aimes pas specialement le cine et que tu n'es pas un gamer. T'as interet a te trouver ton sugar boyfriend qui t'emmene en autriche acheter ta paire de pompe et ta veste en skai a 700 balles.

Note donnée au disque :       
Klarinetthor › lundi 24 octobre 2016 - 17:34  message privé !

bah quel musicien de pop n'a pas dit ca; et en fait je prefere qu'elle passe pas 8 heures en studio puis 5 heures a ecouter ses vieux Stockhausen et Xena en fumant le cigare... sinon elle tue son perso et elle peut pas affronter le boss du niveau 13!

Note donnée au disque :       
(N°6) › lundi 24 octobre 2016 - 17:30  message privé !
avatar

C'est comme si un mur Instagram avait pris une vie autonome. Sa réponse à la dernière question, ah ah.

Note donnée au disque :       
Klarinetthor › lundi 24 octobre 2016 - 17:19  message privé !

"I luv my cat, he's not here. I luv my boiifriend, cos he's loaded" Ouais sacrement insupportable, la pollypocket

Note donnée au disque :       
Klarinetthor › lundi 24 octobre 2016 - 17:17  message privé !

bah, desserre ton ceinturon et pete un coup; en toute courtoisie. On joue tous peu ou prou un, des roles, et la tu en joues un qui est au moins aussi prononcé que celui de Polly.

Note donnée au disque :