Vous êtes ici › Les groupes / artistesJJoe Panzner / Greg Stuart › Dystonia Duos

Joe Panzner / Greg Stuart › Dystonia Duos

cd • 3 titres

  • 1Organ b/w Timpani Solo
  • 2Dissection Puzzle
  • 3Casa De Pedras

line up

Joe Panzner (électricité), Greg Stuart (gravité, friction, électricité)

remarques

chronique

Y’a-t-il besoin de l’être, pour en faire ? Du sombre et de l’expérimental ? On se souvient que dans les pas-si-lointaines années 80, une palanquée de types s’amusaient à utiliser des mots qui faisaient peur à cause des quarante dernières années (les nazis, tout ça), ambiance farouchement provocatrice, l’air du temps, Boyd Rice, vous avez saisi l’idée. Quarante ans plus tard, donc, ces mêmes provocateurs sont devenus pour la plupart réactionnaires / libéraux / de droite diverses (coucou Douglas) et ont quasiment disparus de la circulation (ça doit être usant, d’être tout le temps « comme ça »). Faut dire que les discours politique qui ont cours aujourd’hui sont actuellement du même acabit de ce qui fût une provocation ; à partir de là niveau visibilité c’est un peu mort. Ah, attendez. La visibilité. Y’a-t-il encore besoin d’être provoc’ pour être visible ? Le fil Facebook du quidam tendrait à dire que non, et au vu du succès des petites vidéos mignonnes pleine d’espoir pour la race humaine (Encore un effort !) ce serait même plutôt l’inverse. Pas surprenant donc que la « noise » au sens large soit passée de la tôle branchée sur distorsion à l’utilisation de Max/MSP. Pas surprenant non plus que l’un des types les plus excitants dans le domaine aujourd’hui (aux côtés de Plotkin et Becker, sans doute) soit un véritable amour, avec les photos de ses filles adorables, ses blagues sur la politique américaine, etc. Joe Panzner (puisque c’est son nom) s’associe ici à Greg Stuart, « percussionniste » (si ça a encore un sens) bien connu, fidèle ami de Pisaro et célèbre pour ses vidéos tuto de sound design assez rigolote, qu’on retrouve non pas aux objets mais à l’ordinateur (sous les termes de « frictions, électricité, gravité…?) pour un chassé-croisé immersif au fin fond des circuits imprimés à l’obsolescence programmée de nos outils de communication. Les textures sont très intenses, râpeuses, la masse sonore est lourde mais avec une profondeur de champ assez inédite, et somme tout assez typique des travaux de Panzner : l’agression n’est pas un but, pas plus que la violence ou le chaos ; c’est bien au-delà, ou plutôt au dedans, que se trouve la clé, le sens caché, le réel. Pas de ruptures brutes, pas de grand huit ni de vertige, on est dans le continuum, bercé par la marée (c’est bien le mot) de sons nus (les fréquences, les drones) comme un retour à la nature même de la physique de la musique. Une sacré expérience.

note       Publiée le mardi 18 octobre 2016

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Dystonia Duos" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Dystonia Duos".

notes

Note moyenne        1 vote

Connectez-vous ajouter une note sur "Dystonia Duos".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Dystonia Duos".