Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesLLove in Prague › Fallen angels

Love in Prague › Fallen angels

cd | 9 titres

  • 1 Never ending story
  • 2 Fallen angels
  • 3 Alone
  • 4 Betrayed
  • 5 Lost
  • 6 Worries
  • 7 Blue face
  • 8 White light
  • 9 The hall

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

line up

Benoît (chant, guitare, programmation), Chloé (basse)

chronique

Parmi les villes romantiques par définition, Prague occupe une place de choix. Ses petites ruelles, son pont Charles, sa place de l’Horloge, ses pavés, arrière-cours, son cimetière juif célèbre…Autant d’endroits où courir sur les traces de celle/celui qu’on aime, l’embrasser à l’ombre d’un porche pour mieux la/le perdre sur une avenue trop peuplée, lui fixer rendez-vous sur une colline dominant la cité et ses lumières quand est tombée la nuit. Pas étonnant qu’un groupe ait choisi un nom exprimant ce contexte. Il s’agit d’un duo originaire de Lyon, une belle ville également. Je n’ai jamais été très à l’aise avec l’étiquette de ‘dream pop’ que l’on a collée à certaines formations française telles que Asylum Party, Little Nemo ou Mary goes Round mais toujours est-il que Love in Prague s’inscrirait dans cet héritage. L’approche est douce, mélancolique, dépouillée, mais ne manque pas d’assurance pour autant (les guitares savent se faire entendre quand nécessaire, ce qui évoquera probablement le mot ‘shoegaze’ pour certain(e)s). Propice à la rêverie, la musique se construit sur des accords plaintifs aux accents automnaux, hivernaux même parfois, conférant aux compositions cette aura si chère aux foules vêtues de noir. Pour être franc, ils sont beaucoup à tenter l’aventure dans ce genre par les temps qui courent mais Love in Prague se situe nettement dans le sommet du panier. Globalement, le disque s’écoule sur des tonalités et des tempi assez similaires sans dégager de lassitude. Les deux artistes maitrisent fort bien leurs arrangements, alternant passages dépouillés et jeu plus appuyé, ajoutant quelques touches de programmation fort à propos pour renforcer le sentiment de tristesse, cet état un peu masochiste qui blesse mais dans lequel on se complaît volontiers. Certaines chansons dégagent quelque chose de vraiment irrésistibles (‘Lost’, ‘Fallen angels’, un ‘Worries’ plutôt inquiet ou encore ‘Never ending story’) évoquant les chassés-croisés évoqués en introduction ou également les errances à deux dans les labyrinthes végétaux des grands jardins, avec en arrière-plan la peur de la trahison. Le chant relativement doux de Benoît se fait le chantre pudique de ces accroche-coeurs romantiques, compagnon sans jamais s’imposer, témoin sans perturber le sentiment d’espoir infini d’âmes s’agrippant à l’espoir de l’amour comme arme ultime contre la dureté du quotidien.

note       Publiée le samedi 15 octobre 2016

Dans le même esprit, Twilight vous recommande...

partagez 'Fallen angels' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Fallen angels"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Fallen angels".

ajoutez une note sur : "Fallen angels"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Fallen angels".

ajoutez un commentaire sur : "Fallen angels"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Fallen angels".

Richard › samedi 15 octobre 2016 - 10:52  message privé !

Merci Twilight d'évoquer l'élégante cold wave des Lyonnais encore présente sur ce deuxième album. C'est amusant, mais en écoutant ces titres, je ne pense pas directement aux groupes phares de la Touching Pop que tu cites. Cette cold wave dansante, ces guitares cristallines (et parfois effectivement aux effluves shoegaze), cette voix proche du chuchotement me font volontiers plus penser aux premiers efforts de Ronny Moorings (l'excellent "Betrayed"). Quoiqu’il en soit,c'est encore une belle signature de ce label et une porte ouverte sur des rêveries mélancoliques.

Note donnée au disque :