Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesKKim Ki O › Dans

Kim Ki O › Dans

vinyl 12" • 6 titres • 25:06 min

  • 127.01, Berlin3:48
  • 2Herkes Evine3:34
  • 3Zorla, Zorlar4:34
  • 4Bu Şarkıyı Çok Seversin Sen4:10
  • 5Yalnızlık Ömür Boyu3:54
  • 6Hayır Hayır Hayır Hayır Hayır Ha...5:06

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Enregistré à Istanbul.

line up

Ekin Sanaç, Berna Göl

remarques

Pochette extraite du film "Elope" par Merve Kayan & Zeynep Dadak. Album téléchargeable gratuitement du site officiel du groupe : http://www.kimkio.org/?id=6

chronique

Styles
post punk
cold wave
Styles personnels
minimal et mélancolique

Profondément enracinées dans l’underground, la discographie de Kim Ki O est répartie sur divers labels, divers formats, CDr, vinyles, cassettes, sorties numériques, parfois vite épuisées. Mais à l’image de cet album court édité par le label néerlandais Enfant Terrible à quelques centaines d’exemplaires seulement, ça vaut le coup d’aller dénicher dans les recoins de la production du duo stambouliote. On risque d’y tomber sur des perles. Grises, forcément, mais des perles néanmoins. Enregistré dans la foulée de leur deux premiers albums autoproduits, « Dans » creuse cette veine de post-punk minimal, au sonorités insufflées d’une cold-wave synthétique ensorceleuse. Les voix de Ekin Sanaç et Berna Göl s’y font plus assurées, tissant des harmonies contrariées comme se croisent leurs mélodies de claviers et de basse, les uns dans le ciel en sombres rêveurs, l’autre serpentant revêche au raz des rues. Des boites à rythmes rectilignes en guise de pulsations de machine pour des morceaux puisant dans un carafon d’influences très identifiables qui n’embourbent pourtant pas la singularité de Kim Ki O, leur goût pour les contrastes, le doux-amer de la vie urbaine à Istanbul. Contre les voix caressantes, presque sucrées, du duo viennent souffler celles, apocryphes et parfois menaçante, des synthétiseurs, en choeurs monochromes. Pour dire la pesanteur de la vie prise au sein d’une mégalopole gigantesque et pas toujours si accueillante, où l’ennui serre les coeurs ci dans le silence, ci dans un chaos sonore total. Des petites clochettes synthétiques, des petites berceuses, des ritournelles pour les blessures, des questions qui reviennent en litanie « Ne ki o ? Kim ki o ? », qu’est ce que c’est que ça, qui c’est ça ? Une musique fragile, pleine de doutes, à jouer dans des toutes petites salles, sous des capuches sous la pluie, aux textes simples et répétitifs aux motifs en miroirs. Parfois les machines s’emballent un peu plus, la basse grince et les beats se laissent emporter au point qu’on pourrait se laisser aller à la « dans to the radyo ». Mais c’est toujours une sourde mélancolie qui prédomine, sur « Yalnızlık Ömür Boyu », solitude pour toujours, au faux rythme engourdi, quasi-somnambulique. Ou sur le très planant morceau final, « Hayır Hayır Hayır Hayır Hayır Ha… », vaporeux à souhait, en volutes spiralées, où toujours revient cette panique de se retrouver seul « Si tu as peur de faire le pas… je vais tomber. » dit la petite voix, comme dans la brume, avant qu’un synthé monodique (qu’on dirait sorti du Cheyenne Autumn de Murat !) n’entame sa propre lamentation. Un courant d’air qui fait frissonner alors que perce dans les nuages un fil de lumière ténue, voilà bien la musique de Kim Ki O.

note       Publiée le lundi 3 octobre 2016

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Dans".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Dans".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Dans".