Vous êtes ici › Les groupes / artistesTTTC › Ceci n'est pas un disque

TTC › Ceci n'est pas un disque

cd • 12 titres • 53:19 min

  • 1Nonscience3:40
  • 2(Je n'arrive pas à) Danser4:14
  • 3De pauvres riches3:58
  • 4Teste ta compréhension2:17
  • 5Pas d'amure (feat. Doseone & Hi-Tekk le Receleur)7:10
  • 6Reconstitution3:00
  • 7Subway3:43
  • 8Pollutions (feat. La Caution)5:14
  • 9Soudaine montée d'adrénaline (feat. James Delleck)4:02
  • 10Toi-même4:57
  • 11En soulevant le couvercle (feat. Yarah Bravo)6:21
  • 12Élémentaire4:35

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Connectez-vous pour les écouter.

enregistrement

Enregistré au Studio Appolo et à C02 Lab.

line up

Teki Latex, Tido Berman, Cuizinier

Musiciens additionnels : James Delleck (MC 9), La Caution (MC 8, Hi-Tekk (MC 5), Nikkfurie (prod 12)), Tacteel (production 11), Mr. Flash (production), DJ Vadim (prod 3), Para One (prod 5), Dose One (MC 5), DJ Fab (prod 6, 10), Yara Bravo (chant 11)

remarques

chronique

Styles
hip-hop
Styles personnels
surréaliste

Rétrospectivement, TTC aura quand même payé son lot de gros malentendus. La pochette inspirée par le fameux tableau « La trahison des images » de Magritte, signifiant-signifié, sémiologie mes couilles, les fait passer pour des rappeurs intellos. « De pauvres riches », le génial single produit par DJ Vadim avec des bruits de poulaillers sur fond de cartoonerie minimaliste, les fait passer pour des rappeurs rigolos (y avait déjà eu « Léguman », en référence à la géniale série Téléchat de Topor). La connexion Kourtrajmé les désigne comme des rappeurs branchouilles qui fréquentent un collectif de fils-de arty et creux. TTC, les rappeurs que les Inrocks adorent et qui deviendront un jour les coqueluches des fêtes des écoles de commerce. Le cauchemar pour Teki-Latex, qui ne voulait faire que du hip-hop. Juste du hip-hop quoi. Du hip-hop pas dans la norme, du hip-hop barré, du hip-hop qui ne ressemblerait à rien qui se faisait encore, mais du hip-hop. D’ailleurs ils viennent pas de nul part les TTC. Ils sont potes avec La Caution, les autres fers-de-lance de ce qui sera le « hip-hop alternatif » français, la fierté nationale du début des années deux-mille. Avec eux, ils forment un collectif appelé L’armée des 12. Encore une référence qui sent plus la science-fiction que la street-cred. TTC, ils sont bizarres. Surtout Teki-Latex. Ce vieux Teki. Un gros gars au flow entre le canard sous cocaïne et un junkie à l’hélium. Faut se rappeler de Teki à cette époque, il en rajoute dans le côté surréaliste dans ses lyrics mais c’est un MC unique qui balance des fatality sur chaque track où il apparait, comme un monstre gentil décalqué, le pimp de l’Île aux Enfants, un bibendum dadaïste qu’a sa photo à l'entrée « Chelou » de l’Urban Dictionnary. A côté, Cuizinier, rappeur plus blanc que blanc mi-tête à claque mi-stalker, et Tido Berman, sorte de baron noir au flow aristocratrobotique, ajoutent des nuances aux tableaux sans jamais pouvoir se hisser à la même hauteur. La prod ? Comme ceci n’est pas un album composé de façon cohérente, elle part dans tous les sens. Ca rajoute à l’effet gros bordel, au fait que TTC, on comprend pas bien où ils veulent en venir. Mais y a déjà une forte coloration électro, dans la lignée de leurs potes de La Caution, en featuring ici et là et surtout sur le monstrueux « Pollution » avec ce beat lippeux et ses nuages synthétoxiques, une peinture de Paris vue du ciel en plein pic de gaz carbonique. A trop les prendre pour des rigolos, on se prend la rame de « Subway » et son ambiance industrielle dans la gueule alors que les MC jouent aux devinettes dans le labyrinthe, carte en trois dimensions des soubassements nauséabonds de la ville. Meilleurs en ambianceurs de l'urbanisme qu’en narrateurs d’histoires à la Bellemare (une « Reconstitution » fadasse) où en stricts abstract arty (« Pas d’armure » qui prend une éternité pour aller nul part, malgré un featuring de Doseone, en caution plus que Caution). Meilleurs aussi quand il s’agit de balancer déjà du beat à dancefloor électroïde, le hit par la bande « (Je n’arrive pas à) danser » et le booty « Teste ta compréhension », pur technique non sens, déroulage de l’acronyme, atelier d’écriture automatique. Pour le zarbi futuriste, y a aussi l'inévitable James Delleck qui passe pour pousser de l’égo-trip sur beats qui claque des cordes épiques, Cuizinier ce pervers polymorphe au top de la branlette lexicale; y a aussi Nikkfurie qui lâche une prod qui sent bon le mysticisme héroïque pour tenter un coup de sentai élémentaire alors que Mr. Flash, qui assure le gros du boulot pour le son, tricote du track tranchant, orientalisme au millimètre et basse électro-dub ronflante sur « Toi-même »; Tacteel lui tâte des ondulations sci-fi cosmiques pour un des moments les plus hallucinés de l'album, Teki et le reste du crew en apensanteur, rejoint dans l'éther par le flow de Yara Bravo, rare touche féminine notable. A la réécoute de tout ça, cet assemblage inconstant, pas toujours bien branlé mais toujours fourmillant d’idées de prods et de flows, c’est évident que TTC étaient bien plus des rappeurs branchés un peu rigolos qui se foutaient de la gueule des gosses de riches sur fond de bruits de cocottes. Mais rien à renier non plus les gars. « Son petit frère est MC, depuis qu’il boit de la 8.6, il s’invente une vie, et tous les Lundis après le catéchisme il rêve de téci, il rêve d’avoir des soucis, c’est tellement chic de n’pas avoir de fric, tu saisis ? » Ouais, quand Téki arrêtait de faire le con, quel MC, quoi.

note       Publiée le vendredi 28 avril 2017

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Ceci n'est pas un disque" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Ceci n'est pas un disque".

notes

Note moyenne        3 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Ceci n'est pas un disque".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Ceci n'est pas un disque".

Klarinetthor Envoyez un message privé àKlarinetthor

la ca me parle encore - j'ai plus de doute sur la suite

Note donnée au disque :       
(N°6) Envoyez un message privé à(N°6)
avatar

Vous devriez savoir ce que ce genre de question amène comme réponse en général. Ca me fait penser que TTC aurait du sampler le thème de Hugo Délire. Dans "I Need Hero" de Hustla où Teki fait un featuring brillant, on en est pas si loin.

Note donnée au disque :       
varg Envoyez un message privé àvarg

Puisque ça parle de rap indé français des 2000's, à quand un truc sur Hugo TSR?

dariev stands Envoyez un message privé àdariev stands
avatar

bouais... je sais pas, tiens. En écoutant des disques collectifs comme l'Atelier c'est clair qu'ils surnagent un peu du reste, niveau flow comme lyrics, mais pas certain que leur image ne joue pas un peu là-dedans. En tout cas un truc est sûr : quand j'ai entendu l'instru d'Elementaire, je me rappelle avoir pensé, un peu simplistement : tiens, le rap français vient d'entrer dans une nouvelle ère, sans que j'ai vu la transition. Pour moi bien plus marquant que la French Touch, la house à la française... Bien sûr, l'un a bénéficié d'un dynamisme et d'un engouement médiatique incroyable, l'autre a juste subi l'inertie énorme du genre hip-hop. Faudra un jour que je chronique 36 15 TTC, excellent disque de funk carioca déguisé en fluokid du 16ème (c'est gratuit !!)

(N°6) Envoyez un message privé à(N°6)
avatar

Avec Teki d'un côté et Fuzati de l'autre, c'était forcé que ces deux-là attirent le plus l'attention, ils survolaient la scène en terme de singularité.

Note donnée au disque :