Vous êtes ici › Les groupes / artistesOOptimum Wound Profile › Lowest Common Dominator

Optimum Wound Profile › Lowest Common Dominator

cd • 13 titres • 63:14 min

  • 1Drain03:59
  • 2Tranqhead03:39
  • 3Ego Crotch03:18
  • 4Downmouth06:42
  • 5You're Weak02:38
  • 6Blindfold05:14
  • 7Incision05:01
  • 8Responsibility03:11
  • 9Skin03:01
  • 10Melt02:25
  • 11Damage04:43
  • 12Crave12:53
  • 13Core Melt02:39

enregistrement

Enregistré par Richard Hammerton en juin 1992 au Purple Rain Studio, Great Yarmouth, Royaume-Uni. Produit par Niall Corr. Remixé par RIchard Hammerton, Phil et Rocki en aout 1992. Pré-production au Sprinvale Studio, Ipswich, Royaume-Uni.

line up

Phil Vane (voix), Rocki (guitare, piano, barrier noise), Simon (voix), Ian (basse), Vile (batterie), Snapa (samples, tape loops, claviers).

remarques

Sorti en cd, vinyle et cassette. Réédition CD remastarisée en 2012 chez Metal Mind.

chronique

Je rebrousse mes manches. Je regarde la montagne de CDs et je plonge ! Et je vous ramène ce disque entre mes dents, petites, mais assez costaudes pour tenir ce bout de plastique encrouté de poussière et de tâches diverses et variées. Optimum Wound Profile, c’est (ce fut ?) un groupe anglais, qui joue quelque chose qui ressemble, aux premières mesures, à cette vague industrialo-metallo-crusto que nous entendions (oui, je suis plusieurs) petit chez Nailbomb, Fudge Tunnel, KMFDM, certains Killing Joke, Treponem Pal ou Ministry. Évidemment chacun à sa patte, mais le « plus petit dénominateur commun » (hé, c’est PRESQUE le titre de l’album Mon Capitaine) de tout cela c’est cette odeur d’huile, cette rythmique binaire, et ces beuglements patchés à cheveux violets. Donc ici, on a ce qu’on pourrait retrouver régulièrement en écoutant du métal industriel vieux, à savoir donc une rythmique très binaire, des riffs très bateaux très saturés et des mecs qui aboient. Un des gueuleurs c’est Phil Vane la gorge d’Extreme Noise Terror pour vous dire le patchomètre. Sinon, ça donne envie de danser : c’est même foutrement dansant ! Une espèce d’influence très très lointaine des Dead Kennedys dans le côté je twiste à Koweït City sous un tapis de bombe, je prends ma planche et je surfe jusqu’au Nicaragua. C’est donc censé être morbide et tout et goudron et clous rouillé, mais je dirais que ce premier album est plutôt pas mal, car donne tout bonnement envie de tortiller du cul juché sur un tas de parpaing muni de marteaux dans un environnement tagué, hostile, y a des mecs en noir habillé de coques de plastique qui se rapprochent, semblent retors, armés de bâtons et de fusils, le tout filmé comme dans les épisodes d’Headbanger’s Ball. Chronique passéiste - désolé, dès qu’un machin des années 1990 me retombe sur les pieds alors que je déplace les armoires, il y a toute une esthétique considérée par moi même comme morte qui me remonte aux narines, donc je me fais romantique. Notez donc bien que vous ne trouverez pas de musique industrielle à proprement parler ou de la noise ici malgré le graphisme du contenant mais vraiment une espèce de punk metal très groovy, avec plein de samples de gens qui parlent, et beaucoup de crusterie dans la manière de beugler des deux tondus cités comme « voix » dans le line-up là haut, la rythmique sachant bien tenir l'haleine haute, et aussi le rythme cardiaque au niveau de la bouffée de colère. A utiliser pour labourer le jardin. Ou d'autres activités (cf. le mur de parpaings cité plus haut).

note       Publiée le jeudi 21 juillet 2016

Dans le même esprit, Rastignac vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Lowest Common Dominator".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Lowest Common Dominator".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Lowest Common Dominator".

Klozer › jeudi 29 septembre 2016 - 12:56 Envoyez un message privé àKlozer

Moins abouti que l'album qui suivra (Silver or Lead), Lowest Common Dominator est une excellent moyen de se vautrer dans leur univers malade

Note donnée au disque :