Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCConqueror › War Cult Supremacy

Conqueror › War Cult Supremacy

cd | 11 titres | 46:17 min

  • 1 Infinite Majesty [05:01]
  • 2 Chaos Domination (Conquer the Enslaver) [05:56]
  • 3 Age of Decimation [04:01]
  • 4 Kingdom Against Kingdom [02:14]
  • 5 Bloodhammer [05:17]
  • 6 Hammer of Antichrist [02:41]
  • 7 The Curse [Reprise de Slaughter] [02:34]
  • 8 War Cult Supremacy [03:34]
  • 9 Domitor Invictus [06:37]
  • 10 Command for Triumph [04:57]
  • 11 Christ's Death [Reprise de Sarcófago] [03:25]

enregistrement

Produit par Ludo Evil et Evil Omen Records.

line up

James Read (batterie, voix), Ryan Förster (guitare, basse).

remarques

L'album a notamment été réédité plus tard par Nuclear War Now! Productions, sous la direction artistique de James Read. Cette réédition regroupe la totalité (?) des titres de Conqueror, cet album plus leur première démo "Antichrist Superiority", un extrait de la compilation "World Domination 2" (Osmose Productions) ainsi que le titre du split avec Black Witchery.

chronique

Styles
metal extrême
black metal
death metal
Styles personnels
conan le barbare à cheval sur une dca

Ce groupe, c’est l’histoire d’une rencontre. Non, mais partez pas ! Y a pas de fleurs de cerisiers qui tombent sur leur front, y a pas les oiseaux qui chantent, y a pas un air de Tino Rossi qui sort du kiosque à musique alors que deux personnes s'enlacent tendrement sur la jetée au coucher du soleil. Non, juste une rencontre au Canada, l'autre pays du bourrinage entre le batteur John Read et le guitariste Ryan Förster, autre amateur canadien de cuirs, de clous et de ceintures à douilles. Oui, donc, Conqueror. On voit la tronche du crâne de sinistre mémoire sur la pochette de la réédition, noir blanc rouge, OK, on peut se dire « je vais peut-être pas m’infliger encore des fantasmes hitlériens avec Adolf sur son grand cheval blanc qui fait la révolution de la terre, des gens, et du body count surtout, bousillant tout sur son passage en me disant que c’est beau comme l’odeur du napalm au petit matin. Chuipas Ernst Jünger ». En fait je parle plutôt ici de la pochette finalement plus parlante de la réédition par Nuclear War Now!, le label avec Iron Bonehead, Hells Headbangers ou Profound Lore amateur de rééditions CULTES. EN CAPITALES. COMME CA ON VOIT DE PLUS LOIN. Parce que regardez la pochette originale, elle fait mal aux yeux, mais pour d’autres raisons - là, NWN ils ont besoin de taper dans le visuel de propagande, ça crashe mieux. Et la musique pourrait aussi vous faire mal aux oreilles : pas de pépites qui pétillent comme chez Angelcorpse ou Order from Chaos, pas de possibilité de s'accrocher à quelque chose de mélodique, c’est plutôt le côté Blasphemy du boucan de la force, cette approche subtile du black / death qu’on retrouvera ensuite dans Revenge, le projet suivant ce Conqueror, le papillon devenu chenille voyez ? (enfin, chenille avec des canons et des grosses roues en métal). Une approche occulto guerrière qu’on retrouvera chez Archgoat, chez Black Witchery. Enfin, voilà une jolie petite famille du Nord de l'Amérique du Nord qui engendrera une attitude particulière, du genre faut pas venir leur faire des guili guili sous les aisselles, provoquant la création de masse de groupes plus ou moins clones. Conqueror ressemble aussi beaucoup aux manifestations des cacerolas en Argentine. Car Conqueror c’est casserole, coups de casserole sur ch’gueule + plus riffs du Malin + gorge étranglée (c’est pas une image, il doit vraiment hurler avec les mains comprimant sa gorge non ?). C’est encore produit n’importe comment, ça peut donner le tournis, mais, encore une fois, eh ben, les jours « avec » je vais trouver ce propos énormissime. Mais pourquoi ? Parce qu’il y a un côté tellement obtus dans cette musique que ça en devient fascinant. Je ne me pose pas la question pourquoi ? tous les jours. Ben avec Conqueror si, et c’est pas un pourquoi du genre « pourquoi je perds mon temps à écouter ces coulées de dégueulis, j’ai aut’chose à faire », non, c’est pourquoi. Tout court. Je sais, il y a toujours une différence entre le créateur qui se met en scène et sa vraie vie, sa vraie dégaine quand il va retirer des thunes pour acheter des fraises tagada qu’il va se bouffer en regardant les canards au bord du lac à sa pause de dix heures. Mais avec le mec James Read, je ne peux projeter quelque chose de l'ordre du quotidien banal. Je peux à peine m’imaginer que cette personne a deux bras et deux jambes en fait… et c’est ça qui me plait, et c’est ce qui me plait dans le metal et a fortiori le metal extrême depuis que j'écoute ça : la monstruosité. L’étrangeté, l’anormal. Le black, le death, c’est hors du commun. Donc, si un jour j’ai envie de faire découvrir ce type de musique à quelqu’un, je lui passerai cet album devenu compilation/archive… et je guetterai son regard. Si ça vire au blanc, c’est cool. Si y a des crânes qui commencent à tourner au fond de la pupille, pourquoi pas ? Et là, je serai moins seul, car Conqueror, c'est le deux doigts coupe faim du bon goût, de la mesure, du calme. Conqueror, la crème du bourrinage qui fait tourner la conscience de travers. Et, enfin, Conqueror, c'est un modèle de tank. Dans la réalité. Un char de combat de l’armée britannique, sisi, qui tire des vrais obus et tout. Et je suis pas loin de me dire que le son que ce machin fait dans la réalité n’est pas très éloigné de ce que produit Conqueror - d’ailleurs, pas plus tard qu’hier, j’ai confondu le son pétaradant d’une vieille bagnole dans un film avec un morceau de death metal, alors que je tournais la tête. Le death metal, musique de vie, et de turbines. Et puis Diocletian n’ont ils pas eux mêmes porté hommage à un obscur ingénieur en mécanique dans leur dernier album ? Voilà, si vous vous demandiez si on pouvait trouver des intersections entre satanisme, occultisme, et machinerie, ben vous avez des débuts de réponse avec ce groupe, enfin ce projet quasi solo de James Read qui, plus tard sous le nom de Revenge attirera nombre de gros bourrins apparemment "skinheads satanistes".

note       Publiée le mercredi 20 juillet 2016

partagez 'War Cult Supremacy' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "War Cult Supremacy"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "War Cult Supremacy".

ajoutez une note sur : "War Cult Supremacy"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "War Cult Supremacy".

ajoutez un commentaire sur : "War Cult Supremacy"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "War Cult Supremacy".

kama › vendredi 22 juillet 2016 - 12:52  message privé !

Bonne mandale ce Conqueror, les ambiances sont crades à souhait et aussi aéré qu'une brique. Plus occulte que Revenge, mais on sent la parenté.

Nicko › jeudi 21 juillet 2016 - 01:18  message privé !
avatar

Ces breaks de batterie restent inégalés !! De la boucherie à l'état pur !

Dead26 › mercredi 20 juillet 2016 - 13:31  message privé !

Sympa cet album, un grand classique dans le genre war black/death bien méchant. Un peu rébarbatif à la longue, mais il en faut parfois juste pour l’hygiène des cages à miel. This is waaar !!!

Note donnée au disque :