Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesPPremature Ejaculation › Death Cultures III

Premature Ejaculation › Death Cultures III

cdr • 9 titres

  • 1Hypnosis, your alibi
  • 2Every home a Jones Town
  • 3Trageday, sickness and disease
  • 4Pantheist
  • 5The end is here
  • 6Ice pick
  • 7Good American
  • 8Pride, the cause of death
  • 9Lower hells

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

line up

Chuck Collusion, Rozz Williams, Gene Evans

remarques

chronique

Styles
indus

Encore du boulot de passionné, merci ! Grâce à l’initiative du petit label italien Looney Tick Productions à qui on devait déjà la réédition de ‘Death Cultures I’, il nous est désormais possible d’écouter la rare cassette ‘Death Culture III’ sans la payer 200 euros sur Discogs. Surtout qu’elle contient pas mal des meilleurs essais du projet, à commencer par l’excellent ‘Hypnosis, your alibi’ qui ouvre le bal: nappes grondantes basses, boucles grinçantes mais non saturées par dessus oeuvrant en une transe monochrome qui s’arrête nette une fois que l’auditeur s’y sent bien. Pour quelqu’un comme Rozz Williams fasciné par les tueurs en série, une mention à Jim Jones s’avérait nécessaire et le second morceau s’avère des plus intéressant avec des loops de voix déformées plutôt inquiétantes qui s’enrichissent de bruits, petits crissements. Là encore, rien de saturé, c’est subtilement dosé pour inquiéter sans agresser l’audition; on sent les artistes très à l’aise dans leur ambient indus avec des structures simples et riches en textures. La suite confirme, les boucles sont excellentes, équilibrant efficacement grondements et sonorités plus aiguës, toujours dans une optique hypnotique. ‘Death cultures III’, c’est comme se réveiller un beau matin dans une chambre d’asile que l’on découvrirait abandonné. Pas de claustrophobie mais une seule liberté, celle d’errer de chambre en chambre sans rencontrer personne avec pour unique compagnie les souffrances des patients emprisonnées dans les murs. On peut toujours tenter la cave (‘Panthesist’) mais l’esprit qui y loge pousse vite à remonter les marches; ‘The end is here’ porte bien son nom avec ses boucles menaçantes évoquant une forme de créature métallique monstrueuse au pas lourd et chancelant, inébranlable. Ce qui représentait l’autre face de la cassette fonctionne dans un registre similaire avec des pics (le trop bref ‘Good American’ avec son tempo de marche funèbre crée à base d’aboiements; le très bon et torturé ‘Pride, the cause of death’, bien grinçant sans saturer inutilement). Autre pièce intéressante, ‘Lower hells’ se construit sur des loops gospel déformées, agencées les unes sur les autres en une avancée cohérente limite apaisante mais jamais confortable. Quelle parfaite conclusion pour évoquer une tentative de salut qui en devient grotesque dans sa propre répétition ad nauseam. Ok, les gars, et si vous rééditiez ‘Blood told in spine’ ?

note       Publiée le mercredi 20 juillet 2016

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Death Cultures III".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Death Cultures III".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Death Cultures III".

Hazincourt › mercredi 20 juillet 2016 - 12:51  message privé !

"La couche organique : le maillon faible Néanmoins, c'est un fait, les CD/DVD gravés ne dureront jamais aussi longtemps que les CD/DVD pressés du commerce, La faute à la couche organique des CD/DVD vierges qui a tendance à s'altérer plus vite avec le temps.

La longévité des CD/DVD gravés dépend du type du média ainsi de sa condition d'utilisation. Voici une estimation de la durée de vie d'un CD/DVD suivant le type du substrat utilisé dans la couche où sont gravés les données : Substrat bleuté : 5 à 7 ans Substrat à base d'argent : 6 à 8 ans Substrat à base d'or : 8 à 10 ans"

Donc pour moi autant acheter un autre artiste en CD :)

Note donnée au disque :       
Dead26 › mercredi 20 juillet 2016 - 12:36  message privé !

C'est pas juste une histoire de coût ? Mais c'est marrant car moi aussi j'ai quelques cdr depuis longtemps dans ma cdthèque et j'ai jamais eu de souci avec. Contrairement à toi je préfère largement avoir à défaut un cdr (pro de préférence) qu'un vulgaire fichier téléchargé.

Note donnée au disque :       
Hazincourt › mercredi 20 juillet 2016 - 11:56  message privé !

Il est très louable de rééditer ce genre de perle, c'est nécessaire et c'est bien ! MAIS pourquoi faire des cdr ? c'est de la merde les cdr ! Combien de de cdr que je possède ne marchent plus 15 ans après ... je ne mets plus un centime dans un cdr, je préfère télécharger l'objet au moins cela ne me coûte rien. Acheter des cdr c'est comme balancer son argent par la fenêtre. (petit coût de gueule).

Note donnée au disque :