Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesEEndraum › Der Leanderkern

Endraum › Der Leanderkern

cd 1 • 11 titres

  • 1Ouvertüre
  • 2Der Rosengarten
  • 3Der Wanderer
  • 4Krumme Schatten Im Stummen Muster
  • 5Hommage
  • 6An Dich
  • 7Mirabell
  • 8Im Blauen Licht
  • 9Am Fluss
  • 10Spiegelquelle
  • 11Und In Der Nähe Antonin Artaud

cd 2 • 7 titres

  • 1DER LEANDERKERN: Begegnung 1
  • 2Begegnung 2
  • 3Begegnung 3
  • 4DANSE MACABRE TAPE 1992: Goessa
  • 5Ti La Sokus (Ein Traum)
  • 6Der Rosengarten
  • 7Schwan Der Meere

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Weisser Herbst Studio, Allemagne, 1998-2000

line up

Roman R., Hovi M.

Musiciens additionnels : Yvon Million (chant, basse), Laura Carleton (voix féminine), Frank Müller (lute)

remarques

chronique

Endormi sur un bateau, bercé par le clapotis des vagues; la brume se lève, caresse lentement le bois de la coque, emplit l’atmosphère, le ciel. Doucement l’embarcation quitte l’eau, se met à dériver dans un espace dont on ne sait s’il est réel ou onirique…Evoquer Endraum, c’est user de symboles d’équilibre, de plénitude, de calme, de mélancolie aussi, tant leur musique paraît flotter entre deux univers dont on ne sait plus bien lequel est le nôtre. Dans un monde qui va beaucoup trop vite, elle prend son temps, ose la douceur, la suggestion, en réponse à la violence et au stress. Quoi de mieux pour en parler que cette compilation double se présentant à la fois comme un best of (1991-2000) et une collection de raretés ? Décrire leur style n’est pas si compliqué, on oscille entre dark wave et ambient néoclassique avec chant souvent récité, quelque chose de pas si éloigné de In the Nursery parfois (‘Ouverture), les percussions en moins. Evoquer le ressenti à son écoute est plus complexe: tristesse ? Pas entièrement. Rêverie ? Certainement. Poésie ? Oui. Noirceur ? Non, beauté inquiète peut-être mais la musique de Endraum se veut positive, un peu mélancolique, romantique surtout, au sens littéraire du terme. Aucune violence, tout ici est calme et volupté, un véritable refuge pour fuir la vie, s’évader spirituellement, sans naïveté aucune. Le premier cd tente de résumer tout cela en reprenant quelques grands moments extraits de leurs sept premiers disques, avec de magnifiques moments (‘Der Wanderer’, Krumme Schatten im Stummen Muster’, Mirabell’, An dich’). Le second nous propose non seulement les quatre chansons de la troisième cassette du duo produite sur Danse Macabre qui compte en guest feu Yvon Million (Neutral Project) au chant et à la basse, pour un style légèrement plus cold wave même si tout aussi évocateur, de même qu’une trilogie baptisée ‘Der Leanderkern’ divisée en trois pièces nettement plus atmosphériques qui siéraient à merveille comme bande-son d’un film. Sans parler d’expérimentation, elles dévoilent un aspect plus rêche et audacieux du groupe (avec une larme de trip-hop) sans quitter entièrement les rivages oniriques caractérisant leur style. On reprochera à Endraum une technique de composition quelque peu ennuyeuse et répétitive mais on s’inclinera forcément devant la beauté et la finesse de leurs arrangements. Cette collection me paraît la carte de visite parfaite pour s’immerger dans leur univers sans lassitude, soit pour s’arrêter sur le premier rivage, soit pour poursuivre le voyage plus en profondeur.

note       Publiée le mercredi 20 juillet 2016

Dans le même esprit, Shelleyan aka Twilight vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Der Leanderkern".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Der Leanderkern".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Der Leanderkern".

Hazincourt › mercredi 20 juillet 2016 - 10:00  message privé !

Endraum ou l'invitation à la rêverie, effectivement une bonne porte d'entrée pour leur monde onirique ou j'aime me perdre. Endraum ou le trip hop dark wave, toujours subtile, très travaillé dans les arrangements. L'on perd beaucoup à mon avis si l'on ne parle pas allemand (ce qui est mon cas sigh).

Note donnée au disque :