Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCCompilations - Divers › Edge of the Night

Compilations - Divers › Edge of the Night

cd | 16 titres

  • 1 Canonis: 'Snow river'
  • 2 Caprice: 'Princess Mee'
  • 3 Romowe Rikoito: 'Elegy'
  • 4 No man's Land: 'Falling into the night'
  • 5 Neutral: 'Playroom'
  • 6 Dvar: 'Taai liira'
  • 7 Damsel's Dream: 'Elegy for rythm-box'
  • 8 Phamtom Bertha: 'Igni Natura Renovatur Integra'
  • 9 Dreams: 'Cloud of dreams'
  • 10 Cyclotimia: 'Paradise'
  • 11 Lunophobia: 'Under the snow'
  • 12 Djembe: 'Tourdion'
  • 13 Kratong: 'Echoes of sinking ships'
  • 14 Moon Far Away: 'December of time'
  • 15 TNT Art: 'Better than you'
  • 16 Cisfinitum: 'De Profundis'

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

remarques

http://old.gothic.ru/compilation_e.htm

chronique

Cette compilation, je me devais d’en parler car elle a représenté une sorte de sésame pour la scène dark russe. Avant cela, je dois bien avouer qu’en dehors d’un ou deux projets punk ou post punk, j’ignorais tout, Rideau de Fer oblige, d’une quelconque scène au Pays de Lénine. Le terme ‘gothic’ ratisse large, se voulant vitrine d’une foule d’activités culturelles et artistiques dont cette collection se veut surtout la carte de visite. On passe donc du néoclassique pur (‘Caprice’) en élargissant au dark folk (bouleversants Romowe Rikoito et leur ‘Elegy’ à tirer des larmes au portrait de Stalline lui-même, les géniaux Neutral, Moon far away), voir carrément au médiéval avec Djembe. En parallèle, outre des tentations heavenly (Canonis, Dreams), dark ambient (très bon et mystique Cisfinitum, Cyclotimia), nous trouvons de rares formations plus proches du sens traditionnel de l’étiquette ainsi Phantom Bertha et No man’s land pour l’aspect gothic rock, Dvar pour le côté darkwave. On nous gratifie même de trip hop (Damsel’s dream), c’est vous dire. Avec le recul, on s’aperçoit que ‘Russian gothic compilation’ a quelque chose de trompeur, à moins qu’on n’en garde avant tout la signification littéraire; toujours est-il que cette riche collection a eu le mérite d’offrir un panorama assez complet des possibilités de contrées assez peu connues musicalement. Si tout n’est pas fabuleux, les formations neofolk tirent merveilleusement leur épingle du jeu en mêlant les influences de leur pays avec une forme de spleen typiquement slave. L’ambiance, tel est le maître mot qui prévaut, de même qu’une manière de travailler personnelle qui ne copie pas mais développe ses propres codes avec une certaine audace, loin de toute considération commerciale. Ne vous y trompez pas, le ‘bord de la nuit’ symbolisé par cette compilation, je le vois davantage comme l’arrivée du point du jour, lors du passage de l’obscurité à l’aurore, que comme un moment vespéral annonçant les ténèbres nocturnes. De bien belles découvertes à la clef néanmoins.

note       Publiée le lundi 27 juin 2016

partagez 'Edge of the Night' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Edge of the Night"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Edge of the Night".

ajoutez une note sur : "Edge of the Night"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Edge of the Night".

ajoutez un commentaire sur : "Edge of the Night"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Edge of the Night".