Vous êtes ici › Les groupes / artistesPPere Ubu › The modern dance

Pere Ubu › The modern dance

  • 1978 • Geffen 25206 • 1 CD

10 titres - 36:20 min

  • 1/ Non -Alignment Pact (3:18)
  • 2/ The Modern Dance (3:28)
  • 3/ Laughing (4:35)
  • 4/ Street Waves (3:04)
  • 5/ Chinese Radiation (3:27)
  • 6/ Life Stinks (1:52)
  • 7/ Real World (3:59)
  • 8/ Over My Head (3:48)
  • 9/ Sentimental Journey (6:05)
  • 10/ Humor Me (2:44)

enregistrement

Suma Studio, Chicago, USA, 1977

line up

David Thomas (chant, musette), Tom Herman (guitare), Allen Ravenstine (synthétiseur, saxophone), Tony Maimone (basse), Scott Krauss (batterie)

remarques

Geffen a ressorti tout leur backcatalogue courant 1998.

chronique

Styles
rock
Styles personnels
post punk

Monde paranoïaque que celui des Pere Ubu. Ils seront, en effet, les premiers à aborder la musique pop/rock du renouveau avec cette démarche originale, angoissée et angoissante, héritée des Red Krayola et de Captain Beefheart. Bien avant Devo. Bien avant les Talking Heads. Bien avant toute cette clique d'intellos arty qui, ayant compris comment tirer au mieux profit du système de l'image, attireront sur eux tous les projecteurs. "The Modern Dance" est le premier album du groupe de David Thomas. Perçu comme étrange ou comme un groupe musical extra-terrestre, Pere Ubu n'en est pas moins humain. Et, comme l'homme, il demeure incompris. Leur grammaire s'articulant autour du format rock traditionnel, repris à sa source, leur monde bizarre, qui n'est autre que le nôtre vu au travers du prisme déformant de la folie, est, lui, fait de cris stridents, de bruits, de distorsions ("Non-Alignement Pact", "Modern Dance"). Il s'attache peut-être même à nous aider à mieux perçevoir l'environnement dans lequel nous sommes sensés évoluer (le post apocalyptique "Sentimental Journey"), fait de dépit ("Life Stinks"), et de crainte ("Chinese Radiation"), amplifié par la voix étranglée et schizophrène de son chanteur. Une voix, d'ailleurs, perdue dans l'essoufflement sonore, représentative de la pollution sonore de nos sociétés déshumanisées. Mais peut-être ne nous y reconnaissons nous pas parce qu'il y a bien longtemps que cette vie moderne, stressante, accaparante et étouffante, est parvenue à nous dissoudre dans ses inquiétudes ? Un grand disque. Un grand groupe.

note       Publiée le samedi 13 juillet 2002

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Dioneo
  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "The modern dance" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "The modern dance".

notes

Note moyenne        28 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "The modern dance".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "The modern dance".

Raven Envoyez un message privé àRaven
avatar

"Merdre ! Merdre !" J'ai très longtemps entendu : "Mantra Mantra", loin de piger que c'était aussi du Jajarry, dans celle-ci qui est la prem's à m'avoir accroché le dedans des lobes; ça doit sûrement parler de son étrangeté à lui... et il est super accrocheur ouais, comme tu dis il est direct, franc - autant que truffé de puits, de parasites industriels-ambients, incrustations de gouffres dans la danse, de coupures du continuum et de l'espace-temps. Pas moins bizarre que le Dub Housing, mais plus... FRAIS ? Et saillant, oui ! Payre Oubou, c'est vraiment l'truc stupéfiant !

Note donnée au disque :       
Dioneo Envoyez un message privé àDioneo  Dioneo est en ligne !
avatar

Dans la série "je l'ai, depuis des années mais je l'ai peu écouté et là il me saute à la gueule"... Pendant tout ce temps j'avais surtout bloqué sur Dub Housing (le suivant donc) mais là j'avoue, cette Modern Dance me chope café en main, et je ne comprend pas trop comment son côté "direct" ne m'avait pas baffé avant comme il le fait là - direct forcément dans le sens très spécial que ça, que tout peut avoir chez Père Ubu, où la torsion est partout pour faire sortir mieux la substance mais direct aussi simplement parce que chez ce groupe, "art" ou pas en préfixe, il y a toujours un côté rock brut, franc, dans les riffs, la façon de tenir et casser le rythme, qui fait que la bizarrerie (des syntés grinçants, de ce sax pas franchement twistant...) ressort plus saillante et en même temps sonne aussi "naturelle" que la partie "normale" du truc.

Grand mercis à Shelleyan qui m'a donné envie de réécouter ce groupe, avec ses chros de disques plus récents (qu'il faudra que j'écoute, ouais) et au Sergent, avant ça, qui m'avait offert ce truc y'a des années sous prétexte que j'en prenais une de plus (d'année...) ! Ça aura pris le temps mais ça n'aura pas été en vain.

Note donnée au disque :       
Winslow Envoyez un message privé àWinslow

Ca fait un bout de temps que je veux l'écouter, mais j'ai attendu de le choper en vinyle pour sauter le pas. Et ben je suis pas deçu c'est vraiment une putain de bombe. Mention spéciale à Humor me qui est clairement un hommage à Autumn's Child.

Note donnée au disque :       
Kronh Envoyez un message privé àKronh

Non c'est impossible, on a pas le droit de jouer comme ça, on a pas le droit de chanter comme ça! Devant des êtres humains! C'est indécent.

DummyCT Envoyez un message privé àDummyCT

Un album plus qu'étrange, génialement avant-gardiste. J'adore et j'adhère !!!

Note donnée au disque :