Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesBBehexen › The Poisonous Path

Behexen › The Poisonous Path

cd • 10 titres • 55:59 min

  • 1The Poisonous Path05:59
  • 2The Wand of Shadows03:56
  • 3Cave of the Dark Dreams03:48
  • 4A Sword of Protean Fire05:17
  • 5Umbra Luciferi05:37
  • 6Tyrant of Luminous Darkness06:33
  • 7Chalice of the Abyssal Water07:05
  • 8Pentagram of the Black Earth05:00
  • 9Gallows of Inversion04:04
  • 10Rakkaudesta Saatanaan08:40

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Enregistré par Samu Oittinen, assisté de Ville Puurtinen au Fantom Studios. Mixé et masterisé au Necromorbus studio par Tore Stjerna.

line up

Hoath Torog (voix), Horns (batterie), Shatraug (guitare), Wraath (guitare).

Musiciens additionnels : Gargantum (guitare)

remarques

Sorti également en vinyle et fichiers téléchargeables ici : https://dmp666.bandcamp.com/album/the-poisonous-path

chronique

Behexen cru 2016, chez Debemur Morti, donc jolie illustration qui renvoie à la qualité graphique bien chiadée d’un label qui sait chouchouter les esthètes. Un Behexen un peu moins cru, très grave (la voix, les guitares), un peu plus photogénique. Bien produite cette voie empoisonnée - ah, ces histoires de chemins à suivre, ça travaille hein ! On s’est tous posé la question, « à droite ou à gauche ? », en se disant, mouais de toute façon la lumière sans le noir, ça n’existe pas... mais alors le noir empoisonné, délivré dans les terres d’Eden pour rendre gris le blanc, le plus possible, c’est extrêmement présomptueux et impérialiste, non ? En même temps, on est en terre Satan, faut avoir l’égo bien gonflé et l’esprit de conquête. Mais trêve d’analyse du discours, place au poutrage : Behexen ça poutre, ça fume, c'est grave j'ai déjà dit, c'est massif. Ça, encore, n’est pas à la pointe de l’avant-garde, ça cite Lucifer toutes les deux phrases, ça préfère taper sur les cloches comme autrefois, marmonner entre deux gros cris bien gutturaux, d’une voix toute grave, en faisant résonner le fond de la gorge. Behexen ça blaste, c’est turbo poignet côté guitare, et c’est encore très plaisant finalement à écouter les yeux révulsés vers la lune à maudire le monde entier, bande d’enfoirés, avec un gars derrière qui fait un solo comme Slash les genoux dans les vagues, tout en fumant la clope. Très incantatoire cet album, vivifiant, venteux - enfin, imaginez le vent qui sort d’une grotte, qui pique le nez, y a un demi cadavre avec des bracelets à clous qui en sort en rampant, le sourire aux lèvres, il lève un œil vers vous et balance « hé, c’est vraiment cool l’immortalité, hin hin ». Enfin, trêve de tout, si vous êtes encore bien accroché par le côté discours à la nation du black metal (enfin avec des cornus à la place des électeurs), par l’absence de finesse, tout en étant attaché à une dose minimale de mélodie et d’un chouïa de mystère venu du fond de la cave, si pour vous c’est la violence qui prime dans le metal et qu'il faut arrêter de chougner maintenant, ben voilà. Hop. Pas de quartiers pour la lumière quoi.

note       Publiée le dimanche 19 juin 2016

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "The Poisonous Path".

notes

Note moyenne        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The Poisonous Path".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The Poisonous Path".

Klarinetthor › mercredi 8 mars 2017 - 03:02  message privé !

oui, ca blaste, mais punk

Note donnée au disque :       
Rastignac › lundi 20 juin 2016 - 18:35  message privé !
avatar

oui, c'est beaucoup moins raw, mais c'est puissant.

Note donnée au disque :       
Dead26 › lundi 20 juin 2016 - 18:16  message privé !

Vraiment rien à voir musicalement avec leur premier truc sorti en 2000 qui s’appelait Rituale Satanum et qui était bien sale et underground, très différent comme ambiance, pareil pour le chant, du coup je me demande si c’est le même chanteur... Après ce nouvel album est bien maîtrisé avec un son moderne et très lissé, ça se tient.

Note donnée au disque :