Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesNNovember Növelet › The World In Devotion

November Növelet › The World In Devotion

cd • 11 titres

  • 1Be Grateful To Your Murderer 2:17
  • 2The World In Devotion 4:14
  • 3Living Perfection 3:57
  • 4In Circles 4:10
  • 5Don't Know Why I Love You 3:47
  • 6Always 3:36
  • 7Restless 5:36
  • 8He's Dying Beside 4:13
  • 9Crying Walls 4:28
  • 10Made Of Gold 3:58
  • 11Fire 4:16

line up

Mr. & Mrs. Arafna

remarques

Première édition vinyle limitée à 892 exemplaires. Seconde édition illimitée.

chronique

Huit ans pour donner une suite à l’insondable Magic, c’est long. Ce ne sont pas des années perdues pour autant ; d’une part parce que Magic est immarcescible, d’autre part parce qu’il y a eu ‘You’, lent poison psychanalytique sorti des entrailles de Haus Arafna en 2010. Pourtant, on l’a tous ressenti, il s’est passé quelque chose entre temps. Galakthorrö est sorti de son mystère, s’est mis à jouer avec le feu en s’approchant des réseaux sociaux, rendant tout le plaisir de la mailing-list postée personnellement à leurs clients réguliers un peu obsolète. Et November Növelet, leur berceau de pop occulte et nocturne, s’est retrouvé malgré lui tiraillé par son succès. La bête a pris conscience qu’elle était écoutée, adulée et admirée de toutes parts. Cela a eu quelques effets secondaires positifs, comme le second tirage vinyle illimité. Mais avec la désagréable sensation d’avoir le monde en dévotion derrière soi vient le dilemne qui frappe tout artiste un jour ou l’autre : pour qui crée-t-on ? Bien sûr, il ne faut pas demander aux artistes eux-même, qui s’efforceront de répondre que le regard des autres n’a pas prise sur eux. Ne faites jamais confiance à un artiste ; c’est l’oeuvre qu’il faut interroger. Cette pop vénéneuse, qui sait qu’elle l’est, et qui dès lors risque de ne plus l’être. Regardez donc les clips. Monsieur et madame qui s’agitent et gigotent, l’air las, avec des interludes de pluie et d’arbres, et de chat dans une baignoire. Bien sûr, tout est gris. En sont-ils déjà prisonniers ? Le doute ronge, mais beaucoup ne se l’avoueront pas. Le son, bien sûr, est splendide. Moins simpliste que sur les EPs ‘Sacred’ et ‘Heart of Stone’, plus vicieux, parfois lorgnant sur l’ambient, délaissée depuis le premier album (les bizarreries en fond de ‘Living Perfection’ en disent long), parfois sur une synthpop à la Fever Ray encore plus antipathique (‘Don’t Know Why I love You’, peut-être leur tube le plus accessible, ainsi que le nostalgique ‘Crying Walls’) voir juste une resucée de Magic avec leurs montées en tension, même si toujours bien foutues (‘Always’, ‘Made Of Gold’) et parfois franchement terrifiant comme sur ce ‘Restless’ qui fait office de trou noir au milieu de l’album. Cette noirceur me rappelle l’autre détail qui me tracasse ici : elle n’est pas distanciée, ni vraiment interrogée, ni sublimée comme elle l’était sur Magic ; exit toute sensualité, The World In Devotion ne séduit pas ; il commente, froidement, refuse tout envoûtement, toute caresse, tout amour. Si Magic brillait par son ambiguïté sonore et moral, ce nouvel opus envoie tous les potards dans le noir, sauf peut-être encore pour ce son qui touche à la perfection sur plus d’un titre. Mais avec tout un niveau de lecture en moins, The World In Devotion risque l’effritement prématuré, ce qu’on ne lui souhaite pas. On peut se débattre tant qu’on veut pour ne pas le comparer à son prédécesseur, rien n'y fait. J’écoute cet album comme une bonne synthpop mâtinée de dark ambient vicieuse, mais Magic s’écoutera toujours comme Magic.

note       Publiée le samedi 11 juin 2016

Dans le même esprit, Wotzenknecht vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "The World In Devotion".

notes

Note moyenne        6 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The World In Devotion".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The World In Devotion".

Wotzenknecht › mardi 4 août 2020 - 15:49  message privé !
avatar

Il manque la partie sexe en fait, ce qui le rend just déprimant. À croire que Magic en a pris pour deux albums.

Note donnée au disque :       
GrahamBondSwing › dimanche 5 juillet 2020 - 22:43  message privé !

Pas du tout le style que j'écoute, je suis donc peut-être facilement impressionnable mais je viens de l'écouter pour la deuxième fois et je suis assez bluffé par l'équilibre, la cohérence de la proposition, les mélodies entêtantes, l'atmosphère globale qui se dégage, tout ça en réussissant à ne pas tomber dans la monotonie : Un album trippant !

Note donnée au disque :       
fonfongre › mardi 21 juin 2016 - 15:41  message privé !

( Il existe un tag "lune" tout court)

Hazincourt › mardi 21 juin 2016 - 15:23  message privé !

Bah voila il suffit d'attendre :) https://www.discogs.com/November-N%C3%B6velet-Unintended-By-Nature/release/8681593

Wotzenknecht › mardi 21 juin 2016 - 11:13  message privé !
avatar

Ah ben j'apprends aujourd'hui qu'ils sortent une compilation des trois EPs + inédits. à vos tirelires... (Ps pour le tagueur "pochette lune" : il s'agit de la terre !)

Note donnée au disque :