Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDark Buddha Rising › Entheomorphosis

Dark Buddha Rising › Entheomorphosis

  • 2009 • Post-RBMM P-RBMM-XII • 2 LP 33 tours

vinyl • 4 titres

  • 1Transperson I 13:33
  • 2Transperson II 14:49
  • 3Transcent 23:26
  • 4Nog Uash'Tem 19:47

enregistrement

The Wastement

line up

Vesa Ajomo, Jukka Rämänen, J. Niemi, P. Rämänen, S. Kuosmanen

remarques

chronique

Trans-, “Préfixe qui donne le sens de passer d’ici à là, passer à travers, passer outre, être au delà”, voilà qui convient à merveille aux enfumés de Dark Buddha Rising. Leur musique est d’abord le son d’un mouvement, qu’il soit ascendant, descendant, voire régulier, sinon répétitif à l’extrême. C’est que dès ‘Transperson I’ il faut s’accrocher au riff doomy de trois notes, car il ne va pas bouger d’un iota sur sept minutes. Et puis ca part, “sans s’presser”, le petit côté exotica des interludes Tooliennes toujours au poil, et se termine sur deux notes qui se font la chasse sur un rythme asthmatique. ‘Transperson II’ parait de prime abord encore plus pépère – on se croirait même chez Kyuss. Mais il ne faut pas se laisser leurrer non plus – le groupe sait faire monter la sauce, accélère la cadence, puis envoie tant de son (et de basses) que l’aiguille ne s’en remet plus. ‘Transcent’ quant à lui part d’un pas certain, fait monter la pression très haut, avant de ralentir, ralentir, et redémarrer finalement dans un chaos fracassant qui fera office de final. Dans tout cela il faut bien mentionner la puissance des voix, principalement celle de l’énigmatique chanteur de l’époque, que l’on voyait le plus souvent recouvert de sang sur la figure. ‘Nog Uash’tem’, en lieu et place du drone du premier album, joue la carte du minimalisme orientaliste à base de toms, d’effets et d’une guitare serpentant le long des rythmes. C’est ma foi très bien, peut-être l’album qui trahit le plus aisément leur passif space rock tant il joue sur les subtiles mutations des effets sonores, alors que l’ensemble parait bien monolithique au premier abord. Il souffre simplement selon moi d’être le second volet d’une trilogie dont les deux autres, tels deux miroirs se réfléchissant l'un dans l'autre, s'avèrent encore plus jusqu’au-boutistes.

note       Publiée le samedi 11 juin 2016

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Entheomorphosis" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Entheomorphosis".

notes

Note moyenne        3 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Entheomorphosis".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Entheomorphosis".