Vous êtes ici › Les groupes / artistesCCandlemass › Tales of creation

Candlemass › Tales of creation

11 titres - 42:44 min

  • 1/ The prophecy
  • 2/ Dark reflections
  • 3/ Voices in the wind
  • 4/ Under the oak
  • 5/ Tears
  • 6/ Into the unfathomed tower 7/ The edge of heaven
  • 8/ Somewhere in nowhere
  • 9/ Through the infinitive halls of death
  • 10/ Dawn
  • 11/ A tale of creation

enregistrement

Stockholm recordind, juin, juillet 1989

line up

Leif Edling (basse), Messiah Marcolin (chant), Mats Björkman (guitare), Lars Johansson (guitare), Jan Lindh (batterie)

remarques

Contient un deuxième disque qui comprend les version démos de Dark reflections, Under the oak, Into the unfathomed tower, Somewhere in nowhere, A tale of creation, une interview, et une video de Dark reflections.

chronique

Styles
metal
heavy metal
doom metal
Styles personnels
heavy/doom metal

Il n'est jamais évident de chroniquer un album de Candlemass. Car d'un côté, on a les die hard fans qui crieront au génie à chacun de leurs albums (surtout pour celui-ci), et ceux qui y resteront de toute façon insensible.. Et je ne parle même pas des pro et anti Messiah... Toujours est-il que ce 4ème album des suèdois est à mon sens un de leurs meilleurs. Après, le (très) mou "Ancient dreams", Candlemass retrouve une pêche et une inspiration digne de leurs glorieux premiers albums. Le son déjà, épais, tranchant, équilibré, pas si éloigné de "Nightfall" d'ailleurs, le côté écrasant en plus. Et puis, surtout, les compos, toujours dans cet esprit doom épique, sorte de heavy ralenti et inexorable, portées par un Messiah en grande, très grande forme. L'ensemble de l'album se montre très varié, alternant morceaux up-tempos et gros brûlots doomy, aérés par quelques interludes bienvenus, façon "concept-album". Pas de temps mort, ou de morceaux bouches-trous pour une fois, tout coule de source. De l'intro grandiloquente "The prophecy" en harmonie guitare/clavier, secondé par cet immense "Dark refelections" au riff principal entêtant, Candlemass déballe en quelques minutes ce que va être cet album : une grosse tuerie de heavy/doom. La reprise de "Under the oak" confirme ces dires, avec des solos modifiés et un Messiah qui s'approprie la chanson (je préfère cependant la première version). Mention spéciale à "Into the fathomless depths..", instrumental speed metal, découpée en sept parties, correspondant chacune à un solo. Assez ébouriffant. Difficile également de passer outre "the edge of heaven" ou "A tale of creation, écrasants de simplicité et d'efficacité, avec leurs refrains qui marquent, mais ce serait vous gâcher le plaisir (ahaha la vieille technique de contournement)... De toute façon, cet album est clairement un album à posséder de Candlemass, je dirai même à mon sens le meilleur de la période Messiah, car synthétisant réellement l'aspect doom et heavy du groupe, tout en proposant des morceaux variés, imposants et émotionnels (certains refrains vont vous gonfler la cage thoracique). Après, que cela soit clair, les allergiques au chant bien heavy et vibrato, auront toujours les poils qui vont se hérisser, les amateurs de funeral aussi. Mais de toute façon, liront-ils seulement cette chronique. Si vous aimez hocher lentement la tête au rythme des pas d'un guerrier décidé et vainqueur (c'est la première image qui me vient), alors n'hésitez pas. "with my song, the sun was born".

note       Publiée le samedi 19 janvier 2008

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Nicko
  • Nicko
  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Tales of creation" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Tales of creation".

notes

Note moyenne        14 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Tales of creation".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Tales of creation".

stickgrozeil Envoyez un message privé àstickgrozeil

Pour ma part, on sent un peu le groupe à la peine sur celui-ci, les riffs sont moins mémorables que sur les précédents disques, mais la prod a fait un vrai bon en avant, quoique très clinquante (un comble pour du doom). Reste qu'à mon sens, le meilleur album de Candlemass est le suivant, le live à Stockholm de 1990, avec tous les hits des premiers albums, et qui plus, chantés par Messiah.

Note donnée au disque :       
torquemada Envoyez un message privé àtorquemada

Ce groupe sait-il faire autre chose que des albums merveilleux ?

Note donnée au disque :       
yog sothoth Envoyez un message privé àyog sothoth  yog sothoth est en ligne !
avatar
but the soooorrrrrooooowwwwwww never EEEEEEeeeEEEEEeeNnnnnnnnddss
toxine Envoyez un message privé àtoxine
I can hear - your voice - in the wind - calling me - once agayn
necromoonutopia666 Envoyez un message privé ànecromoonutopia666
Un excellent disque de heavy doom. C'est clair que par rapport à Ancient Dreams, c'est de la bombe nucléaire pleine de puissance et de mélancolie grandiloquente. Le seul groupe qui, à ,mon humble avis, qui à pu reprendre le flambeau de Candlemass avec classe c'est While Heaven Wept, groupe fabuleux qui reprend un titre de la bande à Messiah, un signe qui ne trompe pas.
Note donnée au disque :