Vous êtes ici › Les groupes / artistesCCandlemass › Epicus, doomicus, metallicus

Candlemass › Epicus, doomicus, metallicus

6 titres - 43:04 min

  • 1/ Solitude
  • 2/ Demon's Gate
  • 3/ Crystal Ball
  • 4/ Black Stone Wielder
  • 5/ Under the Oak
  • 6/ A Sorceror's Pledge

line up

Leif Edling (basse), Leif Mats Bjorkman (Guitare), Matz Ekstrom (batterie), Johan Lanquist (chant, membre non officiel), Klas Bergwall (guitare, membre non officiel)

remarques

chronique

Styles
metal
doom metal
Styles personnels
heavy/doom

Ah Candlemass ! Groupe adulé et respecté par tous, mais au fils des discussions et connaissances, je me rends compte que finalement peu de monde ont vraiment écouté ce fabuleux groupe. "Epicus, doomicus, metallicus", ça commence mal, quel nom de merde ! Un disque de vieux, simple, sans fioritures, putain de sombre et pourtant il n' y a pas de claviers, pas de gros hurleurs, pas d'arrangements à la mord-moi-le-noeud ! Mais diantre comment font-ils ? En fait Candlemass, c'est un peu l'archétype du groupe qui va à l'essentiel, le groupe qui ne s'embarasse pas de choses inutiles, qui sait où il veut aller... et qui y va tout droit. En l'occurence dans un paysage sombre, morne et désolé. Alors oui il y a bien évidemment le mega hit "Solitude" qui pose d'entrée de jeu le style Candlemass : riffs "notes à notes" ultra simples, chant heavy désespéré, tempos bien lents, solos superbes et surtout cette ambiance poisseuse et dérangeante (on sent les fans de Black Sabbath). Au sujet du chant, il est à noter que ce n'est pas le charismatique Messiah Marcolin qui chante ici mais un session du nom de Johan Langquist. Très franchement, je le trouve ici parfait, bien meilleur que Messiah (cf cd bonus où Messiah chante des morceaux de ce disque), plus touchant, peut-être moins technique mais parfaitement dans le ton. Mais ramener ce disque à "Solitude" serait un blasphème, c'est d'ailleurs de mon côté le moins bon morceau de l'album. Enfin, moins bon morceau, disons que les autres se révèlent plus intéressant au long terme grâce à leurs structures plus complexes. "Demons gate" qui pose les bases du Doom épique tout le long de ses 9 minutes, "Crystal ball" (ma petite préférée) aux riffs bien lourd et pesant, refrain ensorceleur, accélérations très NWOHM et surtout ce putain de solo d'anthologie. Arghh que ce morceau est bon, une espèce de lente marche funèbre, à la fois inexorable et fédératrice. Ce serait oublier "Black stone wielder" , grosse pièce mid tempo au riff plutôt entrainant, Johan est d'ailleurs sur ce morceau excellent dans ce chant déclaratif et attristé ou bien la classique "Under the oak" (classique du groupe) ou "A sorcerer's pledge" où chant et guitare acoustique bataillent dans un déchirement mélancolique, pour finalement se lancer dans le morceau le plus heavy du disque. Bref, "Epicus doomicus metallicus" est comme qui dirait un album culte qui n'a pas volé son appellation. Poignant, funèbre, dépouillé, accrocheur, envoûtant, voilà bien un disque marquant. Une leçon musicale pour bien des groupes mais une leçon aussi pour l'auditeur qui peut alors se rendre compte que la tristesse c'est aussi l'humilité et la simplicité. Chef d'oeuvre.

note       Publiée le jeudi 16 février 2006

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Epicus, doomicus, metallicus".

notes

Note moyenne        54 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Epicus, doomicus, metallicus".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Epicus, doomicus, metallicus".

CeluiDuDehors › mercredi 22 septembre 2021 - 12:30 Envoyez un message privé àCeluiDuDehors

Un coup de maître pour un premier jet! Pas parfait non plus, certains riffs sont moyens, certaines mélodies ne sont pas oufs non plus, mais sinon c'est du tout bon, les solis sont fantastiques, le chant est vraiment mémorable, la progression de l'album est superbe, l'enchaînement Under the Oak / Sorcerer's pledge se pose là. Puis cette ambiance, Candlemass ne retrouvera plus ce charme par la suite.

Note donnée au disque :       
sourdicus › lundi 5 décembre 2016 - 11:00 Envoyez un message privé àsourdicus

Je pense qu'aucun gutsien n'a jamais pensé "crasseux" comme péjoratatif ! Je ne vois pas la crasse dans ce disque celà dit. Il n'a pas pris une ride, toujours aussi jouissif, de la 1ère a la dernière note, avec juste ce qu'il faut de kitsch. J'attends que le facteur m'apporte le Live at Roadburn, histoire de me consoler d'avoir raté cette date...

Note donnée au disque :       
fallon › lundi 9 mai 2016 - 10:04 Envoyez un message privé àfallon

crasseux n'a rien de péjoratif ici, messieurs! Au contraire . Cet album , à la production limpide il est vrai, dégage une atmosphère oppressante, fataliste et funèbre....

Note donnée au disque :       
Dead26 › lundi 9 mai 2016 - 09:22 Envoyez un message privé àDead26

De la crasse comme ça je me roule dedans et j'en redemande.

Note donnée au disque :       
zugal21 › lundi 9 mai 2016 - 06:43 Envoyez un message privé àzugal21

" Crassseux " .... Ici, on trouve pas. La production est quand même très propre

Note donnée au disque :