Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesLLove And Rockets › Earth, sun, moon

Love And Rockets › Earth, sun, moon

cd • 12 titres

  • 1Mirror people
  • 2The light
  • 3Welcome tomorrow
  • 4No new tale to tell
  • 5Here on earth
  • 6Lazy
  • 7Waiting for the flood
  • 8The telephone is empty
  • 9Everyboday wants to go to heaven
  • 10Eart, sun, moon
  • 11Youth
  • 12Mirror people (slow version)

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

line up

Daniel Ash (chant, guitare, saxophone, harmonica), David J (basse, chant), Kevin Haskins (batterie, percussions, clavier)

remarques

chronique

Je m’y colle encore pour ce disque-là, le troisième en studio, qui a le bon goût de démarrer sur les chromes avec ‘Mirror People’, l’une des meilleures compositions de Love and Rockets (bien que détonant totalement sur cet opus)…Méchante batterie martelante, guitares incisives entre goth et garage, basse ronflante, un tube rien de moins. Le mal nommé ‘The light’ qui lui fait suite semble inviter l’auditeur à se replonger dans les racines obscures de Bauhaus avec un lit de guitares grinçantes se tordant en arrière-fond, un Daniel Ash au chant grave, même si les touches garage psychédélique propres au groupe en sont pas loin (l’harmonica crissant). C’est finalement quand ils sont les plus sombres que Love and Rockets sont les meilleurs. Malheureusement, cela ne dure guère, dès ‘Welcome tomorrow’, le ton se fait plus léger, bonjour le côté folk-pop (heureusement passé à la sauce psychédélique). Le trio semble avoir souhaité une production moins froide même si globalement plutôt dépouillée et heureusement la fougue y est (‘No new tale to tell’ dégage une énergie communicative à secouer la tête). Pourtant, comme toujours avec nos Anglais, pas évident de s’enthousiasmer complètement. Les chansons sont correctement écrites et niveau sonore, ‘Earth, sun, moon’ est peut-être le plus audacieux des quatre premiers albums avec des orchestrations riches (Kevin Haskins est celui qui en tire le meilleur parti avec un jeu de batterie humble mais varié et efficace), des constructions soignées qui ne démentent pas un aspect direct, presque pop, clairement revendiqué par les musiciens. Il témoigne une fois encore la volonté de ne pas se cantonner dans une niche trop étroite (les influences purement rock’n’roll de ‘Lazy’, le goût pour les ballades à la guitare sèche), un peu à l’image des Beatles qui me paraissent une influence plus que jamais présente (‘Rain bird’, ‘Waiting for the flood’, ‘Earth, sun, moon’ ou encore ‘The telephone is empty’). Si cet album demeure solide en terme d’écriture, je le trouve mal équilibré en matière d’ambiances, avec une alternance quelque peu maladroite entre titres pêchus et les autres plus atmosphériques. Il tient par contre assez bien le test du temps alors qu’à l’époque j’avais eu un peu de mal à m’y immerger pleinement. Etonnamment, c’est la seule pochette où le logo du groupe n’apparaît pas…

note       Publiée le dimanche 1 mai 2016

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Earth, sun, moon".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Earth, sun, moon".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Earth, sun, moon".