Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesAAgoraphobic Nosebleed › Honky Reduction

Agoraphobic Nosebleed › Honky Reduction

cd • 26 titres • 18:06 min

  • 1Black Ink on Black Paper00:29
  • 2Polished Turd00:20
  • 3Filthy Murder Shack00:21
  • 4The Withering of Skin00:31
  • 5Empowerment00:34
  • 6The House of Feasting01:00
  • 7Die and Get the Fuck Out of the Way00:42
  • 8Insipid Conversations00:28
  • 9Vexed00:42
  • 10Circus Mutt (Three Ring Inferno)01:17
  • 11Lives Ruined Through Sex (For Anita)01:07
  • 12Clawhammer and an Ether Rag (For Bill)00:35
  • 13NYC Always Reminds Me00:31
  • 14Her Despair Reeks of Alcohol00:56
  • 15Chump Slap00:22
  • 16Burned Away in Sleep00:24
  • 17Grief Is Not Quantifiable00:28
  • 18Cloved in Twain01:16
  • 19Torn Apart by Dingos00:31
  • 20Pagan Territories00:54
  • 21Hat Full of Shit (For Cletus)00:23
  • 22McWorld00:18
  • 23How Sean Threw His Back Out Sneezing00:28
  • 24Bones in One Bag (Organs in Another)00:17
  • 25Acute Awareness (For Wood)03:04
  • 26Two Shits to the Moon00:08

enregistrement

Enregistré au Bernard studio, Littleton, Massachusetts, juillet 1997. Produit par Scott Hull. Masterisé par Jonathan Wyner au M Works Mastering Studio, Cambridge, Massachusetts.

line up

Scott Hull (guitare, machine), Jay Randall (voix, bruit)

remarques

Réédition CD remasterisé par Relapse Records. Réédition vinyle par Regurgitated Semen Records (2006).

chronique

Formé au milieu des années 1990 par un guitariste musclé au jeu bien technique, adepte de boites à rythmes démentes qui s’entourera au fil du temps de voix gratinées, Agoraphobic Nosebleed joue ce qu’on appelle de la powerviolence. Ou du grindcore. Ou du robot grind, parce que la batterie n’est pas humaine… enfin, bref. C’est surtout un groupe qui à l’instar d’autres dérangés du bulbe inspirés par la tristesse urbaine va dégueuler son ressenti de la vie contemporaine américaine, avec beaucoup d’humour noir, celui-ci se déclinant surtout par un regard acide sur les "gens" et leurs travers, ainsi que, bien sûr, les drogues bon marché qu’ils s’enfilent et les violences ou meurtres qu’ils commettent. La pochette fait dans la boucherie anthropophage dérivée de pub toute propre, avec un clone de Dorothée version désosseuse, les murs recouverts de steaks... le livret regorge de blagounettes crasseuses : Scott Hull y est par exemple figuré comme un mec qui sniffe de la colle, Jay Randall lui est présenté comme un vieux baba recouvert de boue avec sa « première boite à rythme » alias une plante verte qui de loin ne ressemble pas à un ficus. Le propos musical est lui direct dans la face, avec morceaux très courts, grosse vélocité avec breaks plus lents qui font repartir la chanson avec des riffs très inspirés des papis du grindcore, du hardcore, du mincecore, du death metal, le disque finissant dans une bouillie sonore étouffante avec Randall hurlant des trucs, histoire qu’on n’oublie pas qu’ils aiment faire de la noise aussi… Le tout est bien sûr entraînant, et tient bien dans la boite sur un gros quart d’heure : la fourchette quart d’heure / demi-heure, patron d’Agoraphobic Nosebleed pour moi, car dès qu’il dépassent le cadrant faut avouer que le gavage peut être pénible… Là, c’est juste ce qu’il faut, comme il faut, sur ce premier album chez Relapse qui va en faire sa coqueluche schizo… à noter que le groupe ne jouera pas de concerts, hormis une apparition fugace lors d’un set de Pig Destroyer dans les années 2000. Il faudra attendra 2015 pour les voir au Maryland Deathfest, à Baltimore, ville riante et fleurie de la côte Est des États-Unis, et 2016 pour apprécier leur dégaine chaloupée lors de plusieurs dates en Europe, notamment au Netherland Deathfest et au Hellfest. C’est la Fêst !

note       Publiée le mardi 15 mars 2016

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Honky Reduction".

notes

Note moyenne        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Honky Reduction".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Honky Reduction".

Rastignac › vendredi 18 mars 2016 - 17:13  message privé !
avatar

Ah, toutes mes confuses, je bifferai ça. edit : euh... je vais te faire douter, mais la seule date que je trouve d'Exhumed au magasin 4 date de 2011, avec Cephalic Carnage en première partie... ils les avaient remplacés ?

Note donnée au disque :       
The Gloth › vendredi 18 mars 2016 - 16:22  message privé !

Pas tout à fait vrai "ne donneront pas de concerts"... je les ai vus au Magasin 4 à Bruxelles en première partie d'Exhumed, et c'était avant 2015. Genre, en 2012 ou 2013.