Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDimmu Borgir › Stormblåst 2005

Dimmu Borgir › Stormblåst 2005

cd | 11 titres | 51:14 min

  • 1 Alt lys er svunnet hen [04:44]
  • 2 Broderskapets ring [05:30]
  • 3 Når sjelen hentes til helvete [04:43]
  • 4 Sorgens kammer - del II [05:51]
  • 5 Da den kristne satte livet til [03:03]
  • 6 Stormblåst [06:10]
  • 7 Dødsferd [05:42]
  • 8 Antikrist [03:36]
  • 9 Vinder fra en ensom grav [04:00]
  • 10 Guds fortapelse - åpenbaring av dommedag [04:01]
  • 11 Avmaktslave [03:54]

enregistrement

Sorti des enfers pour la deuxième fois au In Abyss Studio, Suède, été 2005. Enregistré par Peter Tätgren. Produit par Shagrath et Silenoz. Supervisé par Peter Tätgren et The Abyss Choir. Masterisé au Cuttingroom par Björn Engelmann.

line up

Shagrath (guitare, basse, voix), Silenoz (guitare, basse, voix)

Musiciens additionnels : Hellhammer (batterie), Mustis (claviers, piano)

remarques

Réenregistrement de Stormblåst (1996). Sorti chez Nuclear Blast en version CD+DVD (concert à l'Ozzfest 2004). La version chroniquée ici est la licence argentine, avec le CD seulement, disponible chez Nems Enterprise. Sorti également chez Irond (Russie), Avalon (Japon), Scarecrow (Mexique). Réédition vinyle en 2013 par Nuclear Blast.

chronique

Aujourd’hui, c’est vendredi, et vendredi c’est chroni de réédi. Enfin, plutôt chronique de disque ré-enregistré. « Quoi ça ? » me demanderez-vous. Ben oui, Dimmu Borgir, au mitan d’années 2000 lui souriant comme George Washington sur un billet de banque va ré-enregistrer Stormblåst, lui rajouter « 2005 » au bout histoire qu’on ne se plante pas, même si ce « léger » détail ne se retrouvera pas sur toutes les versions, à commencer par l'originale sortie par Nuclear Blast. Hmm, malaise ? De toute façon, si on n’a pas l’œil affuté, ce tout petit ‘2005’ gris sur noir risque de passer à travers, et plusieurs acharnés ont dû vite déchanter quand ils entendirent ce son tout droit sorti d’un cyberfrigo. Mais ce sont bien les mêmes chansons, et elles butent toujours autant, sauf que… ce n’est pas une remasterisation, c’est *rejoué*, millimétré au poil, des thunes fourrées dans les tuyaux, résultat : son énorme, sans le batteur et le bassiste d’origine, on fait tafer les intérimaires ou on fait sien la doctrine « jamais mieux servi que par soi-même » sauce Silenoz Shagrath. Tranchant des guitares, batterie savoureuse comme un gros oeuf en chocolat, voix posant délicatement ses glaires sur le bouzin, claviers cristallins, équilibrage au poil, bref, ce disque est poli comme une Porsche en or massif. Alors, qu’en penser ? Déjà que penser de leur motivation à ré-enregistrer un disque tenant déjà bien au cœur des fans ? Je ne sais pas, je n’ai pas trop d’exemples en tête pour comparer… Mais si on s’imagine par exemple David Gilmour ré-enregistrer The Piper at the Gates of Dawn « parce que hein Syd Barrett il chante quand même des fois un peu limite », il y aurait une épidémie mondiale d’infarctus, et si on se dit que Darkthrone va rejouer « Transylvanian Hunger » avec un orchestre symphonique « parce que quand même, ce son de cassette quoi »… une jacquerie est possible. J’exagère, je caricature, mais c’est sans doute le principal reproche qu’on peut faire à ce genre d’objet : « à quoi bon ? ». Donc certes c’est beau, c’est bien, mais il y a forcément quelque chose qui gratte dans ce type d’approche de sa propre musique : au bout de dix ans de boulot, on se prend pour J.S. Bach et on interprète ses classiques non pas dans des versions alternatives, mais comme des versions « avec plus de pépéttes ». Parce que ce qui plait dans les « unplugged », les versions instrumentales, ou encore les albums de remixes ce sont bien les approches « alternatives » de chansons déjà bien gaulées, triées, repensées, c’est ce travail de retape ou de déconstruction qu’on savoure, enfin, quand c’est bien foutu. Ici, c’est touche Repeat, avec injection de botox dans les guitares, la batterie, comme l’impression que le groupe s’est reformé avec des réplicants portant des masques d'Harrison Ford septuagénaire. Pourquoi ? Mais pourquuuoooooi. J’ouvre le livret, je suis avide de réponses. Et je lis « on a fait ça pour nous, vous pouvez penser tout ce que vous voulez de ce qu’on fait, nous on sait ce qu’on fait hein oh hé bon. On a refait ce disque parce que la première version ne nous plaisait pas. Point. à. la. ligne.». OK. Euh... OK. Donc, c’est un disque qui est très agréable à écouter, mais ayant en tête tout ce que je viens d’écrire, je peux difficilement me hisser au-dessus d’un gros majeur… euh d’un gros doigt, d'un gros droit, non, d’un GROS TROIS. Voilà. Bien.

note       Publiée le vendredi 11 mars 2016

Dans le même esprit, Rastignac vous recommande...

partagez 'Stormblåst 2005' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Stormblåst 2005"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Stormblåst 2005".

ajoutez une note sur : "Stormblåst 2005"

Note moyenne :        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Stormblåst 2005".

ajoutez un commentaire sur : "Stormblåst 2005"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Stormblåst 2005".

Richter › dimanche 13 mars 2016 - 23:57  message privé !

Aucun intérêt de réenregistrer Stormblast !

Note donnée au disque :       
Dead26 › samedi 12 mars 2016 - 07:33  message privé !

Version approuvée par l’infâme Dimmu Burger ??? Inutile et poussif comme à son habitude. Là il n’est pas question du majeur mais plutôt du poing.... (jusqu’au coude)

Note donnée au disque :