Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTThinking Fellers Union Local 282 › Tangle

Thinking Fellers Union Local 282 › Tangle

lp • 12 titres • 46:08 min

  • A
  • 1Sister Hell3:23
  • 2Prelmnlrl5:18
  • 3It Wasn’t Me3:22
  • 4[untitled]0:38
  • 5Keeps Repeating3:25
  • 6Sports Car5:19
  • 7Burning Up1:37
  • B
  • 8What Time Is It5:30
  • 9Change Your Mind5:12
  • 10[untitled]1:16
  • 11Cold Cold Cold Ground5:23
  • 12Choke5:48

enregistrement

Lowdown Studios. Ingénieur : Greg Freeman
Produit par Greg Freeman et les Thinking Fellers Union Local 282

line up

Paul Bergmann (batterie, accordéon, voix), Mark Davies (guitare, basse, voix), Anne Eickelberg (basse), Brian Hageman (guitare, bandes, voix), Hugh Swarts (guitare, voix)

remarques

La pochette a été désignée par Kevin Barnard et les Thinking Fellers Union Local 282, d'après une photo de Gib Curry

chronique

Tangle… Pour ceux qui comme moi les avaient découvert avec la paire Lovelyville/Mother of All Saints, l’idée d’explorer les albums antérieurs devait faire froid dans le dos… Eh oui, d’habitude quand un groupe aussi barré arrive à produire une série d’albums sur la durée, la logique voudrait que plus on remonte vers les prémices, plus la musique soit brute et ardue à appréhender. Lovelyville étant vraiment à la limite du chaos, on pouvait espérer que Tangle mette les pieds en plein dedans, pour le meilleur et pour le pire. Eh bien pas tout à fait. Tangle se trouve finalement être l’album le plus ficelé de la bande, comprendre celui sur lequel les compos sont les plus stables, celui qui part le moins dans tous les sens (toutes proportions gardées !), celui sur lequel ils sont le plus concentré sur des riffs, agencés de manière tangible et une volonté de sonner compact. Les déstabilisantes interludes ne poussent pas encore comme des champignons, ou alors sont assez courtes et si bien intégrées aux morceaux qu’on ne trébuche pas dessus. Et alors oui ! Tous ces efforts rendent Tangle vraiment excellent. Un disque ‘anormalement accessible’ dans la discographie timbrée de ce groupe de malades, et c’est un véritable bonheur, même pour les inconditionnels du bruit orchestré. Les idées guitaristiques fusent, la batterie tout le temps au taquet est un véritable moteur pour le groupe (‘Keeps Repeating’, ‘Sports Car’, ‘What Time is it’… mon dieu, ce festival de ferrailles !), et toute la faune de bidules qui viennent s’articuler autour tombe pile en place comme il faut. Pour ne rien gâcher, les paroles sont aussi hilarantes que dérangeantes (‘Sister Hell’ qui décrit l’enfer d’un pauvre gamin martyrisé par une sœur démoniaque). On décèle quelques traces de blues surtout vers la fin du disque, sur ‘Cold Cold Ground’ très exactement, mais alors le tout est précipité dans un état rampant et inconfortable comme pas possible… Et c’est sans compter ce terrible 'Choke' et ses hémorragies de cordes et de cris, qui dévoilera un peu l’horreur à venir sur les albums suivants. En attendant, je vous renvoie au vieil adage : « Avant de chercher à déconstruire l’art, il faut déjà apprendre à le construire ». CQFD, mission accomplie. Serai-ce leur meilleur album ? Pas loin de le penser. En tout cas ce serait une certitude s’ils n’avaient pas accompli l’exploit de se surpasser en fin de carrière.

note       Publiée le samedi 12 décembre 2020

Dans le même esprit, sergent_BUCK vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Tangle".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Tangle".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Tangle".

cyberghost › lundi 14 décembre 2020 - 16:30  message privé !

Le foutoir le plus organisé des TFUL282, en effet, et indéniablement un des meilleurs ! Sister Hell est imparable ^^

Dioneo › samedi 12 décembre 2020 - 11:49  message privé !
avatar

Ouep : "tout le temps au taquet" ça serait même un genre à part entière pour ce disque ! Et vrai aussi que malgré ça on n'a jamais l'impression que c'est "juste sans queue ni tête", que tout tombe pile poil... Structure solide mais bardée de trucs en métal déchiré/rouillé/poussières-urticantes. Ce qui fait qu'on avale tout même quand ça saigne. Pas rien ouais - d'arriver à ça.

Note donnée au disque :