Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesAAbigor › Nachthymnen (From the Twilight Kingdom)

Abigor › Nachthymnen (From the Twilight Kingdom)

cd • 9 titres • 48:58 min

  • 1Unleashed Axe-Age06:23
  • 2Scars in the Landscape of God06:14
  • 3Reborn Through the Gates of Three Moons06:04
  • 4Dornen04:37
  • 5As Astral Images Darken Reality03:56
  • 6The Dark Kiss05:45
  • 7I Face the Eternal Winter04:35
  • 8Revealed Secrets of the Whispering Moon05:21
  • 9A Frozen Soul in a Wintershadow06:03

enregistrement

Produit et mixé par Abigor et Georg Hraud au Tonstudio Hörnix, mai-juin 1995.

line up

Silenius (voix), P.K. (guitare), T.T. (guitare, batterie, basse, claviers).

Musiciens additionnels : Elisabeth Toriser (voix)

remarques

chronique

Quel drôle d’oiseau cet Abigor. Je ne connaissais que les dernières fournées, rapidement survolées, je me suis mis à creuser dans leurs premiers albums, l’appétit aiguisé par les écoutes d’autres compatriotes autrichiens à synthé et je suis tombé sur le début du black metal viennois, les prémisses de Napalm Records quand ils ne sortaient que du méchant occulte corpsepainté, les bouts de culte à Euronymous version café Europa, l’art noir avec pleins de bouts étranges dedans : de la guitare acoustique, une chanteuse sortie d’une partie de Donjons et Dragons, des guitares électriques qui tricotent, des synthés flutiaux de la cathédrale enchantée, carillons choupinets, percussions bontempi, vent dans les arbres, breaks médidatifs, un batteur qui exprime sa créativité et dont le jeu chaloupé va s’emboiter par magie dans ce chaudron touillé très rapidement pour pas que ça fasse trop de grumeaux. En somme une atmosphère vraiment patchwork et un propos très très dense, au rythme syncopé… comme l’impression que les gars vivaient une overdose de créativité, ça déborde de partout mais par la grâce bizarre de l’esprit enchanté de la Mitteleuropa ou de je ne sais quoi d’autre vont réussir à caser tout ça dans des chansons qui se tiennent, avec un esprit black metal 90’s jusqu’au bout des poils, maquillages, bracelets à clous, flammes, forêt, églises lugubres, désespérance. Le propos de l’objet chroniqué est quand même assez dur à avaler au premier abord, faut goûter à petite dose… Ce qui m’attache le plus ce seront les ponts avec les collègues Summoning à savoir ces mélodies au claviers, ces gros coups de tambours électroniques, la voix de Silenius vraiment arrachée, cette embrassade étant magnifiée par la violence et la variété du jeu du batteur et la saveur des plans de guitare. Après, il est indéniable qu’il faut avoir une bonne part de fantasmagorie en tête pour apprécier le propos, le paysage peint ici étant franchement grandiloquent, très dense, flirtant avec le kitsch un paquet de fois : les trompettes de la mort qui fouette, la chanteuse un peu lyrique style cousine Bertha invitée comme cheveu sur la soupe qui peut bien jurer avec les hurlements et les gros riffs méchants la soutenant de part et d’autre, cette tentative de lier violence sombre et épopée type « chevalier du labyrinthe »… chez moi ça passe ou ça casse selon les états d’esprits, beaucoup plus que sur leur premier album, et je dois préciser que là, tout de suite, je suis bien remonté (ça arrive toutes les deux heures), et donc ça passe bien, ça galvanise l’envie de foutre des coups de hache à deux mains dans la tronche des trolls. Si vous êtes plutôt mélancolique et recherchez une profondeur, une énigme, que vous avez besoin d’un coup de massue du réel le propos d’Abigor pourra être assez gavant, et je suis gavé toutes les trois heures. Album donc Janus pour ma part, mais qui reste un des exemples les plus intéressants et originaux du black metal avec insertion d'éléments et instruments empruntés à la folk ou même à la musique électronique. Avizozamateurs.

note       Publiée le lundi 29 février 2016

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Nachthymnen (From the Twilight Kingdom)".

notes

Note moyenne        8 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Nachthymnen (From the Twilight Kingdom)".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Nachthymnen (From the Twilight Kingdom)".

Dead26 › mercredi 2 mars 2016 - 12:49  message privé !

Lors de la sortie de cet album j'ai eu un gros problème avec le chant féminin du début sur " Scars In The Landscape Of God " mais avec le temps ça m'a passé.

Il est parfait le son des premiers Abigor !

Note donnée au disque :       
Rastignac › mercredi 2 mars 2016 - 12:00  message privé !
avatar

Je confirme, dans tous les cas c'est psychoactif.

Note donnée au disque :       
Nerval › mercredi 2 mars 2016 - 11:44  message privé !

Gros boulot sur les chroniques des Abigor. Je vais me réécouter tout ça, au final je ne connais que vraiment bien ce Nachthymnen. Le seul problème avec Abigor c'est que leur son vrille le cerveau au bout d'un moment.

Note donnée au disque :       
Dead26 › lundi 29 février 2016 - 12:21  message privé !

Nachthymnen est un album vraiment original ou il se passe encore beaucoup de choses en l’espace de 9 titres. Ambiance majestueuse, glaciale et magnifique, une telle densité en la matière avec une courte intro des plus extraordinaires ou dès que ça démarre on se retrouve plongé directe dans le son Abigor (un ptit Unleashed Axe-Age et ça repart !) Reborn Through the Gates of Three Moons & The Dark Kiss resteront pour moi les 2 titres les plus mémorables.

Note donnée au disque :