Vous êtes ici › Les groupes / artistesBBrenna MacCrimmon & Selim Sesler › Karşılama

Brenna MacCrimmon & Selim Sesler › Karşılama

cd • 13 titres • 57:09 min

  • 1Bir Ah Çektim5:07
  • 2Saniye’m3:47
  • 3Roman Oyun Havası6:16
  • 4Zapejala Angelina3:05
  • 5Bahar Dansı2:53
  • 6Şu Karşıki Dağda Bir Fener Yanar5:10
  • 7Karcığar Köçekçe1:54
  • 8Na Çu E Rushja Në Saba6:26
  • 9Daracık Sokaklar5:28
  • 10Penceresi Yola Karşı4:20
  • 11Kalamatya4:06
  • 12Ahmed’in Saçları Kınalı3:55
  • 13Ölümleri4:41

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les écouter : devenez membre.

line up

Brenna Maccrimmon (chant), Selim Sesler (clarinette), Demir Karabaş (violon), Fahri Demircioğlu (cümbüş, oud), Bülent Sesler (kanun), Salih Onur (darbuka, bendir, daire), Selahattin Koçan (davul)

remarques

chronique

Styles
folk
musiques du monde
Styles personnels
airs de roumélie

Chacun ses pays profonds. Pourquoi une jeune canadienne de Toronto d’un coup se passionne pour les musiques de la Thrace turque ? Au point d’en devenir non seulement une spécialiste mais bientôt une interprète indispensable auprès des meilleurs musiciens turques, aussi bien traditionnels que de l’underground, au fil de la décennie suivante. Dans l’ancienne Turquie européenne de l’Empire Ottoman, les Roms sont un peu partout, les traditions se mêlent, circulent et nomadisent sur des terres qui bientôt seront des Etats-Nations, plongés dans des guerres fratricides. Sans pays, les Roms, parce que c’est partout chez eux. Avec autant de variations dans les orchestres et leurs danses qu’il y a de régions. Mais l’érudition de Brenna MacCrimmon n’est pas nécessaire pour apprécier toute la beauté de son chant. Une canadienne qui se pose en Turquie pour y enregistrer un album à partir de ces chants un peu maudits, un peu négligés, des chants pour les mariages, pour la fête, pour la tristesse aussi. L’une ne va pas sans l’autre. Maîtrise de la langue turque, magnifique mais compliquée, maîtrise de ces chants. Manque juste des musiciens pour l’accompagner. Et Brenna va trouver le meilleur : Selim Sesler, un joueur de clarinette d’origine rom. Un joueur génial. Un virtuose. Comme ses compagnons, il vit de sa musique dans les fêtes. Et c’est avec une chanteuse canadienne que le rom Sesler va être révélé au monde stupéfait. Avec derrière eux un orchestre classique où le joueur de çümbüs produit un drone prenant sur lequel les percussions improvisent sur un canevas rythmique, laissant toute place aux solistes : le violon, le kanun (cette cithare au son enchantée) et avant tout la clarinette et la chanteuse. Mêlant les répertoires aussi bien classiques que populaires, au sens folk du terme, les chants à danser des multiples régions ottomanes, les lamentations roms contemporaines, une première écoute sidère comme on écoute du très grand jazz. Chaque solo, chaque improvisation, chaque instrument envoute. Sans parler de la voix même de MacCrimmon, tragique, sensuelle, joueuse, mélancolique, faisant sienne ces anciennes chansons de territoires étrangers, là où même leur noblesse et leur richesse ne sont pas toujours reconnues à leur juste valeur. La même chose vaut pour Sesler dont on écouterait la clarinette partir en volutes et vrilles sans jamais se lasser, arrangeant à sauce personnelle et singulière des traditionnels et signant même une composition originale grandiose. Mais très vite, c’est aussi la frénésie de l’émotion pure, de l’envie d’onduler ses membres, de descendre son verre, le jeter dans le feu et se laisser prendre à l’ivresse de la danse. Des orchestres de bal, des chants de petites gens. De l’or en barre loin des académies arrogantes et d’une industrie musicale cynique. Ah, le ghetto des « musiques du monde ». Le monde de la musique n’a pas besoin de vous. C’est une grande musique qui se transmet, s’apprend sur le tas, avec les gens et leurs instruments, leurs chants. Même pas besoin de faire parti de la tribu. Brenna MacCrimmon a traversé un océan pour devenir gitane. Selim Sesler est né avec un instrument dans les mains, l’a appris de ses aïeux. Et ça se rencontre, et ça étincelle. Si un jour, ne devait faire qu’un seul tour en Roumélie, que se soit celui-là.

note       Publiée le mercredi 24 mai 2017

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Karşılama".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Karşılama".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Karşılama".