Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesBBaBa ZuLa › Duble Oryantal

BaBa ZuLa › Duble Oryantal

cd | 21 titres | 62:07 min

  • 1 Gün Aydın [0:04]
  • 2 Gerekli Şeyler [3:44]
  • 3 Baba Hastanede [0:32]
  • 4 Sıpa [4:28]
  • 5 Yavaş Orman [0:21]
  • 6 Özgür Ruh [3:12]
  • 7 Zaniye Oyun Havası [3:17]
  • 8 Galiba Hamileyim [1:38]
  • 9 Hızlı Orman [0:18]
  • 10 Pırasa [3:57]
  • 11 Eyvah Dayım Geldi [0:34]
  • 12 Çiçekli İpek Sabahlık [1:04]
  • 13 Islak Sevdalılar [5:02]
  • 14 İstanbul Çocukları [6:28]
  • 15 Zerzevat Adam [4:02]
  • 16 Belvü [1:36]
  • 17 Bir Sana Bir De Bana [2:59]
  • 18 Gerekli Şeyler (Dub) [3:54]
  • 19 Özgür Ruh (Dub) [3:12]
  • 20 Istanbul Cocukları (Dub) [6:42]
  • 21 Sıpa (Dub) [5:03]

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Produit par Murat Ertel & Levent Akman. Mixé par Mad Professor. Enregistré entre 2003 et 2005 à PLaj Studios (Istanbul), Ariwa Studios (Londres), Saniki Studios (Istanbul).

line up

Levent Akman (cuillères, frame drum, def, conga, machines), Murat Ertel (saz, instruments à cordes, theremin, chant), Mad Professor (mastering, mixage, percussions 14)

Musiciens additionnels : Hüseyin Ceylan (darbuka, cajon, cymbales, davul, def 2, 4, 6, 7, 10, 12, 13, 14), Sly Dunbar (batterie 2, 6), Alexander Hacke (basse 4, 5, 8, 9, 10, 12, 13, 16), Brenna Maccrimmon (chant 17), Hüsnü Şenlendirici (clarinette 3, 4, 6, 13), Robbie Shakespeare (basse, 2, 6), Sky Juice (percussions 2, 6), Özkan Uğur (chant 2, 4), Mehmet Güreli (chant 6), Okan Yılmaz (claviers 17, percussions 16), Emre Onel (darbuka, sampler), Oya Erkaya (basse, voix dans un tuba), Black Steel (guitare ryhtmique 2, 6, 14), Preacher (basse 14), Pepper & Cleveland Nunie (claviers 14), Leroy Mafia (claviers 2, 8), Görkem Yeltani (chant 2, 6, 8, 10), Çağla Köscoğulları (chant 6, 7, 11), Nermin Er (freins de voiture, porte qui grince 11, sons d'oiseaux 8)

remarques

L'album est crédité à BaBa ZuLa & Mad Professor.

chronique

Styles
folk
psychédélique
reggae
dub
world music
Styles personnels
folk turc psyché parfumé jah

Hop. On prend les mêmes, BaBa ZuLa et Mad Professor et on recommence… pas vraiment pareil. Ce n’est pas dans le tempérament du duo Ertel & Akman de reproduire une formule. Mad Professor est toujours au mixage, mais il ne s’agit plus de dub oriental cette fois-ci. Du moins pas en priorité même si quatre remix de titres de l’album sont collés à la toute fin, en forme de bonus pour ceux qui n’auraient pas eu assez de la mixture pleines d’échos fantastiques de Psychebelly Dance Music. Mais si c’est nettement moins dubbé, on va par contre pêcher des rythmiques reggae directement à la source pour y achopper le folk turc psychédélique et expé du duo. A la source, ça veut dire direct chez Sly & Robbie et les Roots Radics, entre autres millésimes. Et c’est pas une façon de parler, c’est vraiment eux qui assurent la chaloupe à faire tanguer sur la Mer Noire et ça marche du feu d’Allah. Avec des vocalistes à la fois féminins et masculins, dont le légendaire Özkan Uğur, bassiste indispensable du rock anatolien des seventies (Kurtalan Express, Ter, Mazhar ve Fuat, Dostlar, Dadaşlar) puis chanteur de pop-rock au sein du trio MFÖ. C’est que BaBa ZuLa invitent dans leur grand bazar non seulement d’authentiques joueurs de reggae, des figures historiques de l’anatolian pop mais aussi leur pote du film « Crossing the Bridge », Alexander Hacke d’Einsturzende Neubauten dont la basse grave et sourde fait office de fondation profonde à une partie des morceaux d’un folk turc sous ganja, avec chants imprécatoires surgissant de sound-system puissants-pourris, « Sıpa », ondulations racoleuses de danses du ventre contemporaines, « Zaniye Oyun Havası » dont le filtrage dub des voix ne fait que démultiplier leur potansiyel erotik. Oui, le Turc emprunte beaucoup au français, le titre de l’album étant aussi simple à prononcer que « Doublé Oriental ». Ca parait facile, comme les morceaux de BaBa Zula qui ne nécessitent parfois qu’une poignée de notes, pas sans rappeler certains miniatures des Secret Chiefs 3 (une collaboration des uns avec les autres laisse rêveur), comme ce « Belvü » aux claviers aliénés ou la salutation liminaire de « Gün Aydın » (Bonjour !) où comment quatre petites secondes suffisent pour créer un thème rigolo (ou une sonnerie de portable dingo). Sur « Galiba Hamileyim », au chant des oiseaux, les saz accompagnent une mystérieuse voix féminine qui déclare « Je crois que je suis enceinte ». J’aimerais pouvoir vous raconter la suite. Des invités, de la collaboration, la porte ouverte, c’est l’hospitalité turque ça. Avec toute la bande, il y aura une humide promenade sous l’orage en compagnie d’une clarinette furetante, « Islak Sevdalılar », un long folk de bastringue Ottoman sur rythmique jamaïcaine avec les enfants d’Istanbul, « İstanbul Çocukları », et des chants féminins en harmonie sur un minimaliste et serpentin « Zerzevat Adam », pris sur le fait avec le bruit des convives. Avec ces virgules, ces ponctuations courtes mais jamais gratuites qui se dégustent aux oreilles comme une gorgée de thé brulant. Et Mad Professor dans tout ça ? Il était pas loin derrière les platines, pour servir le dessert, quelques versions bien congelées de pistes déjà goutues. Mais juste avant, pour clore en beauté l’album proprement dit, c’est la délicieuse Brenna MacCrimmon qui passe la porte, qui revient nous donner sa petite claque, une habitude chez elle, sur une géniale ballade psychée, « Bir Sana Bir De Bana » (un pour toi et un pour moi), un seul morceau et c’est le meilleur, rétro, envoutant, et qui donne envie de reprendre un aller simple sur Turkish Airlines.

note       Publiée le mercredi 10 août 2016

partagez 'Duble Oryantal' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Duble Oryantal"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Duble Oryantal".

ajoutez une note sur : "Duble Oryantal"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Duble Oryantal".

ajoutez un commentaire sur : "Duble Oryantal"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Duble Oryantal".

Klarinetthor › vendredi 12 août 2016 - 22:00  message privé !

Il ne m'avait pas completement convaincu sur le Ruhani, la j'ai trouvé ca plutot plus joli sur ce Doble. C'est peut-etre pas lui le probleme mais comment le son est pris, je vais enchainer les morceaux ou il intervient pour etudier ca de plus pres. C'est toujours dur en comparaison quand on a Selim Sesler dans la tete.

Note donnée au disque :       
(N°6) › vendredi 12 août 2016 - 21:45  message privé !
avatar

çocuklar = les enfants. le "i" c'est pour la fonction COD. Donc "Les enfants d'Istanbul". Il est bien Hüsnü, hein ? On le retrouve un peu partout sur les enregistrements du label Doublemoon dans les années 2000. Et puis il a fait des albums solo ainsi qu'avec le Taksim Trio, versant classique.

Note donnée au disque :       
Klarinetthor › vendredi 12 août 2016 - 21:35  message privé !

plus homogene, coherent, mais on n'a plus que l'effluve de Brenna helas. Les traits de clarinette sont toujours la pour epicer l'ecoute par contre (au fait ca veut dire quoi cocuklari?)

Note donnée au disque :