Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesEEucharist (AUS) › Endarkenment

Eucharist (AUS) › Endarkenment

vinyl | 2 titres | 27:06 min

  • 1 Evocatis Tenebris: Darkness Part I & II [13:14]
  • 2 Rituali Mortem: Darkness Part III & IV [13:52]

enregistrement

Pas d'informations sur l'enregistrement.

line up

Pas d'informations sur le line-up.

remarques

Peut également être acheté sur le bandcamp du label, sous la forme de fichiers téléchargeables.

chronique

Qui l’eut crû ? Faut que je tombe sur cet artiste, que j’écrive une chronique en disant que le(s) gars sont cachés, anonymes, inconnus, voire pas médiatisés et se sont retournés dans leur caveau pour semble-t-il ne plus jamais en ressortir, et hop ! Nouvel album - enfin nouvel EP. Chronique nécromancienne. Alors ici vous retrouverez ce qui a été raconté précédemment, ça m’arrange, j’ai juste à trouver des synonymes : à savoir une ambiance vaporeuse, toute édredon sur le mental, très profonde et pleine de parasites, d'effets synthétiques qui parfois enveloppent le propos d'une haleine pas fraiche, avec des morceaux longs mais qui passent tous seuls, comme une potion maléfique permettant de se rendre plus beau mais juste à nos yeux, comme une gourde d’où sortirait un flot éternellement réjouissant pour satisfaire votre soif de Tantale… enfin, plutôt éternellement moisi, comme la cave où a été enregistré ce disque. Très atmosphérique toujours, dans le sens où le son veut figurer la fumée ou le brouillard grâce à la maitrise d’une production terreuse et du combo blast à la batterie / riffs plus lents au son très épais, très "nappes" avec des notes très larges, très étirées. Vous ajoutez à cela le bruit, à savoir des éléments sonores extraordinaires se faufilant dans les plis de la robe comme des puces, et l'odeur d'une voix psalmodiant des trucs que même le curé de Rennes le Château il connaissait pas, et faut pas s'étonner que l'apprenti nécromancien soit heureux comme une teigne en écoutant cet album. Et ce n'est pas rhabdophobe de dire cela ! Ce retour de l’inconnu, du néant dans lequel était tombé cet eucharistique métal est donc une bonne chose, satisfaisant mon besoin récurrent de musique mystérieuse, opaque, où les notes basses et le son étouffé seront les clefs d’un royaume merveilleux, tel que décrit chez le Ramesses le plus évanescent ou transcendantal ou parfois chez Leviathan ou bien d’autres magiciens noirs black metal contemporains, cf. le "roster" de Dark Descent, certaines sorties sur le label Iron Bonehead, cf. Nightbringer ou Akhlys par exemple, projets oscillant entre le black metal primitif et l'ambient flippante, tenu par des inconnus ou pseudonymés qu'on imagine le torse bardé de pentagrammes et de formules mystérieuses, tous heureux de nous conter ces horreurs incompréhensibles, sans consonnes, avec des aaah et euuh écartelés comme au bon vieux temps de la médecine traditionnelle. Eucharist, encore plus fort que l'acupuncture ?

note       Publiée le mercredi 10 février 2016

partagez 'Endarkenment' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Endarkenment"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Endarkenment".

ajoutez une note sur : "Endarkenment"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Endarkenment".

ajoutez un commentaire sur : "Endarkenment"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Endarkenment".