Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistes116 › Deep Cuts From Dark Clouds

16 › Deep Cuts From Dark Clouds

cd • 10 titres • 39:59 min

  • 1Theme From 'Pillpopper'
  • 2Parasite
  • 3Her Little "Accident"
  • 4The Sad Clown
  • 5Ants In My Bloodstream
  • 6Broom Pusher
  • 7Opium Hook
  • 8Bowels Of A Baby Killer
  • 9Beyond Fixable
  • 10Only Photographs Remain

line up

Cris Jerue (voix), Bobby Ferry (guitare), Tony Baumeister (basse), Mateo Pinkerton (batterie)

remarques

chronique

Styles
hardcore
sludge
Styles personnels
sous les pavés la plague

Et sous ce vil caducée pour dernier tatouage : la peau blafarde et burinée de 16, toutes les cicatrices de sa carrière, un groupe pugiliste dépressif plus que jamais axé linéaire-tout-en-bloc-compact. Aggloméré. Une musique qui se ressent au plus profond du cartilage... Le groove de 16 de retour, en plus dense encore. Un groove qu'on qualifiera ici de "greyve" tant il suinte le grisâtre et le mortifiant (double-serpent + double-faux, victime !) en eaux viciées par tous ses pores-bouches d'ég', traînant sa carcasse hostile dans les artères les plus étroites de la ville avec sa mauvaise humeur d'un quintal, déambulant comme un Walter Kovacs impavide au milieu des nuées de travailleuses pour aller soigner le prochain client récalcitrant. Les fluides et cafardeux échos de guitare en background, comparables aux hydrocarbures qui nacrent la surface des flaques polluées et aimantent le regard... Je sens du mobilier urbain encrassé partout dans Deep Cuts, qui fait ambiance autant que matière. Des riffs qui accrochent l'attention en réverbères, avant de muer en poteaux, only poteaux, gros poteaux. Le pas beau vertical. Faut avoir une sacrée souplesse pour être aussi rigide. Avoir une tête de chauve à bouc oui mais plissée d'chez renfrognée, une tête à fendre en deux les skateboards - même plus besoin de genou, tout est dans la présence, on en ferait des Norris facts pas drôles, avec annihilation de toute jouasserie ambiante d'un seul gros froncement de sourcil par-dessus son bol de ricine krispies. Leur album le plus insécable sans nul doute. On ne se surprend même pas à les entendre placer comme "single" leur chanson de peine de cœur façon 16, "Her little "accident", soit le traitement de l'amour préconisé par notre hurleur chauve, et celle qu'il désire qui sera rien qu'à lui, je cite : "à jamais". L'interprétation d'un personnage, uniquement, oui, rien d'une tentation vécue... on ne parle que de musiciens, ces gens-là sont comme les acteurs pas vrai, et l'ironie de très mauvais goût de l'intitulé ne résume aucunement le fond de leur caractère, non non... ce serait trop... hardcore. Vous l'aurez compris, pas leur disque le plus amène. Et puis il y a une de ces ambiances dans Deep Cuts, sordide et épaisse, maintenue le plus instinctivement, en plaçant des zones hantées entre leurs charges de riffs contondants - si vous voyez pas ce que je veux dire par "zones hantées", écoutez "Opium hook" ou "Tropic of Cancer" ("Only Photographs Remain" pour les non-intimes), final digne de ce nom sur lequel règne la plus dégueulasse des fatalités. Leur album le plus radical derrière ses airs de basse besogne et d'énième contrat rempli - en gros tout le contraire du Unsane sortie la même année. Curb stomp music, kiddos.

note       Publiée le dimanche 17 janvier 2016

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Deep Cuts From Dark Clouds".

notes

Note moyenne        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Deep Cuts From Dark Clouds".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Deep Cuts From Dark Clouds".

born to gulo › jeudi 16 avril 2020 - 19:41  message privé !

Nouveau squeudi début juin.

Note donnée au disque :       
SEN › dimanche 21 février 2016 - 13:29  message privé !

Encore un groupe qui tombe du ciel ! Merci Guts !

Note donnée au disque :       
Bernard › lundi 18 janvier 2016 - 13:27  message privé !

Putain de claque au Roadburn il y a 2 ans!!!

born to gulo › dimanche 17 janvier 2016 - 08:38  message privé !

Il était bon à sa sortie, comme l'est obligatoirement un album de 16, mais il le fut encore plus lorsqu' on le ressortit, en effet.

Note donnée au disque :