Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistes116 › Drop Out

16 › Drop Out

cd • 10 titres • 39:06 min

  • 1Trigger Happy
  • 2Pumpfake
  • 3Tocohara
  • 4Sniper
  • 5Felecia
  • 6Fucked For Life
  • 7Bloody Knuckles
  • 8Butterfly Labes
  • 9Seeds And Stems
  • 1016

line up

Tony Baumeister (basse), Cris Jerue (voix), Bobby Ferry (guitare, chant), Andy Hassler (batterie)

remarques

pochette de la réédition Relapse.

chronique

Nom d'une pince monseigneur agrippée aux burnes, un album qui démarre avec une basse aussi saillante ne peut pas se vautrer ! Écoutez-moi un peu ce fragment de nineties d'un imparable gris écarlate... Raaah ! Quelle vigueur, quelle façon torve et pugnace de faire dix titres bien différents en faisant toujours la même chose. Et celui qu'ils nous carrent d'emblée de jeu en pleine pommette est comme un beau vrai gnon : celui qui la casse net et laisse au sol, sonné... et un peu admiratif, il faut bien le dire. Putain de premier morceau ce "Trigger Happy", mon préféré je crois, et puis tout qui déboule à sa suite avec le naturel de la mauvaise humeur morne et incompressible qui caractérise 16. Avec tout ce que le feeling américain des 90's peut avoir de meilleur. Coach charismatique sans élèves. Qui soigne ses tendances suicidaires très prononcées par la castagne. Les petits sont des méchants, les chauves des frustrés, et les musclés... des vocalistes très expressifs. Alors imaginez juste un skeud de petit chauve musclé, le genre de barouf que ça fait. "Leave me alone". Traduction : "Fous moi la paix où tu vas t'en prendre une". Et ça rate pas, à chaque piste. "Step back, BACK". Souvent à un rythme boue, rarement ça s'emballe et quand ça le fait comme sur "Poings sanglants" c'est toujours entre deux gros labours de tas de briques. Mais réduire Drop Out au côté sludge qui rentre tête première dans le buffet serait salaud, car non seulement il règne dans cet album une savoureuse ambiance de stoner urbain, mais surtout sa peinture difforme "so 90's" en dit tellement plus sur sa nature : ce 16 mérite sa décennie, tout simplement, dans tout ce qu'elle a proposé d'albums aussi généreux et d'une personnalité aussi bien trempée. La basse sur cet album hybride qui est monstrueuse si je l'ai pas déjà dit, on peut pas plus la louper dans cette prison que le maton le plus sévère, et les guitares qui s'y greffent donnent dans le groove urbain le plus mauvais-cul possible, jouissif ("Seeds & stems", ma préférée je crois), un genre d'Unsane croisé Helmet et Kyuss, on voit surtout ça, sans que ce soit autre chose que du 16, c'est à dire ce genre de fusion hardcore onctueuse comme le clinker, et digne héritière du hardcore-blues de ce grand costaud tatoué très versatile, là, qui s'est mis aux one-man-shows... Drop Out the peau de crotale, comme si 16 avait fait de sa ville un désert rocailleux où régner en maître incontesté. Jusqu'à ce final à leur blase qui prend Big Black pour taper sur Godflesh et réciproquement. Ma préférée, je crois. "Blood vessels, inside, my braaaain". FIIIIGHT !

note       Publiée le dimanche 17 janvier 2016

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Drop Out".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Drop Out".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Drop Out".

boumbastik › samedi 22 juillet 2017 - 23:14  message privé !

Début de première phrase de chro qui tue.

Raven › dimanche 17 janvier 2016 - 16:54  message privé !
avatar

OUAI !

Note donnée au disque :       
born to gulo › dimanche 17 janvier 2016 - 09:08  message privé !

Nouvel album cette année. Un 16 en 2016.

Note donnée au disque :