Vous êtes ici › Les groupes / artistesRRéseau D'Ombres › Ireos

Réseau D'Ombres › Ireos

  • 2014 • Eirkti eirma 014 • 1 LP 33 tours

lp • 12 titres

  • 1Natural gesture
  • 2Mercenary
  • 3Just for fun
  • 4Instant
  • 5Passé
  • 6Man of wood
  • 7The abstract call
  • 8Happy song
  • 9Folie
  • 10The meal
  • 11Over the sea
  • 12External life

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les écouter : devenez membre.

enregistrement

Enregistré live au Palais des Congrès, Lorien, France, 1984

line up

Ernst (chant, synthé), Jean-Marc (basse), Karl (batterie)

remarques

Paru à l'origine sous forme de K7

chronique

Pierre-Louis et Pierre-Yves estimaient que leurs prénoms ne collaient pas pour la scène, alors les deux Pierrots se rebaptisèrent Ernst et Karl… Normal, le premier est fan de Kraftwerk et de musique électronique et fonde même un groupe éphémère, Km-55. Mais à Laval, au début des 80’s, l’ambiance est plutôt au punk. Le comparse de Ernst s’en va non sans lui avoir présenté Karl qui lui-même amène son frère Jean-Marc (aaah, cette époque des prénoms composés). Réseau d’Ombres est né. Les débuts sont particuliers, le groupe est convié à une sorte de challenge organisé pour financer l’enregistrement de singles pour dix formations quasi inconnues sous forme d’un concert. Vu le manque de renommée des combos planifiés, c’est un flop mais Réseau d’Ombres impressionne par la fougue de sa prestation et son line-up peu banal : basse-batterie-synthé. Une K7, ‘Ireos’, est enregistrée, aujourd’hui rééditée sous forme de Lp par le label grec εἰρκτή. Un nom vient automatiquement aux lèvres : Killing Joke. Comme les Anglais, le trio semble possédé, sa musique dégage une puissance impressionnante menée par la rythmique et les sonorités grinçantes du synthé qui fait vite oublier l’absence de guitares. Bien sûr, il s’agit d’un enregistrement live, mais le son demeure très correct, presque tous les bruits d’applaudissements ont été gommés, la musique remixée (remasterisée pour le LP aussi) et cette production un peu rêche sied parfaitement à la philosophie du groupe. Le chant de Karl est totalement habité, ce qui renforce l’impression guerrière des compositions. Poésie de la noirceur, on reste abasourdi devant la maturité musicale des titres conjuguant violence existentialiste et mélodies puissantes ; c’est simple, ‘Ireos’ est un défilé quasi continu de brûlots irrésistibles (‘Instants’, ‘Mercenary’, ‘Folie’, ‘Natural gestures’…). Le succès d’estime de cette simple K7 et son statut culte hier et aujourd’hui n’en sont que plus compréhensibles ; on frise le chef-d’œuvre. Elle ouvrira d’ailleurs bien des portes à Réseau d’Ombres qui pourra enregistrer un premier single dont la face B, ‘Mirrors’, remportera un certain succès, avant la sortie de deux LPs. Remercions donc εἰρκτή pour ce repressage grandiose ; voilà un groupe qu’il est pratiquement impossible d’écouter sans sentir ses battements de cœur accélérer : la rage conquérante dans toute sa pureté ! 5,5/6

note       Publiée le jeudi 24 décembre 2015

Dans le même esprit, Shelleyan vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Ireos".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Ireos".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Ireos".

Kagoul › vendredi 25 décembre 2015 - 00:01 Envoyez un message privé àKagoul

ah ouais c'est bon ça !!! en plus gratos sur band camp çe ne se refuse pas ! habité en effet que ça soit ce batteur fou furieux, le chanteur ou le synthé déglingo ! sacré découverte, merci mon twilight. Over the sea ressemble a The fall of because de KJ ;-)