Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesAAlien Deviant Circus › Ananta Abhâva

Alien Deviant Circus › Ananta Abhâva

cd | 5 titres | 69:33 min

  • 1 AP (nâda) [21:58]
  • 2 Hiranya - Garbha (shakti) [19:32]
  • 3 Aham Tattva (kriyâ) [08:19]
  • 4 Mrityu Moksha (vâc) [09:12]
  • 5 Maha Pralaya (pradhamsa-abhâva) [10:32]

enregistrement

Enregistré et mixé par F. à la Farinière. Masterisé par A. à XPand Sound Mastering.

line up

Azat (waves, upanishad, xenos trinity), TKVS (xenos trinity), GRD (xenos trinity), NTL (upanishad).

remarques

"Those waves are dedicaced to all left hand path followers who haunt cosmos and to my pneuma NTL". "If you want to find the secrets of universe, think in terms of energy, frequency and vibrations" (Nikla Tesla).

chronique

Alien Deviant Circus est un groupe français ayant sorti trois albums en dix ans, dans une sphère qu’on appellerait « black metal industriel » sans doute parce que les machines sont très présentes, que la voix aussi est très présente, grognée et rageuse, que les guitares jouent des ritournelles graves, que la répétitivité y a fait son nid, que l’ambient à base de vibrations et discours occultes y prennent particulièrement place. Ajoutons à ces jalons peut-être vite dits une concentration sur la mystique du sous-continent indien… sans explications, glossaires ni index vous trouverez illustrations, textes, figures directement issues des connaissances psycho-physiques venues de là-bas. Le lien avec la musique se trouve vite dans la répétitivité, l’aspect « mantra » du propos étant figuré par ces chansons martelées par de gros coups de marteaux numériques censés créer, comme dans les chants rituel répétés sans cesse quelque chose de plus ou moins subtil chez son locuteur ou son environnement. On imagine comme on peut l'action voulue de ces mantras en se disant qu’on met un pied dans la tradition luciférienne compte tenu du titre évocateur d'un de leurs précédents opus et de la dédicace aux randonneurs gauchers dans le livret… on peut y ressentir une quête de la connaissance sans avoir peur de se faire du mal propre au black metal, propre à la musique industrielle, ou propre à chaque mouvement voulant sonder les apparentes abysses de l’âme, du tout et du pas grand chose… Musicalement, l’album donnera des boutons à ceux qui ne peuvent supporter les sons synthétiques ou l’aspect rituel qu’on peut retrouver chez Blut aus Nord par exemple, à savoir des chants religieux en arrière plan sur guitare pathétique et profonde entrecoupés de grands moments méditatifs et furieux, un besoin d’écrire de longs morceaux et de conceptualiser le propos tout en le gardant hermétique. Il plaira aux auditeurs qui ont besoin de passer un moment à la fois puissant et méditatif, sombre et massif, d’une placidité aussi menaçante qu’un océan qui ne semble pas bouger du point de vue de notre regard figé par l’illusion des sens, et qui surtout n'ont pas peur de la répétitivité parfois bien bourrine qu'on peut trouver au long de l'album dans ces moments boite à rythmes / cris / guitares metal… je me situe pour ma part plutôt dans la deuxième catégorie, car le fracas mal géré me casse vite les oreilles, et ici ce n’est pas trop le cas je trouve, je suis aussi assez facilement hypnotisé par la répétition, selon des critères qui parfois m'échappent, et donc oui, parfois certaines minutes coulent mieux que d'autres dans cet album, la sauce peut prendre après des dizaines de battements de marteau piqueur dans mon salon, des fois un peu moins. Je passe finalement un moment assez agréable dans cette galerie de grandes trompettes soufflant ces lettres anciennes dans nos poumons car les inspirations indiennes ne sont ici pas trop mal ingurgitées du point de vue du pauvre disciple mondain que je suis, je ne trouve pas que le propos soit vérolé, à l’instar, par comparaison, pour vous faire une idée d’un Attila Csihar nous lisant des lignes du Bhāgavata Purāṇa sur ce disque de Sunn... de quoi me situer entre trois et quatre chakraboules du dragon, pour le propos, la volonté assez évidente de ce groupe d'aller au fond de ce propos, même si son enthousiasme peut chez moi, par moments, me sortir de ma torpeur pour me demander qui tape depuis tout à l'heure dans le mur à côté de moi...

note       Publiée le mercredi 16 décembre 2015

partagez 'Ananta Abhâva' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Ananta Abhâva"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Ananta Abhâva".

ajoutez une note sur : "Ananta Abhâva"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Ananta Abhâva".

ajoutez un commentaire sur : "Ananta Abhâva"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Ananta Abhâva".

born to gulo › mercredi 16 décembre 2015 - 14:37  message privé !

Black hardtek.

Note donnée au disque :