Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesRRamesses › Chrome Pineal

Ramesses › Chrome Pineal

vinyl 33t • 6 titres • 39:48 min

  • Side Dead
  • 1Chrome Pineal09:18
  • 2Blazoned Fauna06:21
  • 3Men of Horror05:01
  • Side Live
  • 4The Tomb (live)04:52
  • 5Before the Jackals (live)06:18
  • 6Black Domina (live)07:58

enregistrement

SIDE DEAD : enregistré au Stevens Farm Studio par Dan Gooday (aout 2010). Mixé et masterisé par Dan Gooday au Sunnyside Studio, février 2011. Vokills et claviers enregistrés par Rodaidh McDonald au XL Studio, janvier 2011. "Chrome Pineal" mixé par James Thompson et Ad666m au GrimTone Studio, juin 2009. SIDE LIVE : enregistré par Nils Markvardsen au Loppen, Christiania, Copenhague, septembre 2007.

line up

Tim Bagshaw (chair, griffes), Mark Greening (crânes, os), Adam Richardson (sang, sorts)

Musiciens additionnels : James Thompson (noise psychédélique, samples), Rodaidh McDonald (Korg MS-20, Moog Prodigy).

remarques

Illustration par Clovis Trouille. Egalement disponible sous la forme de fichiers téléchargeables sur le bandcamp du label.

chronique

Voici la toute dernière monstruosité pondue par ce groupe barbu et pas content et sale, death, et doom et occulte et tout. EP à la magnifique pochette sorti à peu près en même temps que « Possessed by the Rise of Magik », ce Chrome Pineal est la conclusion d'une belle discographie, tout en étant un peu patchwork, ressemblant plus à une compilation en fait… voyez, une face A qu’on dirait une variation de vieux Pink Floyd, ou du récent Earthless sans les solos de guitare infinis, une longue inspiration qui fait des bulles dans la tête, pas très flippante, pas très sale mais barbue, enregistré pendant les sessions de « Take the Curse » me susurre la Pythie, en hommage au dark side of the sixties. OK, donc psyché oui, doom bwof, death ? Non. Mais ouf ! La piste suivante commence par ce son de guitare, cette voix toute fausse, tout pincée du nez, cette grosse batterie, cette saturation du son, ces mélodies choupinettes et ces nombreux breaks graves et gluants qui semblent improvisés autour d’un fil rouge invoqué dans une séance de magie automatique, une musique aussi belle que celle d’un rat qui jouerait du violon au milieu des poubelles, dont les pattes seraient liées à des fils tirés par un psychotique en pleine paranoïa… en somme on retrouve vite la cave du « Possessed... », ça nous manquait déjà… et ce groupe me manque, vous voyez ? Comme si un voisin fou et bruyant s’évaporait d’un coup - le bonheur qui s’en va, le silence qui s’installe, la solitude avec. Snif. Cette première face s’évaporera dans un machin glaireux, avec psamoldie derrière tout droit sortie d’un shellac perdu dans un carton avec marqué « Arthur Machen » dessus, et un gros malaise va bien finir de s’installer dans cette dernière piste studio ultra glauque, et lente, et enrouée, et sans plus d’espoir dans les certitudes. Cela fait du bien quoi. Je passe vite sur la face B sans inédits même si ce sont trois morceaux bien sympathiques (si ça se dit pour la musique de Ramesses…), bien intenses, enregistrés en concert, qui me font juste regretter de ne pas les avoir vu en vrai ces gars. Re snif. Chronique manque. Chronique sentimentale. Chronique pleurniche. Bref, ce disque semble donc comme un bonus de leur dernier album avec tout ce qu’on peut voir de positif ou négatif là-dedans : peu de choses nouvelles, des lives un peu remplissage, mais en même temps ça rallonge un peu la durée de vie du groupe par un objet encore très joliment emballé, glauquissime, angoisse mystique gratos à domicile, chemin de la main gauche dans le salon. Sinon, je vous avais déjà dit qu’ils me manquaient ? Bon. Oui je radote. Pas ma faute. Trop de répétitions, partout. Trop de doom peut-être aussi.

note       Publiée le samedi 21 novembre 2015

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Chrome Pineal".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Chrome Pineal".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Chrome Pineal".

born to gulo › dimanche 22 novembre 2015 - 08:17  message privé !

Tu m'étonnes, qu'ils manquent... 11Paranoias, c'est pas tout à fait pareil.