Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesKKata Sarka › Existential Oblivion

Kata Sarka › Existential Oblivion

k7 | 8 titres | 22:30 min

  • 1 Intro: Returning Over the Chasm (Traversing from Sitra Ahra) [02:16]
  • 2 Wearing the Rings of Saturn as a Halo (Lunacy Detached) [04:28]
  • 3 Lukewarm Depravity (Lunacy Introduced) [04:26]
  • 4 Atrophy (Lunacy Descends) [03:40]
  • 5 -Segue 1- [01:13]
  • 6 Riding a Wind ov Knives into the Eye of a Shitstorm (Lunacy Revealed) [03:03]
  • 7 -Segue 2- [01:19]
  • 8 Bastard (Lunacy Unfurled) [02:05]

enregistrement

Enregistré par Geoff Montgomery à l'Ensomberoom Studio, Ft. Wayne, Indiana. Masterisé par Dan Randall au Mammoth Sound Studio, Santa Cruz, Californie.

line up

Y.S. (ouvreur des portails), A.V.9. (tourbillons et chimères), S.M. (raseur de l'Empyrée), FFF (atomiseur astral).

Musiciens additionnels : Sean Townsend (guitare).

remarques

Peut également être acheté sous forme de fichiers téléchargeables sur le bandcamp du label.

chronique

Kata Sarka, bien, bon, ce n’est toujours pas cette playmate qui fait rougir les timides, c’est bien du grec qui veut dire « en chair » (ce qui a un certain rapport avec notre gironde googlisable), ou bien « dans la chair », et la plupart des références classiques nous poussent vers Saint Paul qui se désigna apôtre sans avoir connu Jésus « en chair et en os »… c’est sûr que les gars derrière ce projet ont d’autres références en tête mais là, leur talent cryptique a eu raison de mon envie de fouiller comme un archéologue rageux. Tout ça, pour ça, mais voici une idée tranchant tout : mettre la cassette de cet album dans le PLAYER, et simplement appuyer sur JOUE. Toujours édité chez le même label adepte de packaging tricotés à la main, engoncée dans une boîte type action figure assez compliquée à ouvrir, cet album, cette chose va tranquillement faire ronger les ongles, faire briller les pépites dans les yeux de certains, ou dégager un peu de vomi chez d’autres… Anonyme (regardez moi ce line-up, désolé, mais pas d'autres informations que... ceci), à la production rare, la musique de Kata Sarka représente l’équilibre parfait entre la craderie black metal, la puanteur agressive du putois core, et toujours un discours planté dans une mystique ultra négative, du genre y a pas de fond dans le trou de l’âme, et ceci sans éprouver le besoin de débauche de technicité, pas de brutalité immense, ostentatoire, plutôt une cultivation sobre et rêche de ce qui ne va pas - par exemple concentrons-nous juste les cris de ce chanteur. De plus en plus de groupes de black metal dans ce que j’écoute dans la production récente font dans la surenchère au beuglement étranglé, ben là, je sais pas comment il fait le gars, il hurle, parfois avec de l’écho par dessus (toujours au bon moment), mais ça prend, ça glaire mais sans non plus s’égosiller comme un merle enroué, et ça touche aux tripes. Voilà, sens de la mesure, de la conjonction entre musique atmosphérique et agressive, et finalement un rendu au-delà de l’expression angoissée et haineuse, quelque chose que je n’arrive en fait plus à définir, et pourtant vous en trouverez beaucoup des groupes aux sonorités similaires, mais je ne sais pas, ils ont chopé une micro-niche qui me semble peuplée seulement par eux. J’espère en tout cas que vous pourrez vous procurer cette chose car ce groupe a je pense atteint sur ce court et dense album un optimum rarement entendu dans cet alliage souvent un peu falot du punk et du metal extrême, sûrement grâce à ce glauque occulte vraiment bien géré au niveau graphique et conceptuel, lié à une créativité hoquetante.

note       Publiée le vendredi 20 novembre 2015

partagez 'Existential Oblivion' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Existential Oblivion"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Existential Oblivion".

ajoutez une note sur : "Existential Oblivion"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Existential Oblivion".

ajoutez un commentaire sur : "Existential Oblivion"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Existential Oblivion".