Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSummoning › Old Mornings Dawn

Summoning › Old Mornings Dawn

vinyl 33t • 8 titres • 64:27 min

  • 1Evernight02:48
  • 2Flammifer07:07
  • 3Old Mornings Dawn09:29
  • 4The White Tower09:35
  • 5Caradhras09:32
  • 6Of Pale White Morns and Darkened Eves08:22
  • 7The Wandering Fire08:02
  • 8Earthshine09:32

enregistrement

Enregistré et mixé par Protector au Nachtschattenstudio.

line up

Protector (at) (guitare, claviers, boite à rythmes, choeurs, field recording, voix), Silenius (claviers, sons et effets, choeurs, voix)

Musiciens additionnels : David Seys (spoken word), Erika Szucs (voix).

remarques

Sorti sous forme vinyle (Napalm Records), CD (Napalm Records, Icarus Music, Polywater Productions), cassette (Werewolf Promotions).

chronique

Quand je lis les interviews de Protector ou Silenius, au fil du temps j’ai vraiment l’impression que les deux fans autrichiens de John Ronald Reuel ont une patience de panda maitre de kung fu pour dissiper les malentendus au sujet de leur musique et de leurs intentions. Pêle-mêle, on les voit délier et couper des fils créés par la foule les liant à une vision du metal dualiste (vrai / faux), on lit leur déclarations mettant les points sur les i concernant leur prétendue accointance avec l'extrême droite, en droite lignée des aspects guerriers exprimés dans leurs albums, certains leur crachant à la gueule un supposé amateurisme (y a des synthés moches, cépabo), d’autres parmi Bibi ici présent les plaçant dans le rang des très bons musiciens - las, le groupe dira dans le dernier entretien lu qu’il ne se considérait pas comme tel (pas de concerts, travail à distance avec l’aut’ compère) mais comme des compositeurs mettant en forme bouts par bouts une espèce de symphonie pleines d'émotions (de la tristesse à la joie en passant par la rage), une palette profonde, détaillée, ciselée, tout en restant humble dans la technicité liée à chaque instrument, chaque son développé par leurs doigts. Je vais donc les prendre au mot, et ça tombe bien, sur ce dernier album, Summoning garde un bon cap dans cette logique d’engloutissement de l’auditeur dans du point de croix aussi caramélisé qu’une bonne tarte tatin : le son est chaud, l’appel aux instruments et aux rythmes d’autres cultures que celle d’Oxford amenant une touche assez Dead Can Dance que je n’avais pas autant apprécié auparavant. La voix elle est toujours black metal même si celle-ci peut s’adoucir de temps en temps pour se faire plus murmure, plus "hurlé - chanté", moins lugubre... les paroles elles sont toujours extraites de ces histoires pleines de Rivendell, nazguls et autres tours maudites car sinon ça ne serait pas Summoning et surtout, surtout : leur musique est toujours aussi évocatrice. Certes l’estampille « terre du milieu » peut bien logiquement prendre de la place dans la tête de l'auditeur, mais de mon point de vue de rêveur solitaire au bord de la mare aux canards ce dernier album remporte encore la palme du bon jardinier planteur de graines d’imaginaire - ben oui, on est tout à fait libre de mettre ce qu’on veut sur ces longues plages instrumentales ponctuées de grognements sauvages, pas besoin forcément de potasser ses anthologies de C.S. Lewis les gars, suffit de se détendre, de fermer les yeux, vous vous imaginez l’endroit que vous préférez ou celui qui vous fait flipper, celui où vous allez quand ça va mal, celui où vous mettez votre exosquelette de titane quand ça va bien et que vous voulez mentalement redevenir un héros, et vous appuyez sur PLAY, c’est tout simple. Bon, toutes ces circonvolutions juste pour vous dire que cet album ne gâche pas la discographie de Summoning mais la rend encore plus fascinante, faisant de cette suite musicale une série de romans qu’on s’amuserait commencer à n'importe quel chapitre ou tome car, c’est pas grave, c’est toujours berçant, perçant et clair comme de l’eau de cascade, lyrique juste pour agrémenter la routine de la vie, tranquille pépère, comme un hobbit qui flâne sur la terrasse de son terrier.

note       Publiée le jeudi 12 novembre 2015

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Old Mornings Dawn".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Old Mornings Dawn".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Old Mornings Dawn".

Rikkit › lundi 8 janvier 2018 - 22:53  message privé !

Oui oui je m’etais fait la réflection aussi sur DCD ! Première fois que j’en ressent autant l’influence chez Summoning ! Y a des morceaux géniaux comme des morceaux moins bien sûr celui-là. De tte manière la référence ultime chez les autrichiens c’est leur album fin d’été/début d’automne Let Mortal Heroes Sing Your Fame.

Note donnée au disque :       
Arno › mercredi 9 décembre 2015 - 02:51  message privé !

Finalement, je crois que mon dixe préféré, c'est Lost Tales, avec le morceau Sarouman...