Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCConverge › Caring and Killing

Converge › Caring and Killing

cd • 16 titres • 60:57 min

  • 1Shallow Beathing02:03
  • 2I Abstain03:16
  • 3Two Day Romance03:38
  • 4Fact Leaves It's Ghost02:32
  • 5Becoming A Stranger04:09
  • 6Antithesis05:28
  • 7Dead03:00
  • 8Tied To My Neck03:36
  • 9Divinity04:25
  • 10Blind03:25
  • 11Sky03:41
  • 12Down05:02
  • 13Zodiac03:54
  • 14Yesterday04:51
  • 15Savior Salvation03:28
  • 16But Life Goes On04:28

enregistrement

Pistes 1 - 6 et 11 - 13 enregistrées au West Sound par Mike West, produites par Converge, 1993-1994 : pistes 1-6 et 12 extraites de l'album "Halo in a Haystack", 1994 ; piste 11 extraite de la compilation "Soundtrack of the Revolution", 1993 ; piste 13 extraite de la compilation "Boston Is Burning", 1993. Pistes 7 à 10 enregistrées et produites par Brian "Fury" McTernan au Salad Days One, hiver 1994, inédits. Pistes 14 et 15 enregistrées par Mike West au West Sound, hiver 1991-1992, extraites de la démo « Where Have All The Flowers Gone? » publiée en 1992. Piste 15 également publiée dans la compilation « In Our Blood », 1992. Piste 16 enregistrée au West Sound par Mike West en juin 1991, inédite. La réédition LP a été remasterisée par Alan Douches au West West Side.

line up

Kurt Ballou (guitare), Jacob Bannon (voix), Jeff Feinburg (basse), Damon Bellorado (batterie), Aaron Dalbec (pistes 1-13), Erik Ralston (basse, pistes 1-16, 11-13)

Musiciens additionnels : Skott Wade (voix, piste 6)

remarques

Première édition CD chez Lost and Found, 1995. Réédition CD par Hydrahead en 1997. Réédition LP remasterisée par Hydrahead et CD par Daymare (Japon) en 2013.
L'édition chroniquée est la réédition double LP remasterisée sortie en 2013 par Hydrahead.

chronique

Converge tout neuf tout nouveau tout jeunot, voici ce que nous propose cette compilation retraçant les premiers pas de ce groupe autant inspiré par le hardcore dit "émotionnel" dans le sillon de groupes comme Fugazi, que par la grosse baveuse death metal scandinave et le hardcore métallisé régressif. Le premier intérêt de cet objet est tout d’abord d’offrir l’intégralité de leur premier album épuisé et pas réédité "Halo in a Haystack", assez cher à se procurer compte tenu de la valeur artistique de ce qui fut quand même le premier jet d’un groupe qui se cherche encore, tout en posant les bases de son style particulier : une espèce d’Integrity encore plus romantique, avec plein de riffs et solos à la Slayer, plein de furie aussi, mais également une obsession pour le côté destructeur des relations sentimentales, notre Jacob Bannon cofondateur du groupe nous livrant ici ses premières cogites de coeur blessé et rageur à travers grosses bourrinades ou ballades choupinettes et lugubres à la fois, chantées, enfin plutôt « grincées » de sa voix toute aigrelette et canard… d’ailleurs, je voudrais bien qu’ils nous fassent une compilation « les plus belles balades coin coin by Converge », ça vaudrait vraiment le coup. Ce « Caring dans Killing » lui regroupe également des bouts d'EPs ou splits, apparitions dans compilations et sessions studios inédites, mais alors là où le bât blesse c’est que pour des raisons qui m’échappent tout cela est mélangé dans le désordre sur le deuxième vinyle, un morceau du premier LP « Halo in a Haystack » étant détaché du reste de l’album, coincé entre d'autres bouts de splits et sessions inédites où on trouvera des versions d'autres morceaux passés et à venir ou inédits, enfin si j'ai bien tout saisi car là ça devient le bazar dans ma tête quand je veux relier les points dans ce puzzle à quinze faces ! Ce qui fait que, sur un objet se voulant être une rétrospective, une archive des débuts du groupe, on se retrouve perdu dans cette tracklist biscornue, pas aidé non plus par les designers de ces disques (Turner et Bannon pour la version vinyle), trouvant apparemment cool de ne pas mettre explicitement quelle est la face de quel disque, forçant l’usager à plisser les yeux pour apercevoir ce qui est gravé dans la matrice avant de poser le disque et se rendre compte qu’on a mal lu et qu’on écoute la face D au lieu de la face A, ce qui est vraiment pénible - ce n’est pas la première fois que ça m’arrive notamment avec les sorties A389 ou Deathwish, alors si quelqu’un quelque part m’entend, écoutez-moi : c’est cool le retour du vinyle, c’est le premier support que j’ai utilisé pour écouter de la musique, pas de problème, mais bon dieu, c’est pas la peine d’en faire un truc pénible à manipuler, que ce soit cette manie du 180 g inutile et broyant les pochettes au manque d’informations genre « céplubo comme ça », les doubles LP 45 tours (putain, mais quel instrument de torture), tout ça ne motive pas à se fader comme une espèce d’initiation tantrique à chaque ouverture de cellophane… Voilà l'aparté, mais le medium et le média ça va ensemble pour ce qui est d’écouter de la musique non ? Ou je suis trop vieux pour ces bêtises ? Alors quand je vois que la compilation est déjà sortie depuis des années sur CD avec une photo certes moche comme illustration mais une compilation bien établie sur un support lisible sans faire un haka samoan dans le salon, ben je regrette un peu de ne pas l’avoir achetée à ce moment-là - ce son tellement loin de Jane Doe m’avait un peu laissé « trois boules » dans la tête à l'époque, et je n’avais pas gratté plus loin. Pour finir sur le contenu, quand même, ce jeune Converge musicalement est déjà tout malade, ses morceaux encore un peu maladroits et pas complètement détachés d’influences trop évidentes respirant déjà un sentiment de perte et d’angoisse qui resteront liés à l’histoire de ce groupe, devenu étonnamment populaire malgré la tonalité on ne peut plus extrême et bancale et dépressive du propos. Un objet pénible à manipuler, des chansons sympas à écouter en ce qui concerne la réédition du premier LP, des vieux restes de fonds de tiroir anecdotiques (enfin, quand on arrive à les situer dans l'histoire du groupe toute mélangée ici) : voilà pour résumer ce que je trouve sur cette réédition Hydrahead, arrivant déjà après une réédition CD par le même label, à déballer avec la même rage que leur double LP rassemblant « Petitioning the Empty Sky » et « When Forever Comes Crashing », à écouter avec la même empathie pour toutes ces émotions vivement brassées par la paire Ballou Bannon. A noter que parmi l'équipe basse / batterie fluctuante à l’époque nous trouveront le noyau dur (ahah) du groupe de hardcore nommé Bane, que je vous invite aussi grandement à écouter, mais ça c’est une autre histoire - et j’espère que celle-ci ne sera pas compilée sur un quadruple 10 pouces à 78 tours rempli d’informations cryptiques !

note       Publiée le dimanche 8 novembre 2015

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Caring and Killing".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Caring and Killing".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Caring and Killing".