Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMMasada › First Live 1993

Masada › First Live 1993

  • 2002 - Tzadik, TZ 7337 (1 cd)

cd | 7 titres | 47:07 min

  • 1 Piram [05:56]
  • 2 Sansanah [07:10]
  • 3 Ziphim [07:16]
  • 4 Zebdi [05:00]
  • 5 Hadasha [07:39]
  • 6 Rachab / Lebaoth [07:04]
  • 7 Hazor [07:03]

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Enregistré le 2 Septembre 1993 à la Knitting Factory, NYC, par James McLean. Produit par John Zorn

line up

Joey Baron (batterie), Greg Cohen (contrebasse), Dave Douglas (trompette), John Zorn (saxophone)

remarques

Design : Heung-Heung Chin

chronique

Styles
jazz
free jazz
Styles personnels
free jazz klezmer, first take

Ce sont rarement les premières fois les meilleures. Mais on s'en souvient souvent. Masada, le quartet historique de John Zorn, est presque né du hasard. Une formation imaginée pour signer la musique d'un film, un peu à la Ascenseur pour l'échafaud, sans le piano. Mais pas pour devenir Masada. Zorn avait écrit ses premières compositions pour une formation qu'il imaginait électrique, avec Marc Ribot, Hideki Kato et Ben Perowski. Et puis non. Et puis une fête d'anniversaire. Zorn adore les fêtes d'anniversaire. Tiens, pourquoi pas répéter ces morceaux-là avec le quartet du film. Joey Baron. Dave Douglas. Greg Cohen. Hop, on se les met dans les doigts juste avec la représentation. Hop, sur scène. "Piram". Magique. C'est la première fois que Masada est vraiment Masada. Peut-être encore hésitant parfois, mais à peine. Pas encore l'extraordinaire télépathie des albums studios et autres live à venir, des versions de morceaux a retravailler qui verront toutes le jours sur les trois premiers opus. Mais à quoi bon toujours vouloir hiérarchiser, ce qui se livre ici, c'est l'acte de naissance, en public qui plus est, d'un des plus grands quartet de jazz moderne. Faire la fine bouche sous prétexte que Zorn, dans une volonté d'archivage complétiste, aura rendu disponible le plus possible d'enregistrements de son projet le plus cher ? Personne ne vous oblige à les écouter tous. Mais c'est possible. Alors bien évidemment que cette captation à feu la Knitting Factory concerne avant tout les fans. Mais au delà de l'émotion qu'il peut susciter chez tout admirateur de Masada, il reste tout simplement un fantastique album live d'un quartet de jazz hors-norme. Il y aura meilleur ensuite ? Oui. Mais la première fois reste la première fois, le premier baiser, les premières notes qui se glissent au creux de l'oreille, qui murmurent "nous sommes à toi, pour toi", les thèmes qui se dévoilent tel un corps désiré qui s'offre enfin. Et quand résonne la mélodie de "Hazor", pas encore interprétée de la façon la plus familière encore, avec ce qu'elle a de fraîcheur un peu appréhensive dans la façon dont les solistes l'abordent, loin de l'assurance déchainée à venir, mon petit coeur de goy se serre comme à chaque fois que retentissent ces échos ci-mélancoliques à souhait, ci-explosifs d'une violence indomptable, la basse ultra-profonde de Cohen et la frappe fantastique de Baron, les circonvolutions de Douglas et Zorn, ces deux drôles d'oiseaux souffleurs aux ballets imprévisibles entre deux ritournelles inoubliables d'élégance. Et quand Zorn remercie l'auditoire du club New-Yorkais, présentant ses acolytes, la jubilation est perceptible dans sa voix. "Ouais, je crois bien qu'on tient quelque chose là, les gars."

note       Publiée le samedi 10 octobre 2015

partagez 'First Live 1993' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "First Live 1993"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "First Live 1993".

ajoutez une note sur : "First Live 1993"

Note moyenne :        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "First Live 1993".

ajoutez un commentaire sur : "First Live 1993"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "First Live 1993".

Klarinetthor › mercredi 14 octobre 2015 - 11:04  message privé !

Quand j'ecumais forcement accroupi le bac Zorn des fnac, je tombais toujours sur celui-ci et sur le Live a Seville que je trouve superieur. Celui ci est quand meme de la balle.

Note donnée au disque :