Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesIIn Slaughter Natives › Purgate my stain

In Slaughter Natives › Purgate my stain

cd | 8 titres

  • 1 Pure... the Suffering
  • 2 Purgate My Stain
  • 3 Truth Awakening
  • 4 Among the Lost and Wordless
  • 5 The Silence Shed a Tear
  • 6 Clean Cathedral
  • 7 13th Order
  • 8 Burn My Rest

enregistrement

Composé et enregistré par J.Havukainen au Re-Enter Salvation, Suède, 1995-1996

line up

Jouni Havukainen (tous instruments)

remarques

Réédité et remasterisé en 2001 sur la box 'Re-enter salvation' (CMI105).
Réédité en 2004 par CMI avec un artwork différent.

chronique

Styles
ambient
indus
Styles personnels
dark-ambient apocalytpique

Voilà déjà 8 ans que ce chef-d'oeuvre est sorti !!! 8 ans, et 3 nouveaux morceaux en guise de teaser pour le prochain album, sur la box sortie il y a 2 ans chez CMI, regroupant l'intégralité de la discographie du suédois. Sachant que le monsieur se produit sur scène à l'occasion, on espère que tout ceci se concrétisera rapidement en un nouveau raz de marée sonore. En attendant, 'Purgate my stain' reste le chef-d'oeuvre d'ISN, et l'un des meilleurs albums du genre à posséder ! Plus ambient et plus martial, 'Purgate my stain' est une ode sombre, un hymne désepéré, haineux et puissant, avide de rédemption et empreint d'un dégoût de l'humanité sans pareil. S'ouvrant sur le superbe 'Pure...', nappes dark ambient et chants grégoriens à la Raison D'Etre, l'inquiétude prend place au creux de votre esprit, et l'emprise est immédiate. La bombe que représente le morceau-titre arrive crescendo, les percus martèlent inlassablement et annoncent l'arrivée des cavaliers d'une apocalypse que l'on devine douloureuse. Le chant distordu à la limite du death est impressionant, les choeurs emplis de souffrance accompagnent les harmoniques funèbres. Aucun répit, aucune quiétude ne vous sera accordé à l'écoute de ce joyau, malgré l'alternance de passages martiaux et de plages plus 'calmes' (la très flippantes ligne de piano de 'Truth awakening'). 'Among the lost...' réitère l'attaque du morceau-titre en plus symphonique et enfonce le clou rouillé au plus profond de votre cerveau déjà gangréné par la corruption. 'The silence shed a tear' est sans conteste LE morceau de bravoure de l'abum, monolithique et oppressant, cloches, carillons et nappes sombres au service d'une rythmique digne d'une procession funèbre nocturne. Avec 'Clean cathedral' c'est avec joie que l'on retourne aux racines d'ISN, plus 'roots', mélange d'electronique et de samples d'opéra. Retour au martial symphonique avec '13th order', sans concession et dévastateur. 'Burn my rest' parachève majestueusement l'opus dans la solennité et la noirceur, tel une épitaphe écrite à la cendre sur une pierre délavée. Du grand art : IN-DIS-PEN-SA-BLE !!!!!

note       Publiée le jeudi 29 avril 2004

partagez 'Purgate my stain' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Purgate my stain"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Purgate my stain".

ajoutez une note sur : "Purgate my stain"

Note moyenne :        26 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Purgate my stain".

ajoutez un commentaire sur : "Purgate my stain"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Purgate my stain".

allobroge › mercredi 1 octobre 2014 - 03:04  message privé !

Très bon mais easy listening. Pour vraiment flippé c'est le triple live "Insanity and Treatment" qu'il vous faut!

Note donnée au disque :       
Arno › mardi 19 février 2013 - 22:00  message privé !

Vous connaissez le morceau Exurge de Rosa Crux ?

saïmone › mardi 19 février 2013 - 10:42  message privé !
avatar

Je regrette de ne pas avoir ce talent pour les descriptifs Ducassien. Putain, beau comme une épée, c'est EXACTEMENT ce disque. (j'en profite pour rattraper une erreur)

Note donnée au disque :       
Raven › mardi 19 février 2013 - 03:52  message privé !
avatar

Pareil que Saï, attendu un sacré bail avant de m'y lancer ; après l'avoir ressorti à quelques reprises ces derniers temps, au réveil, ce truc est salement énorme..... l'impression de connaître ça depuis toujours comme le Carmina burana pourtant, ce son, ce solennel, cette voix, je saurais pas comment décrire ça convenablement cette présence, mais c'est beau comme une épée, et ça fait pousser de la carapace de tortue sur les boules (et en coller six)

Note donnée au disque :       
ericbaisons › lundi 5 novembre 2012 - 00:30  message privé !

et c'est pas le seul a claquer d'ISN (enter now, notamment)