Vous êtes ici › Les groupes / artistesWWellenVorm › Toene des Nebels

WellenVorm › Toene des Nebels

cd • 7 titres • 51:57 min

  • 1Toene des Nebels 9:46
  • 2Fliegende Sequenzen 6:45
  • 3Weinender Mond 7:49
  • 4Der Singende Sinus 8:13
  • 5Sequenzerliebe 5:43
  • 6Sonnenstahl 7:04
  • 7Herbststurm 6:35

line up

Uwe Rottluff (Claviers, synthés analogues et numériques, logiciels, percussions électroniques, orchestrations et effets)

remarques

On peut avoir des informations supplémentaires sur cet album, de même qu'entendre des extraits, en visitant le lien suivant: http://www.mellowjet.de/Webshop_V4/index.php?main_page=product_info&products_id=475

chronique

Styles
musique électronique
musique électronique atmosphérique
musique électronique expérimentale
Styles personnels
dark düsseldorf school, new berlin schoo

Une brise creuse souffle ses parfums lugubres alors que des pulsations rauques étalent ses rayonnements métalliques par des coups distancés. "Toene des Nebels" désenveloppe sa dense brume mystique où nos oreilles perçoivent difficilement des squelettes de séquences s'effilocher et des clameurs déformées, alors que des cliquetis résonnent comme des lignes de synthé difformes qui flottent en échappant les prémices d'une structure de rythme mou. C'est un genre de Chill, peut-être même du Groove, mélangé dans des vapeurs de Hip-Hop qui peu à peu prend forme avec une succulente ligne de basse, des battements de basses séquences plus accentuées et des gaz vaporeux qui font office de percussions inachevées. Vous avez là le pattern récurrent des rythmes flous qui se disputent les brumes des cimetières de “Toene des Nebels”. Des lignes de synthé riches tissent le canevas d'une ambiance glauque avec des ombres fantômes et des effets d'écho qui flottent avec un subtil parfum orchestral. Du haut de ses 10 minutes, la pièce-titre orchestre sa structure de rythme vaguement progressive avec des séquences qui oscillent lentement, comme dans une valse pour comateux, alliant leurs tons de gargouillis métalliques à des percussions toujours aussi imprécises et parfois gazeuses alors que les synthés ornent les ambiances d'une brume remplie de bruine industrielle et de réverbérations qui ondulent avec des cris perçants dans les tons. "Toene des Nebels" donne le ton à un album aussi attrayant qu'inattendu. Le bruit des brumes, le son des brouillards et les chants de bruines irisées qui perdent leurs éclats dans des ambiances glauques de cimetières; voilà de quoi retourne ce fascinant album où les structures de rythmes sont totalement dominées par les ambiances mortuaires de “Toene des Nebels”. Notre esprit et nos sens naviguent dans un hallucinant décor sonique où tout nous semble irréel, tant tout est brouillon, comme dans nos plus célèbres cauchemars, où nous sommes plongé en pleine ambiances de films d'horreurs de série B.
C'est toute une surprise que cet album de WellenVorm, un projet de Uwe Rottluff qui est un musicien synthésiste et surtout un sculpteur de sons et d'ambiances de Chemnitz en Allemagne qui offre ici un album qui semble sortir des feux de l'enfer. “Toene des Nebels” va vous déculotter à plusieurs niveaux. Si cd n'est pas aux niveaux des brillants jeux de séquences, ça sera par des ambiances qui sont d'outre-monde. Comme un véritable cinéaste sonique, WellenVorm propose 8 histoires en sons, rythmes et ambiances en perpétuelles évolutions et qui sont de petites perles d'effroi. On pourrait aussi bien intitulé cet album musique pour donjons. Les deux pôles de la MÉ s'affrontent ici avec une riche texture sonique où les séquences et leurs cabrioles sauvages sont complètement domptées par une muraille d'ambiances où les chants de brumes sont accompagnés par de suaves et très pertinentes orchestrations à faire frémir ceux qui écoutent “Toene des Nebels” dans la noirceur la plus opaque. Les effets psychédéliques des synthés abondent avec des cerceaux imparfaits qui font rayonner leurs échos dans des brumes et des chœurs aussi psychotroniques que très sinistres. Ils ouvrent "Fliegende Sequenzen" et dorent son intro d'un dense voile morphique. Un mince filet de séquences fait rouler ses ions en arrière-plan, tissant une forme de ruisselet qui scintille comme les cordes d'une harpe derrière un lourd rideau d'ombres soniques instables. D'énormes ondes vampiriques étendent leurs ailes orchestrales dans un pattern d'ambiances torridement noir où le rythme dévoile une structure en constante tergiversation avec des séquences qui ruissèlent dans des orgiaques ombres noires et des brusques saccades orchestrales. "Weinender Mond" est plus vif et plus animé que la pièce-titre mais offre un décor sonique tout autant édifiant de frayeur. Les séquences sont rondes, juteuses et désenveloppent des ondes de bruits blancs dans des cognements soutenus. Et la brume! Toujours aussi intense et apocalyptique que ses rideaux d'inquiétude qui séparent la chair vivantes des zombies. Nous restons toujours dans le théâtre de l'horreur avec "Der Singende Sinus" et son introduction à faire pâlir Peter Vincent dans Fright Night. Une fluide ligne de séquences s'extirpent de ces ambiances, faisant dérouler des ions qui dansent comme des squelettes d'invertébrés dont les sombres spasmes osseux serpentent des nuages de brume qui recouvrent les caniveaux des cimetières. Une mélodie macabre vient faire rouler ses notes vers la mi-temps, accentuant encore plus les ambiances ténébreuses de "Der Singende Sinus". Des séquences lourdes défont les brouillards métalliques de "Sequenzerliebe" pour tournoyer lourdement avec des résidus de percussions dans un autre pattern de brouillard patibulaire. Le rythme est ambiant, même si les sauts des ions sont vifs, alors que les ambiances sont toujours tétanisantes et glaciales d'effroi. J'ai l'impression de me replonger dans ma mémoire et carrément dans les tombeaux souterrains de Phantasm. "Sonnenstahl" propose une lente introduction remplie de chants de Trolls à l'agonie qui se mettent à courir en suivant le pas de lourdes séquences résonnantes. C'est un bon titre où le rythme se fait plus timide alors que "Herbststurm", de loin le titre le plus puissant de “Toene des Nebels”, conclut cet album avec un rythme soutenu, lourd et très genre film d'actions d'époques médiévales où les Trolls fuyaient la rébellion des archers géants. C'est tout un canevas où l'horreur est à portée, tant des oreilles que de l'imagination qu'elles nourrissent.
Très étonnant comme premier album, ce “Toene des Nebels” de WellenVorm est un rendez-vous pour ceux qui veulent exploiter à fond les infinis chants de brumes qui s'échappent des ectoplasmes. Et là tout devient possible, selon les limites de votre imagination. Une chose est certaine, si les brumes chantaient réellement de cette façon, je ferai des piqueniques tard le soir aux portes des cimetières. Un très bel album. Audacieux et créatif, c'est à l'image des infinies possibilités des équipements de MÉ, tant analogue que numériques. Très bon!

note       Publiée le mardi 6 octobre 2015

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Toene des Nebels" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Toene des Nebels".

notes

Note moyenne        1 vote

Connectez-vous ajouter une note sur "Toene des Nebels".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Toene des Nebels".