Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTTanz Mein Herz › Territory

Tanz Mein Herz › Territory

lp | 2 titres | 22:23 min

  • 1 Face A [10:21]
  • 2 Face B [12:02]

enregistrement

Non renseigné.

line up

Ernest Bergez (tambourin sur 1, percussion sur 2), Pierre-vincent Fortunier (violon sur 1, cornemuse sur 2), Guilhem Lacroux (guitare électrique sur 1, lap steel sur 2), Jérémie Sauvage (basse sur 1), Mathieu Tilly (percussion sur 1, générateur de fréquences sur 2), Pierre Bujeau (guitare électrique sur 1, basse sur 2)

remarques

Disque vinyle 12", à lire en 45t. Pochette peinte au pinceau, à la bombe, et sérigraphiée.

chronique

"Danse mon cœur" ; tourne, ma tête, élève toi encore un peu plus au-dessus du sol, des vapeurs qu’il émane, plus haut que la poussière que soulèvent nos pieds ; bougez, tous mes membres, rappelez vous, tous, que je suis vous et que vous êtes moi, qu’on n’a pas à chercher plus loin, hors la peau, ce que nos éducateurs, nos gardiens séniles avaient appelé âme ; ce que nos poètes voulaient – mais plus justement – pareillement nommer ; ce que les donneurs d’aubades, de bals, ont toujours cherché à mouvoir. Plus loin que nos peaux, il y a l’air et des solides, des ondes. Tout près, il y a d’autres corps danseurs… La musique de Tanz Mein Herz est flottante. Pas dans le vague, cependant. Sans limites tracées, dites d’avance. D’ailleurs dans ce disque ci aussi – comme dans quelques autres, rares, où ça ne fait pas passe-passe, excuse, escamotage – on entre comme si on arrivait en plein dans l’événement en train de se faire, de se continuer… On dirait que l’aiguille, sur le vinyle, rattrape, en une fraction d’instant, ce qui déjà survenait avant qu’elle s’y pose. C’est un monde, et le monde n’attend pas que tous, que quiconque y soit, avant de se commencer. Ce sont deux morceaux en flux, en pulsations libres. En motifs serrés, qui sans arrêt se répètent ; mais ne se dupliquent pas comme un canevas trop raide – qui à la place étendent leur espace, nous agrandissent leur dimension, à mesure. Musique intoxicante mais qui n’assomme pas. Je trouve même à ces deux plages – j’y retrouve l’impression du concert où je les avais entendu, une partie de ceux-là et d’autres, sous ce nom – une légèreté qui fait toute sa force lévitante, enlevante. Une douceur – dans les textures, les filées, le nuageux des effets qui enveloppent sans rien étouffer. Cette machine-ci – machine à rythme, disais-je ailleurs du groupe Toad... deux hommes sont en commun, d’ailleurs, de ceux-ci à ceux-là – n’est pas frénésie mais étourdissement qui se dilate et gagne en s’insufflant lentement, pas insidieusement mais comme incidemment. C’est un autre mode, une autre circonstance. Il n’y pas de répertoire, peut-être – mais ceux qui jouent sont familiers de ceux là, de leurs dessins, de leurs régimes. Qu’on se rende compte : il y a là Guilhem Lacroux et Pierre-Vincent Fortunier – de Toad et de La Baracande, donc, entre autres, du collectif La Nóvia ; et puis Ernest Bergez, alias Sourdure, l’Auvergnat de Lyon qui trimbale ses histoires, ses espaces habités ; aussi… Matthieu Tilly et Jérémie Sauvage, soient la section rythmique de France, ces insensés tourneurs sur une seule note et un battement bouclé… Ce n’est pas tout à fait la même obsession, pourtant, là, la même obstination. Il y a parenté, bien-sûr, avec ces groupes cités, ces projets, ces autres rencontres et unités, êtres ensembles ou seuls. Mais ils charrient autre chose. Une sorte d’Afrique, on pourrait penser, aux mélodies roulées qui semblent presque sorties d’un balafon. Comme une sorte d’Orient, gnawa, soufi, ou bien plus loin, dans d’autres lieux tranquilles, cachés mais peuplés. Un territoire – c’est le titre – inventé mais pas fictif. Surtout pas "de la world". Un folklore – comme souvent avec eux ; mais détaché cette fois de tout souci de montrer clairement "racines", il me semble – qui se crée pour l’enceinte où ils prennent place, où ceux venus là viennent s’assembler, autours. Douceur, oui, de ce son… Mais forte et puissante poussée, progressive sous ses airs d’immobile. Liqueur fruitée, sarabande odorante qui prend comme au ralenti, volupté qui se déploie et nous ouvre avec elle. Voilà du ravissement. Bonheur inespéré : cet objet n’en est pas que la trace. Il vit entre nos murs, posé aux bonnes heures sur les plateaux adéquats. Ses deux faces, bien sûr – avec leur vitesse distincte, chacune, quoi qu'en dise le chiffre inchangé, de l'une à l'autre, quant au réglage de la platine –, ne filent, ne se dévident pas sur les mêmes durées qu’ils étirent et tissent, en direct. Ces minutes restent aussi poreuses, aussi pleines, aussi – paradoxalement si on veut ; transitoirement, plutôt, puisque leur vocation est que tout ne fasse qu’y passer, y bouge, traverse. Cette tête de cheval est magnifique, dans son halo violet-rosé. On voit, à s’approcher, on explore de l’œil sa matière pointilliste, gouttes vaporisées. On en sent sous le doigt l’épaisseur, le relief. On distingue les surfaces et les volumes que la brosse a tracés. L’image paraît en vie – on sait pertinemment, bien sûr, qu’elle ne va pas quitter, s’incarner depuis sa surface. On ne croira pas que ce pas là – lacé, lancé à même la terre, au-dessus d’elle – serait geste sans profondeur.

note       Publiée le samedi 3 octobre 2015

partagez 'Territory' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Territory"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Territory".

ajoutez une note sur : "Territory"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Territory".

ajoutez un commentaire sur : "Territory"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Territory".

Dioneo › jeudi 16 mars 2017 - 21:28  message privé !
avatar

Ils sont en forme en ce moment... (Le concert d'hier soir à Grrrnd Zéro était bien bien perchant, aussi, encore plus que la fois d'avant, j'ai trouvé).

Note donnée au disque :       
Klarinetthor › dimanche 21 février 2016 - 15:53  message privé !

J'ai eu la chance de tomber sur un exemplaire outre-Manche deja revendu par son proprietaire. Extraordinaire et inclassable.

Note donnée au disque :       
Horn Abboth › mardi 1 décembre 2015 - 00:55  message privé !

C'est noté dans mon agenda au fluo depuis un certains temps !

Dioneo › lundi 30 novembre 2015 - 20:15  message privé !
avatar

En tournée le mois prochain : 10/12 Montreuil (93) Les Instants Chavirés ; 11/12 St.Pierre Les Corps (37) La Morinerie ; 13/12 Cherbourg (50) Prisma ; 14/12 Lille (59) CCL ; 15/12 Bruxelles (10) Rumsteak ; 16/12 Liège (40) tbc ; 17/12 Bruxelles (10) tbc ; 18/12 Mulheim (45) Makroscope ; 19/12 Stuttgart (70) TAUT.

(Franchement.

Allez-y, hein).

Note donnée au disque :