Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesAArcturus › Arcturian

Arcturus › Arcturian

cd | 10 titres | 48:08 min

  • 1 The Arcturian sign [05:08]
  • 2 Crashland [04:08]
  • 3 Angst [04:26]
  • 4 Warp [03:51]
  • 5 Game over [05:57]
  • 6 Demon [03:27]
  • 7 Pale [05:10]
  • 8 The journey [04:14]
  • 9 Archer [05:36]
  • 10 Bane [05:50]

enregistrement

Enregistré entre 2010 et 2014 au Molla

line up

Hellhammer (batterie), Vortex (ICS Vortex) (chant), Mollarn (guitares), Skoll (basse), Sverd (claviers)

Musiciens additionnels : Sebastian Grouchot (violon), Twistex (sons, basse, synthés), Atle Pakusch Gundersen (gong [2, 10])

chronique

Styles
metal
metal atmosphérique
metal extrême
progressif
Styles personnels
futuriste, spatial et aérien

Aaaaaahhh Arcturus... Voilà un super-groupe qui a toujours été à l'avant-garde dans tout ce qu'ils ont entrepris. Plus de 25 ans d'existence, entrecoupés de périodes d'hibernation. Arcturus n'a jamais été un véritable groupe mais plutôt un projet musical avec des musiciens de divers horizons. Presque chacune des sorties d'Arcturus amenait son lot de surprises et de renouvellement. Et il faut bien l'avouer, le niveau a très souvent été extrêmement élevé. En 2015, cela faisait 10 ans que leur précédent disque, "Sideshow symphonies", était sorti. Aussi, voir réapparaître ce nom, avec l'annonce d'un nouveau disque ne pouvait que me réjouir. Vu le temps passé depuis leur précédente production, je m'attendais à un disque novateur et foncièrement différent de ce qu'ils nous avaient proposé jusqu'à présent. Il faut bien aussi ajouter que chacun des 4 albums qu'ils avaient sortis avait sa propre identité. Ce nouvel album, "Arcturian", est étonnement très proche de "Sideshow symphonies". Au-delà même de l'aspect musical, il y a une chose qui me gêne un peu, c'est de voir Arcturus devenir presque un groupe comme les autres. Peut-être ai-je une trop grande exigence envers eux, mais j'ai toujours considéré que ce groupe ne recherchait qu'à évoluer et à proposer de nouveaux univers avec des résultats incroyables ("The sham mirrors" reste pour moi un tour de force extraordinaire). Avec "Arcturian", on ressent directement le style Arcturus, ce metal moderne futuriste et spatial. Alors certes, il contient bien plus d'éléments electro que son prédécesseur ("Demon" est un titre exclusivement electro et il ne s'agit en aucun cas d'un intermède mais d'un véritable morceau), mais il reste dans la même veine, avec le même genre d'arrangements, d'ambiance et d'évolutions dans chacun des titres. Alors certes, c'est pas mauvais. Vortex est un excellent chanteur, dans tous les registres possibles. On a même un retour au black metal des débuts même si le rendu est très moderne. Le groupe nage toujours dans cette mouvance space avec ce claviers toujours extrêmement présent et qui constitue en une sorte de marque de fabrique de la formation. Je dirais même que le groupe se rapproche maintenant énormément d'un Pink Floyd moderne avec des parties calmes et aériennes rappelant les travaux des anglais au milieu des années 70, "Archer" en est un exemple frappant. Mais deux choses me dérangent beaucoup ici. D'une part, la production est mauvaise, presque affreuse par moment. Les guitares sont quasiment absentes et n'ont aucune consistance. Le mix est nul ! "Bane" est un pur massacre sur ce plan, le claviers et la batterie sont trop mis en avant et le résultat est loupé. L'album manque véritablement de pêche. Et pour un style si moderne, c'est vraiment problématique. Il y a beaucoup de parties electro et avec ce son si plat, le résultat est moche. Deuxième chose, l'inspiration. Là, on est très loin de la créativité des trois premiers albums, il y a peu d'évolution et de diversité dans la construction des morceaux. Ici, la recherche se situe plus au niveau des atmosphères parfois un peu plus feutrées et encore plus aériennes, avec notamment l'utilisation d'instruments à cordes. Un titre comme "The journey" aurait gagné à être plus travaillé parce qu'il partait sur de bonnes idées, hélas mal exploitées. L'album n'est pas non plus loupé, il y a de bonnes choses, le titre d'ouverture, "The Arcturian sign" est sympa, "Angst" est certainement le morceau que j'aime le plus et qui aurait sans problème pu apparaître sur l'album précédent, tout comme "Archer" avec son superbe lead de guitare. Mais dans l'ensemble, je reste un peu déçu. L'album s'écoute bien, sans trop de difficultés, mais peu de choses ressortent véritablement. Arcturus nous avait habitué à un tel niveau de composition que cet "Arcturian" me semble un peu fade. Je reste un peu sur ma faim avec cette cuvée 2015 de la formation.

note       Publiée le samedi 19 septembre 2015

partagez 'Arcturian' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Arcturian"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Arcturian".

ajoutez une note sur : "Arcturian"

Note moyenne :        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Arcturian".

ajoutez un commentaire sur : "Arcturian"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Arcturian".

Powaviolenza › samedi 12 décembre 2015 - 17:48  message privé !
avatar

Un de mes albums de l'année ! Mis beaucoup de temps à l'apprécier à sa juste valeur. J'le kiffe. En particulier la deuxième moitié.

Note donnée au disque :       
Sigur_Langföl › vendredi 4 décembre 2015 - 19:46  message privé !

Mais c'est pas mal du tout en fait. Bon après, prenez ce comm' avec des pincettes parce que j'ai jamais été foutu de passer les préliminaires avec Arcturus. Le côté paillette, ça m'a toujours fait bander mou.

Mais là pour le coup, les guitares en retrait, le côté grandiloquent qui transparaît moins et ces atmosphères plus feutrées, c'est pas pour me déplaire. Sans compter les arrangements toujours aussi bon et les qualités vocales d'ICS Vortex. Très sympa.

Après j'imagine bien la déception pour les fans de la grande époque, mais l'idée qu'Arcturus lorgne de plus en plus vers des atmosphères et une noirceur digne de Secret Chiefs 3, ça me laisse songeur quand à l'avenir du groupe. Un album de transition, peut-être? Evolution certaine en tout cas. Mais en filigrane.

Une oxymore, cet album. Le même genre de sensation qu'avec Into the Pandemonium de Celtic Frost. Un Caravage doucereux.

necroproject › vendredi 4 décembre 2015 - 13:15  message privé !

Je trouve la note un peu sévère pour un album de mon point de vue bien plus écoutable que la masquerade infernale et moins kitsch que The Sham Mirror. Une très bonne surprise dans le petit monde du métal 2015.

Quant à la critique concernant la production, je ne la trouve pas pire que sur les précédents... Elle n'a jamais été un point fort de ce groupe.