Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesYYob › The Unreal Never Lived

Yob › The Unreal Never Lived

cd | 4 titres | 51:48 min

  • 1 Quantum Mystic [10:58]
  • 2 Grasping Air [09:02]
  • 3 Kosmos [10:25]
  • 4 The Mental Tyrant [21:23]

enregistrement

Enregistré par Keff Olsen au Dogwood Recordings, mars-avril 2005. Mixé et masterisé par Billy Barnett et Mike S. au Gung Ho Studio, avril 2005.

line up

Mike Scheidt ([Mike S.] voix, guitare), Isamu (basse, voix), Travis (batterie).

remarques

Réédition vinyle en 2012 par Metal Blade.

chronique

Styles
metal extrême
doom metal
Styles personnels
mystic doom

Yob c'est le champion du yoga doom - il parait que yob veut dire "loubard" en argot, mais ici chez nous ça veut dire "gros gourou du metal". Pourquoi ? Une des raisons, la voici : ce disque qui, pour mon humble opinion de jeune-disciple-moins-que-rien-chut-je-fais-trop-de-bruit-lundi-matin est un des chefs d'oeuvre du Mike Scheidt band. Vous retrouverez sur cet album ce qu'on aime dans ce groupe : une pochette kitschou, un titre bouddhique, taoïste ou hindouiste genre Mike Scheidt a dit : "l'irréel n'a jamais vécu", vous commenterez cette sentence du Tchouang Tseu moderne qui ressemble (vocalement au moins) à Ozzy jeune avec la barbe, et, j'oubliais, vous avez trois heures. Le disque se termine sur des mantras qui je l'espère nous veulent du bien. Le disque commence par une explosion un peu comme lorsqu'on ferme les yeux après avoir trop forcé, la nuit (oui ces flashs là, qui prennent à l'improviste, blaaam !). Entre les deux vous aurez au choix : grosses montées rock and doom avec une voix un peu pincée, comme si Dave Mustaine chantait dans Black Sabbath, des morceaux longs mais qui passent comme une purée trop rincée d'eau au fond du gosier, des envolées lyriques, des passages instrumentaux parfois très longs et tourbillonants, et prise de bide et gros coup de coude dans le chakra, des moments d'une poignitude infernale à faire tomber la larmichette du bûcheron mystique amateur de physique quantique qui est en vous... enfin, tout simplement, le groupe est ici d'une justesse de composition et d'interprétation incroyablement fine, complexe, puissante, magnifique. Encore une fois, ne vous laissez pas avoir par les illustrations des CDs : j'ai comme l'impression que plus elles sont moches chez Yob et plus le contenu est bon. Le disque du groupe à détenir, à mon humble avis d'écrivant-du-web-qui-fait-des-compte-rendus-d'avatars-d'avalokiteshvara, le presque dernier Grand Cru, juste avant le dernier Grand Hoquet "The Great Cessation" et la lente dissolution de l'atma du groupe dans l'anatma de mes goûts de petit amateur de rien du tout.

note       Publiée le lundi 31 août 2015

Dans le même esprit, Rastignac vous recommande...

partagez 'The Unreal Never Lived' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "The Unreal Never Lived"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "The Unreal Never Lived".

ajoutez une note sur : "The Unreal Never Lived"

Note moyenne :        6 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The Unreal Never Lived".

ajoutez un commentaire sur : "The Unreal Never Lived"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The Unreal Never Lived".

Hallu › mardi 1 septembre 2015 - 21:24  message privé !

On trouve la réponse dans une interview : "Actually, the name YOB originally came from a Chuck Jones space cartoon in the 1950s. It was the name the Martians called this Earth-child. It's "boy" backwards. Also, it's something ambiguous, and it's a name we can grow into and out of. It doesn't trap us in some certain style, or pigeonhole us, like say, the name "Dead", or "Poodle", or what- ever. (Laughs) We didn't find out all the other connotations of the name until after we'd had the name too long to change it! In England, "yob"'s been a down for a long time towards punks, and in Russia, "yob" means "fucked", so it works for that too! Boys, punks, fucked...yeah, it's all true at one time or another."

Note donnée au disque :       
Rastignac › mardi 1 septembre 2015 - 12:29  message privé !
avatar

@hallu : oui, j'étais pas sûr de l'étymologie du mot. Me demande si ça veut pas dire encore autre chose, un homonyme quoi. @born to gulo : moi j'aime pas atma (sur le ton de schtroumph grognon) :)

Note donnée au disque :       
Hallu › mardi 1 septembre 2015 - 11:14  message privé !

Je l'aimais beaucoup lors de sa sortie puis il s'est essoufflé bien vite, je ne l'écoute plus du tout, trop linéaire, prévisible. Sinon "Yob" c'est avant tout du UK English, tout comme "Yobbo", et c'est un gros beauf, un gros lourd. Les américains ne l'utilisent pas du tout.

Note donnée au disque :       
born to gulo › mardi 1 septembre 2015 - 07:59  message privé !

J'aime beaucoup Atma, sur lequel tu as passé ton tour de faire des calembours acrobatiques sur Gandhi ?

Chris › lundi 31 août 2015 - 16:23  message privé !
avatar

Pas leur meilleur pour ma part, mais ça reste quand même du lourd !

Note donnée au disque :