Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesWWumpscut › Fuckit

Wumpscut › Fuckit

cd • 12 titres

  • 1Schlechter Mensch 0:44
  • 2The Boo 4:19
  • 3Fuckit 3:20
  • 4Cut To See How Much I Bleed 3:34
  • 5Achtung, Menschen 3:27
  • 6Autophagy Day 3:43
  • 7Pooch 4:54
  • 8Leichenteilchen 3:34
  • 9Broken 5:47
  • 10Bloodbathing Tub 4:12
  • 11Rumpelkammer 3:55
  • 12Gulag 3:54

extraits audio

  • Il y a des extraits audio pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

line up

Rudy R.

remarques

Existe aussi en LP et édition 2 x CD limitée.

chronique

Et pan dans ta gueule. On peut dire ca de l'album, comme du tueur finnois Matti Saari dont le pseudonyme Wumpscut86 a remis le projet au devant des médias sensationalistes fin 2008. :Wumpscut: c'est le nouveau Marilyn Manson, cette musique infernale qui bourre nos têtes blondes d'idées meurtrières. Et comme toute publicité est bonne à prendre, c'est sur ce sujet que s'ouvre l'intro de Fuckit, grâce à un judicieux extrait de journal télévisé. Fuckit, c'est aussi – et enfin – le premier album post-1997 sur lequel on ne se force pas. 'The Boo' et le morceau éponyme justifient à eux seuls l'achat de cet album; ils prouvent enfin que cette andouille de Rudy n'a vraiment besoin que d'inspiration puisque les éléments formels ne sont pas fondamentalement différents de ce qu'il sort d'habitude. 'The Boo', donc, lui aurait été inspiré par la modèle (et fan) de la pochette; elle touche à l'inceste d'un père sur sa fille et dégage déjà une ambiance de malade bien que musicalement assez calme. Le mélange de synthé non traité, violons et cadence syncopée fait mouche. Arrive le hit 'Fuckit' à s'esgourder bien fort ; lui aussi soufflé par ladite inspiratrice que l'on remerciera bien chaleureusement. 'Cut To See How Much I Bleed' fait office de ballade plutôt entraînante, suivi d'un 'Achtung Menschen' à l'arpeggio qui fleure bon le vieux Velvet Acid Christ. Bien entendu la musique a pris un tournant plus soft que les pavés bétonnés des débuts mais ne nous privons pas maintenant que cela fonctionne. Vient le duo 'Autophagy Day' et 'Pooch' ; le premier est lourd et lent mais écrasant (ce qui n'est pas sans rappeler 'And Life Goes On' sur Bone Peeler) et le second, plus catchy, peut se vanter d'avoir les paroles les plus bizarres de l'album : "When you treat me like a pooch / Better watch your step / When you kick me like a pooch / Better look ahead / Remember that a pooch / Has an origin / Remember that a pooch / Has a wolf within". On arrive à la seconde partie, ce qui est toujours laborieux chez :Wumpscut:, retenons néanmoins 'Broken' et 'Bloodbathing Tub' ; ou comment dancer sur du clavecin tout en criant "Bloodbath! Bloodbath!". Les quelques titres de remplissages, au nombre réduit, ressemblent à des chutes de Schädling dont les ambiances étaient le point fort. On se retrouve avec le meilleur album de la période "soft" de Rudy, qui sait encore bien mordre même avec les canines émoussées. 4,5/6

note       Publiée le dimanche 2 août 2015

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Fuckit".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Fuckit".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Fuckit".

Wotzenknecht › jeudi 6 août 2015 - 20:09  message privé !
avatar

Ca dépend, ya encore le prince albert ?

Note donnée au disque :       
born to gulo › jeudi 6 août 2015 - 15:59  message privé !

On peut aussi me sucer, je suis sans gluten - du coup, ça n'a aucun effet prouvé sur la santé, mais en tous cas c'est la saison, profitons en par principe avant qu'elle ne passe.

Wotzenknecht › mercredi 5 août 2015 - 19:31  message privé !
avatar

Remercions le gulo aussi, puisque c'est la saison

Note donnée au disque :