Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSkunk Anansie › Post Orgasmic Chill

Skunk Anansie › Post Orgasmic Chill

  • 1999 - Virgin, CDV 2881 (1 cd)

détail des votes

Membre Note Date
Seijitsu      lundi 3 février 2020 - 11:25
Raven      dimanche 2 février 2020 - 01:34

cd | 12 titres | 50:51 min

  • 1 Charlie Big Potato
  • 2 On My Hotel T.V.
  • 3 We Don't Need Who You Think You Are
  • 4 Tracy's Flaw
  • 5 The Skank Heads
  • 6 Lately
  • 7 Secretly
  • 8 Good things don't always come to you
  • 9 Cheap honesty
  • 10 You'll follow me down
  • 11 And this is nothing that I thought I had
  • 12 I'm not afraid

line up

Skin (chant, thérémine, vibraphone), Cass (basses, programmation), Ace (guitares), Mark Richardson (batterie, percussions)

Musiciens additionnels : Wil Malone (cordes, arrangement, ched d'orchestre)

chronique

Post Orgasmic Chill, mouais, allez... Fais péter, gros. Disque dans son écrin plus Cranberries, avec sa pochette de poseurs assez révélatrice d'un embourgeoisement de la colère fémino-chauve, qui virait déjà très variété sur le précédent... Comme si le groupe était posé pépouze, à attendre que le flouze pleuve, dans un décor entre une scène de Heat et un catalogue Ikea. La pochette est toujours un élément crucial concernant un disque ; ne croyez surtout pas les gens qui disent le contraire, ce sont des reptiliens. Alors, ce troisième Skunk An' ? J'en retiens surtout son tube puta-classieux et lyrique, bien galvanisant dans le genre rock pour gros gamos : "Charlie Big Potato", avec son intro jungle qui se fait péter le coccyx par la batterie, son riff syncopatate, et ses violons agréablement en trop (c'était ça la fin des années 90 : "Frozen" de Madonna, le trip-hop lounge, "La nuit je mens" ou "Home" de Martin Gore, etc, fallait qu'ils ajoutent des effets classicos décomplexés comme au temps de la pop symphonique). Ce titre est ce que Skunk Anansie a fait de mieux, en fait, avec la sensibilité Led Zep' de ses zicos et le calibrage mesuré de ses techos, double-lecture et refrain épique. Si j'avais une voiture et si j'étais un homme invisible, deux conditions qui rivalisent d'improbabilité, j'ferais comme Kevin Salami dans Hollow Man, tiens, quand il fout ce titre dans l'autoradio pour mieux kiffer son super-pouvoir tout frais tout neuf en headbanguant sous son hoodie (puisque c'est ce Verhoeven qui me l'a fait découvrir, à sa sortie). C'est p't'être aussi sombre et expérimental que "L'Envie" de Johnny, mais ça me hélitreuille les chakras tout pareil, pis question effet sonique ça fesse proprement les baffles, et ces salopes en ont bien besoin pour ne pas perdre de leur tonus. Passé ce climax d'entrée, quelques bons moments mais trop peu de tangible, de matière. Je note une dose généreuse d'énergie pour pas que la sauce retombe, mais stérile ("On my hotel T.V."), un solo de guitare façon Era (sur la poussive "Secretly"), et surtout un peu trop de soulful-soupe ("Tracy's Flaw", "Lately", "You'll follow me down", "I'm not afraid"...) Post Orgasmic Chill a cette envie déchirée de puissance et d'apaisement, mais est surtout fidèle à son titre, il a ces riffs raréfiés qui picotent encore pour réveiller, et toujours cette volonté d'exprimer sa rage par à-coups, mais noyés dans ce marigot de mélancolie fadasse. M'bref, dans le genre chant du cygneau (comment ça ce groupe a pas splitté après l'an 2000 ???), ce dernier album est plutôt la mi-molle, en dehors de trois titres - ma choute "Charlie Big Potato", la puissante "Good Things Don't Always Come to You", et dans une moindre mesure "We Don't Need Who You Think You Are" - je retiens jamais rien de probant (et y a même ce "And this is nothing..." qui me les brise menu, comme "Milk is my Sugar" sur le précédent). Et puis Skin, malgré un talent et un charisme indéniables, est assez vite usante... On aurait dû la présenter à Cookie Dingler, tiens : je suis à peu près sûr qu'il aurait remanié les paroles de son tube.

note       Publiée le dimanche 2 février 2020

partagez 'Post Orgasmic Chill' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Post Orgasmic Chill"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Post Orgasmic Chill".

ajoutez une note sur : "Post Orgasmic Chill"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Post Orgasmic Chill".

ajoutez un commentaire sur : "Post Orgasmic Chill"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Post Orgasmic Chill".

torquemada › dimanche 2 février 2020 - 11:31  message privé !

Effectivement on dirait le canapé des Cranberries !

(N°6) › dimanche 2 février 2020 - 01:53  message privé !
avatar

Ah ben voilà oui, pour moi Skunk Anansie c'est Charlie Big Potato (j'avais jamais tilté sur le titre du morceau avant) et puis c'est marre. C'est vrai qu'il y avait eu un retour des cordes dans ses années là... La pochette sent clairement le trip-hop fin de siècle, genre loungé à la Archive.