Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTTerminal Cheesecake › Angels In Pigtails

Terminal Cheesecake › Angels In Pigtails

lp | 11 titres | 43:08 min

  • A
  • 1 Chrome [1:57]
  • 2 Unhealing Wound [5:14]
  • 3 Pony Girl Pt. 1 [1:33]
  • 4 Blow Hound [5:35]
  • 5 Turkish Glass [3:58]
  • 6 Pony Girl Pt. 2 [2:38]
  • B
  • 7 Hello Skinny [Reprise des Residents] [4:51]
  • 8 Inbred 73 [3:14]
  • 9 Track 9 (i)NF Kennedy (ii) Kennephant Man (iii) Head of Nigel [4:07]
  • 10 Stinky Beads [6:07]
  • 11 Pony Boy [3:57]

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Enregistré, mixé et produit par Rudy et T. Cheesecake à H.ARK.
Artwork : The Pathological Puppy

line up

Russell Smith (guitares, samples), Gary Boniface (voix, basse, samples), Joe Whitney (batterie, percussions, cithare), Gordon Watson (basse, guitare acoustique)

remarques

Sur la version CD, tout le disque se déroule en une seule et même piste, rendant impossible l'indexation des chansons.

chronique

Styles
ovni inclassable
psychédélique
noise rock
Styles personnels
cauchemar introspectif

Tu pensais que le Cheesecake en avait fini avec toi ? Qu’après avoir été tabassé par les gros bras de Johnny, puis cuisiné au Valium, tu pourrais rentrer à ta maison avec une simple barre au crane et les membres engourdis ? Attends voir, ils t’ont gardé un petit cadeau pour la suite, un spécialement préparé avec le cœur ("le cœur de qui ? mais nan, c’est une expression !")… Allez, fais pas ton timide, ouvre donc pour voir… Et que tout de suite, ça rengaine avec un bon gros ‘Chrome’ bien senti, une mandale parfaite, calibrée bien comme il faut. Un assaut de deux minutes qui fait voler en éclat toute défense auditive, toute défense physique, même. Maintenant, que ta boite crânienne a été défoncée et que la cervelle est mise à nu, on va pouvoir s’amuser à trifouiller au plus profond de ton imagination. 'Unhealing Wound' pose l’ambiance, le son. Il sera d’une profondeur psychédélique à faire vomir, guitares, basse et batterie réverbérées à l’extrême, et surtout Gary Boniface qui hurle tellement fort depuis son hyperespace que seul l’écho de sa voix arrive à un volume vertigineux. Tsunami sonore dégueulasse. Ça y est, tu viens de comprendre ? ta tête est plantée dans ton propre abdomen, il reste juste à y plonger tout entier afin de rencontrer les monstres qui te squattent dans une énorme rave party, une grande fête à la gloire de tes entrailles en ébullition. Des freaks en tout genre. Des mutants mi-enfants, mi-poney, des zombies à tête de président, des poules-au-pot encore vivantes, des souffleurs de verre aux yeux rouges et des cerbères extra terrestres. Blow Hound. Rebelote, le groupe prend son temps cette fois, il joue avec l’adrénaline. Ton cœur bat de manière irrégulière, mais quand ça s’emballe dans la cage thoracique, c’est la panique. Une horreur latente qui prend des ampleurs de monument lorsqu’elle révèle son vrai visage. Au milieu de ce carnaval méandreux, une reprise de Hello Skinny pouvait laisser imaginer un instant des plus mortifères… point du tout, le groupe la jouera avec une joie revêche. C’en devient même une barre d’énergie pour entamer la deuxième face, parce qu’elle te fera pas de cadeau non plus. ‘Inbred 73’ est plutôt cool avec son riff à réveiller les morts, mais c’est moins dansant quand ils se mettent à avoir faim… Et puis voilà sur la terrible neuvième piste, tu peux voir arriver leur mascotte, le plus horrible d’entre tous. Les guitares sont remplacées par de grotesques samples de violon, et quand l’angoisse a enfin envahi la totalité du corps, et que les cris de ce Boniface retentissent de plus belle, tu es tétanisé. Chaque salve fait vibrer toute ta carcasse, et tu auras l’honneur de voir petit à petit tes os se briser et organes se déchirer… Au moment de rouvrir les yeux, toute cette immonde parade sera partie, et tu pourras enfin profiter un peu du calme pour te mouvoir au ralenti dans tes propres restes décharnés… ça y est, tu es devenu l’un eux, mon petit Pony Boy.

note       Publiée le jeudi 9 juillet 2015

partagez 'Angels In Pigtails' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Angels In Pigtails"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Angels In Pigtails".

ajoutez une note sur : "Angels In Pigtails"

Note moyenne :        5 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Angels In Pigtails".

ajoutez un commentaire sur : "Angels In Pigtails"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Angels In Pigtails".

Klarinetthor › jeudi 20 octobre 2016 - 21:10  message privé !

et un bel article recapitulatif sur le groupe: http://www.sunburnsout.com/loco-pop...

Note donnée au disque :       
Klarinetthor › mardi 16 août 2016 - 17:08  message privé !
Note donnée au disque :       
Klarinetthor › mardi 16 août 2016 - 14:49  message privé !

Moi non plus je le connaissais pas; c'est marrant ce contraste entre le son qui arrache bien et ces blagues bon-enfant (hum), a base de jouets, de Nigel Kennedy, sur les Residents (en fait ils voulaient juste emprunter les paroles?)

Note donnée au disque :       
Dioneo › mardi 23 février 2016 - 19:15  message privé !
avatar

Je me réécoute ça, tiens - vraiment pas celui que je connais le mieux. Clair que le morceau Chrome est une bonne grosse scharklerie, d'emblée ! Et que la branlée n'en reste pas là, loin de là. Gros gros trip pas doux du tout, ouais, celui-là. L'impression d'être bloqué en haut de défonce et pour douze heures dans un mashup grotesquement réussi du Planet Gong de 1977 et des coups de parano méchamment et lourdement cognés de Godflesh ou Scorn. Foutu coup de pression outrageusement foncedé, ouep. (Et l'enchaînement Inbred 73 => cette piste 9 orchestralement malade... Atteints, les gars, c'est sûr).

Damodafoca › jeudi 9 juillet 2015 - 15:33  message privé !

Super label, oué. Sauf niveau visu, beaucoup de mocheté.