Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesKKonstrukcija › Konstrukcija

Konstrukcija › Konstrukcija

lp • 9 titres

  • 1Haltura Eiropa
  • 2Nākotnes Arhitektūra
  • 3Trans-Emigrant-Ekspresis
  • 4Jaunceltne
  • 5Vanšu Tilts
  • 6Ātrāk Par Gaismu
  • 7Reklāmas
  • 8Elektro Lampa
  • 9Polaroid/Roman/Photo

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

line up

Stropu Jurka, Gatis Druvaskalns

remarques

chronique

À l’approche des vacances d’été, pourquoi ne pas s’offrir un peu de tourisme musical ? À l’Est par exemple, dans un coin dont on entend peu parler musicalement, la Lettonie. C’est une fois encore le label français Brouillard Définitif qu’on trouve à la base de cette (re)découverte plutôt étrange. Jugez plutôt, Stropu Jurka et Gatis Druvaskalns, deux musiciens connus dans leur pays pour leur participation à divers projets (dont j’ignore tout, je dois bien l’admettre) décident de travailler ensemble suite à l’achat commun d’un Casio MT-40 acquis pour la modique somme de 5 euros ! Pour les deux compères cependant, l’idée était surtout de se faire plaisir en écrivant des petits morceaux à jouer éventuellement pour des amis. Jusqu’à ce que deux labels, Les Sons Paranormaux et Brouillard Définitif n’unissent leurs forces pour en faire un vrai album, composé d’anciennes pièces et de nouveautés. On imagine aisément le disque servir de bande-son à un film d’art et d’essai soviétique en noir et blanc tant la totalité des compositions parait évoluer dans une forme d’apesanteur cotonneuse, froide. L’ajout des voix dépersonnalisées, robotiques, ajoute à ce sentiment désincarné et réveillera le spectre de Kraftwerk mais dans une formule plus minimale. Le propos oscille entre fluidité hypnotique (‘Nākotnes Arhitektūra’) et des sonorités moins confortables (‘Trans-Emigrant-Ekspresis’), la constante résidant dans une approche de travail direct, sans effets ni overdubs superflus. Et ça fonctionne, cette collection savoureuse tire le meilleur de son approche minimaliste pour nous plonger dans une forme de transe hivernale bercée par des beats secs réduits à l’essentiel, des tas de petits bruits électroniques et des nappes synthétiques froides mais envoûtantes. On ferme les paupières pour se retrouver immobiles à la lueur vacillante d’un néon foireux, sur une zone industrielle en friche, dans les couloirs taggés d’un bâtiment de béton à l’abandon... Le duo surprend même en nous offrant en guise de final une reprise des Français de Ruth plutôt étonnante et réussite, un poil plus rapide que l’original. En fait, en parlant de vacances, ce disque ne serait-il pas plus adapté à celles d'hiver ? 4,5/6

note       Publiée le samedi 20 juin 2015

Dans le même esprit, Shelleyan aka Twilight vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Konstrukcija".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Konstrukcija".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Konstrukcija".