Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesVLe Verdouble › Le Verdouble

Le Verdouble › Le Verdouble

cdr | 1 titre | 48:23 min

  • 1 Treffieux – 15/05/2013 [48:23]

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Enregistré et mixé par Meriadeg Orgebin.

line up

Yann Gourdon (vielle à roue), Yvan Étienne (vielle à roue, synthétiseur ems)

remarques

CDr, pochette sérigraphiée. Coproduit avec Vibratvacuum. L’intégralité de l’album est en écoute libre depuis la page bandcamp du groupe (voir lien plus haut).

chronique

Pas de mélodies, cette fois, de ritournelles. Aucun mouvement de danse annoncé dans le titre – il n’y en a qu’un, ici, de quarante huit minutes passées. Et j’allais dire : pas de nom qui ferait événement. Au vrai, c’est le contraire : il n’y a que ça ; le nom d’un lieu – Treffieux, Loire Atlantique – et puis une date. Lieu, date, durée… Coordonnées : c’est ça l’événement. C’est le moment. Aussi, j’ai failli dire que Le Verdouble était une version, une vision "extrême" des musiques jouées par tous ces groupes – unités, duos, trios… – du collectif La Nòvia. Le terme ne serait pas tout à fait juste, en ceci qu’il laisserait à supposer, facilement, l’idée d’un trait forcé artificiellement, un… Discours. Or, je ne crois pas. L'approfondissement d'une dimension de cette matière commune, oui, en revanche. Matière : littéralement. Celle qui s’écoule, s’épand, vibre depuis les vielles. Elles sont deux, là. Et puis l’électronique, un synthétiseur analogique, potentiomètres qui là aussi font osciller des fréquences, changer en un instant ou en longue séquence la densité de leur enveloppe, vitesses, concentrations, textures qui sont des jeux de distances, d’orbites, de trajectoires. Musique extrêmement pénétrante, autant qu’immersive. On ne se sait pas si c’est elle qui se dilate, fait ainsi de l’espace, si c’est nous qui y tombons ou y sommes pris, happés, enlevés vers le haut en spirale. Son encore une fois ressenti très physiquement, les mouvements des tensions incroyablement précis, perçus à la fraction de seconde. Je ne sais pas ce qu’Yvan Étienne pense de la transe, s’il la vise, s’il en pense. Yann Gourdon dit quelque part qu’il se méfie du terme… Il n’est pas le seul. Celui-là peut-être un peu "facile", mis à la place d’autre chose. Il y a en tout cas, à mesure que grandit et se meut cette pièce, quelque chose de l’ordre d’une résistance, d’une emprise qui cède, se défait – en même temps, paradoxe ou pas, que ce fameux emportement. Une ivresse puissante et lucide. Conscience pointue, et comme une vue rendue progressivement ou bien soudainement plus vaste – difficile de le dire, tant cette musique, aussi, joue avec l’écoulement du temps, sur lui, en lui – d’un environnement. Il semble qu’il y fasse plus noir – nuit tombée, simplement – mais que pourtant chaque objet y soit comme plus précis, concret… réel, et ainsi appréhendé. C’est une autre "échelle" de ce que tous, jouent – j’entends, encore une fois "ceux de La Nòvia". Échelle qui n’est pas de degrés mais de proportions, de distances immense – portée de vue ; vision encore, et je redis : perception, conscience ; et plongée moléculaire, en plein dans son grain, ses particules, ses masses. Écoute intense, vague stupéfiante mais à la fois, qui n’instille aucune hébétude. La force de cette musique, sans doute, pourrait effrayer, tant elle frappe, touche directement. Sa liberté enchante, et ouvre. Son courant attrape et relâche. "Le Verdouble", au fait… c’est encore un toponyme ; il s’agit cette fois d’une rivière – et je me rends compte que je m'y suis quelques fois baigné, passant non loin de chez l’homme de Tautavel. Étrange familiarité – de hasard ou pas, je ne l’avais jamais soupçonnée. Je l’écoute là d’une presqu’île. Je l’entendrai bientôt à l’aune d’une autre vallée. C’est assez singulier – si ce n’est inexplicable –, que son cour ici gravé trouve partout son lit sans se figer en image.

note       Publiée le dimanche 14 juin 2015

partagez 'Le Verdouble' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Le Verdouble"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Le Verdouble".

ajoutez une note sur : "Le Verdouble"

Note moyenne :        5 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Le Verdouble".

ajoutez un commentaire sur : "Le Verdouble"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Le Verdouble".

Klarinetthor › lundi 5 septembre 2016 - 23:20  message privé !

Amis amateurs de vielle a roue expé, du Verdouble, de Toad, bref de la Novia en deux mots... vous pouvez rajouter ces gaillards-ci dans la playlist: https://soundcloud.com/la-tene

Note donnée au disque :       
Dioneo › jeudi 28 janvier 2016 - 17:35  message privé !
avatar

J'avais vu ça, ouais, aussi... Ça donnerait bien envie d'y aller ! (Mais j'n'ai plus d'amical(e) hébergeuse/eur dans le Un Trois, mouarf...).

Khyber › jeudi 28 janvier 2016 - 17:32  message privé !

…et pour les Marseillais la fête durera 7 jours. Avec concerts, stages et boeufs. http://www.la-novia.fr/evenements.html

Dioneo › jeudi 28 janvier 2016 - 13:45  message privé !
avatar

Pour les Lyonnais et voisins, Le Verdouble la semaine prochaine (vendredi 5 février) au Sonic, sur les quais de Saône, avec Baratte (projet d'un des membres de Super Parquet). V'nez-y...

Dioneo › mardi 6 octobre 2015 - 21:01  message privé !
avatar

Yann Gourdon part en tournée solo... Le jeudi 08/10 à Bruxelles (Point Cultute), le vendredi 09/10 à Liège (Les Brasseurs), le samedi 10/10 à Hagen (Allemagne, au Shiny Toy Festival), le dimanche 11/10 au NZZN Festival à Rotterdam (Pays Bas), le mardi 13/10 au Art Cinema OFFoff à Gand (Belgique), le mercredi 14/10 à Lille (Le CCR) et le jeudi 15/10__ à Londres (Café Otto)... Amis Eurogutsiens... Ben vous gênez pas d'y aller.