Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesAAppalachian Terror Unit › It's far from fucking over

Appalachian Terror Unit › It's far from fucking over

cd • 12 titres

  • 1Armageddon won't be brought by gods...
  • 2Endless bloodshed
  • 3Enslaved
  • 4Another day
  • 5They're all the fucking same
  • 6Bullet and bomb
  • 7Let's take the fight to them
  • 8Sago
  • 9Legalize or die
  • 10Cast aside
  • 11Greenwashing
  • 12Face (final warning)

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

line up

Chris (guitare, chant), Sarah (chant), Matt (basse) Kris (batterie)

remarques

chronique

Styles
punk
crust
Styles personnels
anarcho-punk

Dans notre société capitaliste, le mouvement anarcho-punk aussi marginal soit-il dérange, fait peur. Encore et toujours, les squatteurs sont victimes d’une réputation désastreuse (on s’émeut nettement moins du fait que les promoteurs spéculent en laissant des appartements vides quand tant de gens sont dans la rue ou souffrent de la précarité) alors que dans bien des cas, ils sont les premiers à s’investir socialement et culturellement. Les hippies fleuris d’antan se sont mués en des punks ‘pouilleux’, ‘sales’, aux iroquois agressifs, aux dreadlocks colorées, aux vestes cloutées, qui n’ont pas peur de marteler très fort leur message, un message qui, contrairement aux apparences, se veut avant tout pacifiste, écologiste, égalitaire, anti-raciste, anti-sexiste. ‘Armaggedon won’t be brought by gods but men who think they are…’, comment être plus juste et percutant mais également à contre-courant des banquiers, investisseurs, militaires, politiciens, bref la minorité qui parvient à faire de la majorité un troupeau de moutons ravis de bêler chaque fois qu’ils se font tondre. Mais Appalachian Terror Unit n’ont pas peur de crier très fort pour couvrir le bruit de ces voix néfastes. Pratiquant un crust punk puissant mené par une hurleuse, parfois épaulée par un vocaliste mâle tout aussi revendicatif, le groupe n’a de cesse de dénoncer les désastres écologiques et sociaux-culturels de son pays (les citoyens sans accès aux soins, les débordements policiers, les conditions précaires de certains métiers, l’exploitation du Tiers-Monde…), sur une alternance de passages lourds et d’accélérations dans une pure veine d-beat. Cette compilation au livret riche en textes et illustrations quant à la philosophie de chaque chanson permet de se familiariser avec les valeurs et l’univers du quatuor, lesquels n’ont rien de bien original dans le style mais brillent par leur sincérité et leur efficacité. Seul bémol, la qualité sonore n’est pas exacte selon les extraits et l’on aurait pu souhaiter une meilleure harmonisation générale même si l’ensemble demeure correct. Pour le reste, il y a tout pour plaire aux amateurs du genre ; à titre personnel, j’apprécie d’autant plus d’avoir une femme comme vocalise principale même si madame n’a rien à envier à ses collègues du sexe opposé quant à la fougue et la colère. Le message passera-t-il ? Une chose est certaine, tant qu’il restera des formations de cette trempe pour le hurler, il restera un espoir car l’agressivité de la musique n’est-elle pas à la hauteur des désillusions et les désillusions ne sont-elles pas à la hauteur des attentes quant à un monde meilleur. ‘On ne replante pas une montagne’, clame une ligne du livret ; certes, mais on peut la soulever.

note       Publiée le mercredi 10 juin 2015

Dans le même esprit, Shelleyan aka Twilight vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "It's far from fucking over".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "It's far from fucking over".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "It's far from fucking over".

Klarinetthor › jeudi 11 juin 2015 - 23:55  message privé !

et pourtant Iskra ont l'air de bisounactivistes sur scene (et en dehors), ils sont adorables. C'est pas Discharge question degaine.

Note donnée au disque :       
Shelleyan aka Twilight › jeudi 11 juin 2015 - 23:28  message privé !
avatar

Oulah, Iskra, c'est trop violent pour moi, limite black metal sans le grille-pain

Klarinetthor › jeudi 11 juin 2015 - 00:33  message privé !

Mais non personne n'a peur ni de probleme avec les punks, quelle question. Ils ont juste des gouts particuliers en deco interieure: http://www.breizh-info.com/wp-content/uploads/2015/06/Thamin.jpg http://www.ouest-france.fr/sites/default/files/styles/image-640/public/2015/06/02/ils-ont-entierement-vandalise-la-maison_0.jpg?itok=NFbXvFNT. Il y a des morceaux qui le font mais c'est un peu trop propre et metallique a mon gout. Je prefere Iskra qui ont plus le mojo sur disque.

Note donnée au disque :