Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMGiorgio Moroder › Cat People

Giorgio Moroder › Cat People

cd | 10 titres | 36:49 min

  • 1 Cat People (Putting Out Fire) [David Bowie]
  • 2 The Autopsy
  • 3 Irena's Theme
  • 4 Night Rabbit
  • 5 Leopard Tree Dream
  • 6 Paul's Theme
  • 7 The Myth
  • 8 To The Bridge
  • 9 Transformation Seduction
  • 10 Bring The Pod

line up

Giorgio Moroder (synthétiseur, production, guitare, basse)

Musiciens additionnels : David Bowie (chant sur "Cat People (Putting out fire)), Keith Forsey (batterie, percussions), Lee Sklar (basse), Brian Banks (synthétiseurs, synclavier), Alexandra Brown, Paulette McWilliams, Stephanie Spruill (chœurs), Michael Landau (guitare), Tim May (guitare), Charles Judge (synthétiseurs)

chronique

Pfiou, la fille Kinksi avait un physique assez fascinant dans sa jeunesse, si j'étais de mauvais goût je dirais que je comprends le père, mais hélas cette ordure n'a pas choisi de piller Chopin pour en faire de la pop... Quoiqu'il en soit, voici une B.O. à posséder en vinyle pour le coup. Ô Nastassja, en l'occurence celle qui fait son Hurlements version chats... gros gros chats pas gentils. C'était pas encore la femme qui hantera son homme dans le terrible Paris,Texas. Juste une nana un peu paumée qui zonait au zoo... à ses risques et périls. Et puis pour la musique, ouhla attention, voilà THE moustache certifiée gros producteur à pépettes : on parle du déjà ringard Moroder, ici entre Goblin (late Goblin pour être exact) et Carpenter putasse, loin du "Chase" mais bien collant du synthé comme sur "Transformation Seduction" ou "Bring the prod", deux thèmes moitasses et insalubres comme l'entre-cuisse de Brigitte Lahaie en production (nudiste) avec des sauveteurs et des garagistes (velus). Claviers rouge à lèvres bien gras. Expé-plat aussi, et volontiers ultra-kitschos. Mais il a fait pire. Ceci étant posé, la version crari gothique de "Cat People" du père Bowie est tout de même meilleure que celle de Let's Dance. D'ailleurs Quentin Tarantino est d'accord avec moi il me semble, hein Quentin ? "Yeah I think this cover is just soooo fuckin' great so sick you know so I used it for my nazikillers movie cause I thought it was the perfect song for a woman revenge scene cause it has this wet eighties feeling a true hit gem maaan just feels great and I've got to say tha"OUI, QUENTIN, merci, on a compris... Bah, tu n'as pas tort en même temps : il est vrai que Moroder rend Bowie aussi magnétique que sur sa période berlinoise, avec ses gros synthés putassiers. Un remix bien vénéneux. Le film lié à ce morceau m'a beaucoup troublé... assurément l'une des séries B les plus malsaines des années 80, aussi l'une des plus ridicules, mais Paul Schrader c'est ce scénariste déjà ambivalent devenu un réalisateur très très ambivalent, capable de te sortir un American Gigolo et un Affliction dans une carrière. Un mec assez malsain. Et Cat People reste attaché à ma période séries B qui collent. La musique de Moroder étant dans le plus pur post-disco, avec quelques thèmes bien croûtes ("Leopard Tree Dream", mon dieu...), deux ou trois thèmes qui parviennent à captiver (le début de "Irena's Theme", "The Myth" qui n'est qu'un remix relax de "Cat People", ou "To the bridge", genre de morceau qui doit j'en suis sûr faire mouiller le petit Kavinsky), accrocheurs par pur effet carpenterien. Et pour l'argument gutsien imparable, la courte mais malsaine "Night Rabbit" avec ses gémissements glauques de chez glauques. B.O. larvée, parfois bien envoûtante, particulièrement fainéante aussi, Moroder ayant probablement plus passé de temps à se peigner la moustache comme Savini dans tu-sais-quel-film, qu'à composer. Après si vous aimez ce son de synthés old school, c'est du nanan... Et "Paul's Theme" pouvait servir circa 1982 dans les baladeurs des traders pendant leur jogging, c'tout ce que je dirai à ce sujet... Allez, encore un petit "Putting Out Fire", ce genre de number one song in Hell, hin hin hin, pour les faux rugissements de panthère bien badass et Bowie dans son costume musical le plus Tony Montana (tu remplaces juste "say hello to my little friend" par "gazoline"), pas du tout éloigné de Iggy Pop période The Idiot, même genre de saloperie. Logique en même temps...

note       Publiée le lundi 8 juin 2015

partagez 'Cat People' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Cat People"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Cat People".

ajoutez une note sur : "Cat People"

Note moyenne : Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Cat People".

ajoutez un commentaire sur : "Cat People"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Cat People".

(N°6) › vendredi 16 septembre 2016 - 21:38  message privé !
avatar

Le film est en effet une série B érotico-gore à mille lieux du chef-d'oeuvre de subtilité de Tourneur. D'ailleurs c'est pas dur, alors que dans le fond il n'en reprend que l'idée principale et plus ou moins la configuration des personnages (sauf le fragin interprété portnawak par McDowell qui assure toutes les pires scènes du film), dès qu'il se frotte à Tourneur dans les trois scènes les plus marquante de l'original, il se foire totalement. A côté de ça, c'est vraiment pas mal si on met de côté le grotesque total d'une partie du film, Kinski a vraiment quelque chose de magnétique et fragile (au-delà des boobs et du cul, qu'elle a magnifique et qu'elle montre à f(t)oison, le film déroulant du fan-service en veux-tu en voilà), c'est quand même bien filmé, y a une ambiance poisseuse de Nouvelle-Orléans et quelques scènes vraiment réussies, notemment toute la fin, d'un romantisme tragique assez touchant (avec une excuse géniale pour montrer une scène érotique de mini-bondage). Et puis donc la BO avec les nappes de Moroder qui visent ouais du côté de Carpenter plus que Goblin je dirais et surtout le titre de Bowie. Putasse nation, c'est amplement mérité, mais le film est hautement recommandable, faut juste faire abstraction de celui de Tourneur, qui a tout bêtement un peu révolutionné le cinéma de peur.

Raven › lundi 8 juin 2015 - 21:10  message privé !
avatar

Le remake de Scarface par De Palma n'a pas grand chose à voir avec l'original pour le coup, mais concernant La Féline je n'ai pas vu la version de Tourneur, donc je peux pas te dire. Disons que c'est pas plus putassier que Phenomena d'Argento, de mémoire.

dariev stands › lundi 8 juin 2015 - 21:03  message privé !
avatar

Pas vu le film, mais rien qu'à la couv de la B.O. je pense pouvoir dire qu'il n'a pas du réussir (l'a-t-il cherché?) à retranscrire l'esprit de l'original, car comme Scarface, Cat People est un remake new wave d'un vieux classique, ici "La Feline" (ou cat people) de Jacques Tourneur. Pour moi qui suis très difficile en vieux films, celui là le faisait pas mal. Sinon la chanson de Bowie est cool, elle a passé le Mélanie Laurent-crash-test, autant dire que c'est de la delorean première main.