Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesRRed Hot Chili Peppers › The Uplift Mofo Party Plan

Red Hot Chili Peppers › The Uplift Mofo Party Plan

cd • 12 titres • 37:50 min

  • 1Fight Like A Brave
  • 2Funky Crime
  • 3Me & My Friends
  • 4Backwoods
  • 5Skinny Sweaty Man
  • 6Behind The Sun
  • 7Subterranean Homesick Bluessaccage de Bob Dylan
  • 8Special Secret Song Inside
  • 9No Chump Love Sucker
  • 10Walkin' On Down The Road
  • 11Love Trilogy
  • 12Organic Anti-Beat Box Band

line up

Flea (basse, chœurs), Jack Irons (batterie, chœurs), Anthony Kiedis (chant, guitare), Hillel Slovak (guitare, sitar sur "Behind The Sun", vocoder, chœurs)

remarques

chronique

Styles
funk
fusion
rock alternatif
Styles personnels
p-fuck wants to get fucked up

EMI America, Novembre 1987. Objet : Retour de bandes audio portant la mention “Uplift Motherf****ers Party Plan”. ----------- "Chers Messieurs Kiedis, Balzary, Slovak & Irons. Il semblerait, selon toute vraisemblance, que les dernières bandes audio que vous nous avez fait parvenir, censées contenir votre troisième et nouvel album, soient en réalité l’enregistrement de l’une de vos soirées organisées dans les studios Capitol, Hollywood, Californie. Nous nous étions pourtant mis d’accord pour que ces petites sauteries aient lieu hors de NOS locaux. Il était pourtant clair, lors de notre précédent communiqué, qu’en échange du retrait de toute présence féminine lors de vos sessions d’enregistrement, vous deviez vous tenir à carreau. Sachant que de toutes façons, vous avez déjà provoqué la démission de 15 secrétaires et 8 attachées de presse. Hormis “Fight Like a Brave” et “Behind The Sun”, le contenu de ces bandes frôle le n’importe quoi. Rien n’est structuré, aucune mélodie n’est apparente, on croit distinguer les paroles de Subterranean Homesick Blues de Bob Dylan, mais il doit sûrement s’agir de l’une de vos plaisanteries potaches de mauvais goût ? "Organic Anti-Beat Box Band" est une auto-parodie de votre propre "True Men Don’t Kill Coyotes", qui était déjà un brouillon ! Nous ne vous payons pas du temps de studio pour taper le bœuf sur les premières idées qui vous paraissent marrantes !! Quant à cette odieuse farce que vous baptisez "Special Secret Song Inside", sachez que nous en désapprouvons vigoureusement la teneur textuelle. Hillary, notre dévouée et respectée assistante de bureau, est partie furieuse en entendant le refrain, qui semble l’avoir offensé personnellement. Nous ignorons la nature de vos rapports avec elle, mais sachez qu’elle a l’intention de vous attaquer en justice. Nous avons déjà toléré vos insultes caractérisées proférées à l’encontre des groupes New Wave anglais sur "Nevermind" sur l’album précédent, en particulier Duran Duran qui sont – nous vous le rappelons – également signés chez EMI, et sans les ventes de qui nous ne pourrions continuer à vous entretenir. Nous avons également toléré vos multiples exubérances scéniques, nudité partielle, chaussettes de tennis odieusement placées, concerts déguisés en ampoules électriques, pantalons composés d’ours en peluche, et j’en passe. Sachez que notre patience à des limites. Nous sommes ravis d’apprendre les nouveaux exploits sexuels de Monsieur Kiedis, mais admettez que cela ne nous aide en rien à produire un album convenable pour le marché adult-oriented-rock blanc actuel. Admettez que des paroles comme “my love protection, my love erection, you better get some of my infection” ou encore “my love is my gross innerself / my love is my dick in my head” sont totalement déplacées sur un disque destine à la jeunesse. Nous allons devoir apposer l’avertissement "parental advisory – explicit lyrics" que la bienveillante Mme Gore a créé il y a deux ans suite aux insanités proférés par le douteux Monsieur Prince. Nous vous prions de vous ressaisir et d’envisager, une bonne fois pour toutes, à utiliser des synthétiseurs dans votre musique et à prendre exemple sur l’excellence d’un titre comme "True" de Spandau Ballet ou "Never Gonna Give You Up" de Rick Astley. Cessez vos enfantillages et écoutez enfin la voie des professionnels de la musique. La décennie suivante appartiendra aux hommes de bonne mesure, qui savent se tenir en public. Tenez-vous-le pour dit. Cordialement mais fermement. Signé : Le Management - EMI America.

note       Publiée le vendredi 29 mai 2015

Dans le même esprit, dariev stands vous recommande...

chronique

Styles
funk
rock
fusion
Styles personnels
pouin'g pouin'g pouin'g

Vous j'en sais rien, mais moi le soleil ne m'inspire pas que de bonnes choses quand il revient. Et sûrement pas des plus originales : boire plus et plus frais, sortir en deux-roues... ressortir des disques de saison. Les Red Hot par exemple. Ce groupe, c'est comme le rosé. On le sait que le rosé pue, et se boit comme flotte aromatisée, mais quand il fait chaud, eh bien on en boit ! Et puis on en boit beaucoup, et puis après, on se sent pas très bien. Et The Uplift Mofo Party Plan, c'est du rosé-pamplemousse. La basse qui claquasse, c'est le pamplemousse qui aide à ingurgiter. "Pamplemousse" : rien que le mot est funky. Les pépins se coincent dans les frettes, mais le gusse surnommé Puce sautille pour les faire gicler. Pample : ça rebondit ! Mousse : ça décoiffe ! Le Red Hot encore jeune gicle comme un pré-ado, et nous jouit sans entraves le genre d'album qui rend le plafond moins jaloux du sol. Probablement d'un des albums les plus moches et débiles de mes rayons, c'est certain, encore plus con que Suicidal Tendencies et les vieux Faith No More, y a pas de doutes. Une ode sans la moindre forme de beauté à la débauche encagnardée, à l'image de ses quatre protagonistes, rivalisant de grimaces simiesques et poses outrancières. LE groupe californien sans complexes, avec toute la gerbe inhérente. C'était l'époque où ils étaient tous nus avec une chaussette sur la zigounette, et, rétrospectivement, pour le mec qui comme mézigue vomit la grande majorité des roucoulades sérieuses de Kiedis sur ses ballades aussi bouleversantes que du Goldman, eh bien c'était leur époque la plus brute de décoffrage, cette époque funky shit. Ils ne faisaient pas de leurs slows ambiance Point-Break des supposés sommets : Kiedis jouait carrément dans le film. La laideur et la bêtise des Red Hot n'était pas involontaire, en ce temps-là. Alors, oui : il y a des titres absolument infâmes là-dedans. C'est fait exprès. "Party on your pussy", tout ça... Une lubricité toute hip-hop, faut pas chercher là-dedans quoi que ce soit de plus complexe que du miami bass. Les parties de volley avec des filles, le causer gras de tocards en bermuda flashy. Con et... bon ? Ben ça dépend. On a vu plus efficace quand même. Kiedis y est plus que jamais ce grand frère surfer sans cerveau de Mike Patton, cet aîné insupportable qui parade en décapotable et tringle à peu près tout ce qui passe pendant que l'autre fantasme avec talent. Ce troisième Red Hot est à l'image de sa pochette : un salmigondis brouilli-brouilla sautillant et stupide, un amas de giclées ingrates mais irrésistibles, une sélection de titres funky-rock tous plus cons et laids les uns que les autres. Seuls moments à peu près beaux : le petit passage psychédélique soft chatoyant de "Behind The Sun"... Parce que pour le reste, TUMPP (merde, même l'acronyme est funky !) c'est un peu la chose la plus pure que ces tocards aient fait en matière de pur funk-rock. Alors qu'il n'y avait pas encore l'indescripitible Frusciante, la vraie saveur des Red Hot, le fruit frais, c'était la basse qui donnait son sel à cette musique de cons. Cette basse qui bondit sans interruption tout du long, comme une... puce ? Cette basse qui est l'organe génital de leur son d'alors. Pour l'aspect gutsien ? Vous avez "Skinny Sweaty Man" : du cartoon qui prépare le terrain à Primus, avec un passage gentiment malsain sur synthés. Les Red Hot nous rappellent qu'ils sont les pionniers de ce style de fusion funky, un peu bizarre, et surtout complètement foutraque. Sinon y a pas de synthés, eux ils étaient chez FNM. C'est lège-lège, j'en conviens : mais Red Hot Chili Peppers pré-Frusciante, ça reste de la fusion old school, et la fusion à la base c'est expé, comme mélanger du rosé avec du pamplemousse. Laissez vos neurones dans la boîte à gants ou passez votre chemin. On se retrouve dans une heure comme prévu, au stand des glaces au lait.

note       Publiée le vendredi 29 mai 2015

Dans le même esprit, Raven vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "The Uplift Mofo Party Plan".

notes

Note moyenne        6 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The Uplift Mofo Party Plan".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The Uplift Mofo Party Plan".

Richter › samedi 30 mai 2015 - 21:00  message privé !

Mon Red Hot préféré ! Très funky !

Note donnée au disque :       
torquemada › vendredi 29 mai 2015 - 22:15  message privé !

Mais vous êtes fous : le Red Hot 80's, c'est le meilleur. OK, c'est pas très fin mais on s'en fout, ça donne juste envie de s'éclater. "Me & My Friends", "Backwoods", "Fight Like A Brave" me filent une patate d'enfer ! Et "Skinny Sweaty Man", c'est quand même ultra fun.

Note donnée au disque :