Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesNMe'shell Ndégéocello › Bitter

Me'shell Ndégéocello › Bitter

12 titres - 47:37 min

  • 1/ Adam (2:24)
  • 2/ Fool of Me (3:30)
  • 3/ Faithful (4:46)
  • 4/ Satisfy (4:05)
  • 5/ Bitter (4:15)
  • 6/ May This Be Love (5:17)
  • 7/ Sincerity (5:30)
  • 8/ Loyalty (4:20)
  • 9/ Beautiful (2:44)
  • 10/ Eve (1:23)
  • 11/ Wasted Time (4:55)
  • 12/ Grace (4:27)

enregistrement

Mad Dog Studios, Burbank, Californie, USA, 1999

line up

Lisa Coleman (piano, claviers), Joe Henry (voix, guitare), Gene Lake (batterie), Me'shell Ndégéocello (basse, chant), Sandra Park (violon), David Torn (guitare, boucles), Abraham Laboriel (basse), Robert Rinehart (violon), Sharon Yamada (violon)

chronique

Styles
pop
Styles personnels
nu soul

Signée depuis 1993 sur le label de Madonna, Maverick (oui, celui-là même qui accueille les Deftones), cette superbe bassiste noire américaine aux accointances jazz, rock et soul (elle fût quand même auditionnée par Vernon Reid pour succéder à Muzz Skillings au sein de Living Colour), se retrouve, à l'aube de la sortie de son troisième album, en parfaite symbiose avec l'énoncé du problème : amère, elle l'est, à l'image de ce discret mais poignant "Bitter". Après un premier essai electro funk, et un second plutôt revival foutrement bien torché, Me'Shell NdégéOcello prend tout le monde à contre courant en mettant au monde un disque qui se parcourt comme un carnet intime où l'on peut y déceler, de manière touchante, toutes les blessures, les peines, les déchirures et les déceptions qui l'ont amené à reconsidérer son statut, en tant que musicienne professionnelle, mais en tant que femme également. "Bitter" se découvre comme une orchidée en plein bourgeonnement ; une fleur fascinante dont l'agréable apparence cache quelque chose de redoutable. Chacun des titres ("Faithful", "Sincerity", "Loyalty") traîtent donc sans fausse pudeur de l'acharnement à vouloir s'en tenir à des valeurs humaines en pleine perdition dans un monde qui, lui, devient, à force, totalement étranger. Intimiste, limite claustrophobe, appuyé par des guitares acoustiques jusqu'ici étrangères à son univers ou des filets de violons, "Bitter", avec son orchestration élégamment sous-pesée, ne ressemble à aucun de ses albums, passé ou à venir. Une oasis soul pop d'une tendre beauté. Mémorable comme un soir de déprime, seul, face à l'image que le miroir nous renvoit de nous-mêmes. Me'Shell NdégéOcello s'arrête un instant et fait le point au travers d'un disque qui véhicule une rare mélancolie que seuls des artistes soul de la carrure de Marvin Gaye ou Curtis Mayfield ont pu autrefois atteindre. Une bien belle galette à la sensibilité à fleur de peau.

note       Publiée le jeudi 27 juin 2002

partagez 'Bitter' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Bitter"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Bitter".

ajoutez une note sur : "Bitter"

Note moyenne :        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Bitter".

ajoutez un commentaire sur : "Bitter"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Bitter".

Raven › lundi 24 février 2014 - 20:38  message privé !
avatar

Mmmm...elle a queq'chsose, la Me'shell... elle a queq'chose....

Note donnée au disque :       
Jean Rhume › vendredi 22 avril 2011 - 17:44  message privé !

Principalement à celui-ci qui est un sommet de déprime, ne serait-ce que dans les paroles (malgré mon anglais tout pourri). Après, je ne sais pas si on peut parler de folk, dès lors qu'il y a une guitare acoustique dans le giron. Beaucoup de piano, de cordes, d'arrangements raffinés sans putasserie, de silences entre les notes, c'est très épuré, triste mais sans trop de pathos, dans le sens plaintif et chiant (bref, c'est juste beau > ou relou si t'es pas dans le trip). Par contre, je ne connais pas celui dont tu parles. J'ai vu qu'il y avait la chro mais je l'ai pas encore lue ni ouï le machin...

brighter_paëlla_now › vendredi 22 avril 2011 - 17:20  message privé !

Tu penses à quel album quand tu dis "folk neurasthénique" ? Je connais que Comfort Woman, que j'aime bien, faudrait que je creuse plus sa disco, je ne savais pas qu'elle était aussi variée

Jean Rhume › vendredi 22 avril 2011 - 16:30  message privé !

Peu, voire pas de commentaires concernant ce magnifique album donc hop, qui voilà ? > Louis Jean-Claude qui raboule sa fraise car il me semble bien que j'ai déjà chialé ma race en l'écoutant, tant il est poignant. Sans parler de Madame N'Degeocello elle-même, exemple d'intégrité et d'intelligence, musicienne totale et parcours impec, si ce ne sont quelques albums inégaux (qui peuvent même aller jusqu'au presque chiant). Ceci étant, j'ai bien peur que l'accueil fait à ses albums ne soit en deçà de ce qu'ils méritent, le dernier en date étant très bien également. Sans doute a-t-elle du mal à trouver son public, alternant funk, fusion, hip-hop, rock nerveux et folk neurasthénique selon les albums...

merci pour le fusil... › jeudi 8 mai 2008 - 00:00  message privé !
beuh rien...(je suis une merde...)