Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSenser › Schematic

Senser › Schematic

cd | 11 titres | 47:26 min

  • 1 Silent By
  • 2 101 Infoburner
  • 3 Bulletproof
  • 4 Formula Milk
  • 5 Crucible
  • 6 Return To Zombie Island
  • 7 An Astounding Spectacle
  • 8 Photographed Files
  • 9 Bomb Factories
  • 10 A Conscious War
  • 11 The Brunt

line up

Heitham Al-Sayed (MC), Kerstin Haigh (chant), Nick Michaelson (guitare), James Barrett (basse), John Morgan (batterie), Andy Clinton (DJ), Alan Haggarty (programmation, production)

chronique

2004. L'apogée commerciale du nu-metal technoïdo-casquetteux laisse encore balbutier ses derniers clapotis lyophilisés à la surface d'une scène aussi brève que ridicule, tandis que la terrible vague ziva-metal française, menée par Watcha/Pleymo et portée au point de non-retour par les infâmes salafistes streetwear-rastafaris Enhancer, s'encroûte définitivement dans ses derniers retranchements à coups de concerts minables aux Solidays et Eurockéennes. Dans la confidence froide des studios britanniques, loin de tout ce piteux marasme et pourtant au plus proche de son essence (rap + metal) Heitham Al-Sayed reprend du service au sein de Senser, le groupe qu'il avait délaissé pendant dix ans pour jouer dans Lodestar tandis que la miss en faisait une version inférieure, plus sucrée-gothique, sans le MC. Troisième album qui a tous les airs d'un deuxième qui serait sorti dans la foulée, circa 1995, alors que "Age of Panic" fusait sur les ondes comme le surfeur d'argent en baggy : retour aux sources de ce que le rap-metal aurait toujours dû être, c'est à dire avant le petit malentendu nommé nu-metal - retour aux sources des années 90. Fusion. En 2004. Ils n'étaient pas beaucoup à être réceptifs, alors, trop jeunes pour découvrir autrement que par hasard, ou pas assez vieux pour y revenir par nostalgie (ceux qui ont lâché ce genre de groupes en passant la trentaine). D'où le statut d'album-culte méconnu, comme pour le premier. Rap + metal + DJ = 99% de chances de faire de la merde. 1% restant = fusion stable = Senser. La suite directe de Stacked Up, en moins house, époque oblige, peut-être un peu moins orientalisant, sonnant plus "indus"-metal (entendre cyber-metal) histoire de botter le cul à des petits groupes ayant émergé pendant le hiatus sur leurs terres, tel Kill II This, avec à la clé des moments pas si éloignés du hip-hop asbtract (succint mais troublant "An Astounding Spectacle"). Mais dans les grandes lignes, cet album, comme je le disais plus haut, c'est tout connement Stacked Up II, en un peu moins rafraîchissant peut-être, par effet anachronique. Le même flow politique, les mêmes riffs rythmiques linéaires-difformes pour zouker dans un décor futuriste 90's, les mêmes bribes de musiques arabes greffées dessus, la même batterie-basse qui fait du funk-metal mystique, les petits passages calmes chill-out-psyché troublants pour pas dire étranges (au passage, l'artwork médical un tantinet dérangeant va comme une mitaine), la même voix femelle couplée à ces trames de rave, donnant ce côté un peu plus moite et sensuel que du simple RATM, et puis toujours ce petit parfum de Janes Addiction qui plane par endroits, notamment sur certains refrains ("Bulletproof"). Un album sonnant à la fois comme une accumulation de clichés et en même temps très atypique, à ressortir sans craindre l'oxydation.

note       Publiée le dimanche 24 mai 2015

partagez 'Schematic' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Schematic"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Schematic".

ajoutez une note sur : "Schematic"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Schematic".

ajoutez un commentaire sur : "Schematic"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Schematic".

Dun23 › lundi 25 mai 2015 - 15:09  message privé !

Tiens, tu me donnes envie de le ressortir celui là! M'en avait touché une sans toucher l'autre comme on dit, à l'époque. Et j'aime bien le second aussi, bien que clairement différent.